Article 

Ben Arfa : «Le PSG m'a fait payer à sa façon, mais ça m'a rendu encore plus fort»

Publié le mardi 2 avril 2019 à 9:09 par Jean Chemarin
En attendant ses retrouvailles avec le PSG le 8 avril prochain au conseil de prud'hommes de Paris, Hatem Ben Arfa est revenu sur sa mise au placard d'avril 2017 à juin 2018 dans un entretien accordé à Tout Le Sport.

S'il bat Nantes mercredi soir, le PSG retrouvera en finale de Coupe de France l'OL ou le Stade Rennais, qui s'affrontent ce soir au Groupama Stadium. Un match particulier pour Hatem Ben Arfa, lancé dans le monde pro du côté de Lyon et relancé depuis l'été dernier en Bretagne. Rare dans la presse, l'ancien Parisien s'est confié avant le match. Il fait la une de L'Equipe ce matin, mais n'a pas souhaité parler du PSG avec le quotidien français, alors que le conseil de prud'hommes de Paris doit statuer le 8 avril prochain sur le litige qui l'oppose à son ancien employeur.

Pour Tout Le Sport, à qui il a accordé aussi un long entretien, Ben Arfa a en revanche accepté de revenir sur sa mise au placard au PSG, d'avril 2017 à juin 2018. «Ça a été une grosse épreuve. A la base j'arrive dans un club et je suis confronté à cette épreuve-là. Mais je n'étais pas préparé à vivre ça car c'est hors du commun d'être au placard comme ça d'un coup, sur un truc non sportif», a-t-il confié, sans expliquer vraiment de quel "truc non sportif" il s'agissait. Pour rappel, la grande théorie concernant sa mise à l'écart est cette fameuse histoire de discussion avec l'Emir, en marge d'une séance d'entraînement, qui aurait provoqué la colère de Nasser Al-Khelaïfi et scellé son destin parisien.

«Ça fait très mal et tu n'es pas préparé à ça. Donc il faut t'adapter et prendre du recul pour t'apaiser, a ajouté Ben Arfa, avant d'expliquer que selon lui, son franc-parler aurait dérangé certaines personnes au club. En fait, j'étais tranquille et je me disais que ça allait passer. Mais au fond de moi, il y avait de l'incompréhension. Je me demandais comment un truc comme ça pouvait m'arriver. En vérité, j'ai compris que ma destinée était différente. Je n'aime pas la médiocrité et dès que je vois que quelque chose ne va pas, je dois le faire savoir parce que je veux que l'environnement dans lequel je suis progresse. Et j'ai appris que comme je n'étais pas un mouton, les épreuves allaient s'acharner sur moi car les gens veulent te faire payer ton honnêteté. Quand tu es quelqu'un de droit et qui se respecte, tu vois que ceux qui ont le pouvoir veulent te faire payer ça. Donc ils m'ont fait payer à leur façon, mais moi à travers ça, ça m'a rendu encore plus fort.»

Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

lundi 17 juin

dimanche 16 juin

samedi 15 juin

vendredi 14 juin

jeudi 13 juin

mercredi 12 juin

mardi 11 juin

lundi 10 juin

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux