Article 

Létang, le vent en poupe grâce à son passé parisien

Publié le samedi 16 décembre 2017 à 10:08 par Julien Peschaux
Alors que le PSG va retrouver Rennes cet après-midi au Rhoazon Park (17h), les deux présidents, Nasser Al-Khelaïfi et Olivier Létang vont à nouveau se côtoyer pendant l’espace d’une heure et demi. L’occasion pour le journal Le Parisien de mettre en avant les bienfaits de l’expérience parisienne pour l’ex-directeur sportif du PSG devenu président en terre bretonne.

L’opposition entre Rennes et le PSG au Rhoazon Park cet après-midi (17h) verra Olivier Létang, nouveau président de Rennes et ancien directeur sportif du PSG, s’asseoir à côté de son ancien supérieur, Nasser Al-Khelaïfi, avec les mêmes responsabilités. Et, selon Le Parisien du jour, c’est bien son expérience parisienne récente qui l’a vu grandir et pouvoir désormais être seul maître à bord d’un club de Ligue 1.

C’est un ancien de la maison parisienne qui décrit le profil spécifique du dirigeant breton, à savoir Leonardo, directeur sportif du PSG de 2011 à 2013, qui avait fait venir Létang de Reims en 2012. Pour lui, pas d’étonnement face à la réussite actuelle du Sarthois : «Cela ne me surprend pas de le retrouver là, car il a des caractéristiques uniques. Il connaît le football pour y avoir joué. Il maîtrise la direction sportive, mais aussi administrative et juridique d’un club. »

Le contexte parisien aux attentes relevées n’est pas pour rien dans la réussite de Létang, toujours selon Leonardo : «Il a appris au PSG, parce que quand on te dit qu’il faut gagner tous les matchs, l’exigence n’est pas la même. Il a dû prendre en compte les requêtes d’un entraîneur, chercher l’équilibre dans le vestiaire, etc. Ca a marqué sa carrière. » 

Comme le rappelle le quotidien francilien, tout n’a pas été rose dans l’expérience parisienne pour le Manceau de 45 ans : rétrogradé dans l’organigramme parisien par l’arrivée de Patrick Kluivert, affecté par l’affaire Aurier qu’il aurait aimé négocier autrement… ce qui ne l’a pas empêché d’agrandir son panel de compétences, entre recrutement et mise en place d’un programme de formation pour les jeunes du club. Dans Ouest France, Létang décrivait hier son expérience parisienne d'une façon différente : «Ce que m'a apporté le plus le PSG, c'est un réseau.»

Pour un ancien salarié du club parisien qui témoigne, le profil de Létang est séduisant pour un club : «Pour lui, l’institution compte plus que le reste. […] Beaucoup le critiquent en disant qu’il a les dents longues, mais je pense aussi que c’est parce qu’il est brillant. » Pour ce témoin anonyme, pas de doute non plus sur sa réussite dans le club breton : «Pour moi, Olivier a l’étoffe pour être un bon président, en plus il est extrêmement regardant à la dépense. » C'est pourtant lui qui avait mis 55 millions d'euros sur la table pour recruter Krychowiak et Jesé à l'été 2016, avec la réussite que l'on connaît, les deux joueurs étant aujoud'hui prêtés dans des clubs de moindre envergure.

Puis c’est François Gil, conseiller de Presnel Kimpembe et Kingsley Coman, qui s’exprime au sujet au sujet du natif de la Sarthe, se souvenant du rôle du dirigeant dans l’éclosion d’un de ses protégés : « On a parfois eu des rapports tendus, mais j’ai toujours discuté avec quelqu’un d’intelligent de déterminé. D’ailleurs, c’est un des rares à Paris à avoir voulu que Presnel signe son premier contrat professionnel.» On n'oubliera pas de rappeler que, si Létang a réussi le dossier Kimpembe, il est en revanche l'un des principaux fautifs dans le cas de Coman...

Mais Le Parisien n’oublie pas de rappeler qu’à Paris il n’a pas eu que des amis, notamment Jean-Claude Blanc, le directeur général, avec qui les rapports étaient tendus, comme rapporté par un autre ancien salarié du club qui précise que « ce dernier le voyait certainement comme un concurrent ». Leonardo en remet lui une couche sur des débuts pour lui réussis à Rennes : «Rennes a fait un bon démarrage », juge-t-il, « maintenant la constance, c’est le plus difficile dans le football. Mais Olivier est prêt », ajoute-t-il, précisant qu’en renvoyant Christian Gourcuff dès son arrivée, Olivier Létang avait «débuté son mandat par un acte fort. ».

Si le nouveau président et manager général de Rennes est apparemment arrivé en Bretagne sous les meilleurs auspices, son club aura tout de même fort à faire cet après-midi pour tenter d’imiter Strasbourg en faisant chuter, une seconde fois à l’extérieur, le leader parisien. 

Match lié 


News 

Aujourd'hui

samedi 20 janvier

vendredi 19 janvier

jeudi 18 janvier

mercredi 17 janvier

mardi 16 janvier

lundi 15 janvier

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux