Article 

Après les sifflets pour Neymar, le PSG calme les choses

Publié le jeudi 18 janvier 2018 à 12:22 par Philippe Goguet
Sifflé par une partie du public qui voulait voir Cavani tirer le penalty du 8-0, Neymar a vécu une soirée très étrange ce mercredi au Parc des Princes. Après la partie, l'ensemble des Parisiens a minimisé l'événement, expliquant que la star n'était pas plus touchée que ça.

Le PSG a réussi un nouvel exploit dans son stade ce mercredi soir, à savoir gagner 8-0 mais offrir une fin gâchée à un joueur venant de réaliser une performance historique avec quatre buts et deux passes décisives. Alors qu'il s'apprêtait à tirer le penalty du 8-0, une partie du public du Parc des Princes a sifflé Neymar, coupable aux yeux des siffleurs de ne pas avoir laissé le penalty à Cavani afin que celui-ci puisse battre le record de buts de Zlatan Ibrahimovic. Le Brésilien a marqué puis célébré son but mais il a filé direct au vestiaire dès la fin du match pendant que ses partenaires faisaient la fête avec le public.

Neymar ne serait pas vexé

Après la rencontre, le PSG est vite passé en mode communication rassurante concernant ce petit incident qui gâche la fête. Interrogé par Canal+ sur l'événement, le capitaine Thiago Silva a réfuté que Neymar soit vexé : «Non, je ne crois pas. Contre Lyon, Neymar a donné à Edinson la possibilité de marquer. Aujourd'hui, c'est vrai qu'il y avait le record d'Edi et il y avait un peu de supporters contre lui (Neymar). Mais je crois que le plus important, c'est le score final, la victoire. Et le record va arriver. Edi marque tout le temps et il reste encore beaucoup de matches à jouer. Cette année, il va battre tous les records de Zlatan.»

Emery : «Cavani est notre buteur et Neymar est le leader.»

Même discours dans la bouche d'un Unai Emery qui marche sur des oeufs dès lors qu'il faut évoquer le Brésilien. S'il va plus ou moins botter en touche en conférence de presse, il va en dire un peu plus sur Canal+ : «Vexé ? Non, il est content. Le plus important c'est l'équipe. Les rôles dans l'équipe sont clairs. Par exemple, Cavani est notre buteur et Neymar est le leader. Tous ensemble, nous pouvons faire beaucoup de bonnes choses.» Relancé sur les sifflets qui ont visé le Brésilien, il ne va pas répondre à la question mais plutôt justifier le fait que Neymar ne donne pas le ballon à Cavani : «Les statistiques sont importantes pour les joueurs.» 

D'autres joueurs ont également tenu un discours apaisant, à l'image du jeune milieu Giovani Lo Celso : «Je ne crois pas que Neymar était fâché. Dans le vestiaire, il profitait simplement du moment et de son quadruplé.» Lancé sur le sujet des penalties, Berchiche a aussi minimisé les possibles tensions : «C'est à eux de décider et je ne dirai pas que c'est grave. Les supporters peuvent penser ce qu'ils veulent. Ce que je peux dire, c'est qu'ils sont tous les deux des joueurs très importants pour l'équipe. Ils détiennent la clé de chaque rencontre. Petit à petit, leur relation s'améliore et cela va aussi bénéficier à l'équipe.»

Meunier pointe l'ingratitude

Meunier : «On encourage l’équipe en général et pas seulement le joueur.»

Pour avoir une version moins édulcorée, il fallait donc tendre le micro à Thomas Meunier, jamais le dernier à mettre les pieds dans le plat. Le Belge a donc fustigé les siffleurs : «C’était un peu ingrat de la part des supporters, on les sent assez enthousiastes dès que Neymar touche le ballon et je sais qu’ils apprécient bien Edi, mais il faut peser le pour et le contre, mettre de l’eau dans son vin, Quand un joueur marque 4 buts et fait 2 “assists” (passes décisives) dans une rencontre… On encourage l’équipe en général et pas seulement le joueur.»

Le Belge avait déjà sorti une première salve sur les sifflets, apportant son soutien à Neymar : «C’est un détail au vu de la prestation et du score. C’est un peu dommage parce que Ney a effectué pas mal de boulot aujourd’hui et les semaines précédentes, pour le bien de l’équipe, il nous rapporte des points à chaque fois qu’il est sur le terrain, il est super efficace, maintenant je ne pense pas que l’on puisse lui en vouloir, sur le papier c’est à lui de tirer les penalties, il a pris ses responsabilités. Il aurait pu le donner à Edi, ça aurait été très fairplay de sa part, maintenant voilà, il a pris le ballon, il a tiré, Edi n’a rien dit parce qu’il savait qu’à la base c’est Neymar qui devait tirer.» A défaut d'avoir évité des sifflets particulièrement déplacés, le PSG s'est au moins épargné un nouveau penaltygate.

Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

samedi 24 février

vendredi 23 février

jeudi 22 février

mercredi 21 février

mardi 20 février

lundi 19 février

dimanche 18 février

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux