Article 

Après PSG/OL, Aulas arrondit les angles

Publié le lundi 18 septembre 2017 à 14:24 par Philippe Goguet
Très attendu après ses multiples déclarations visant le PSG ou son actionnaire qatari, Jean-Michel Aulas s'est fait petit après la rencontre face à l'OL. Vaincu mais pas trop malheureux vu le match de son équipe, il a aussi brossé les dirigeants parisiens dans le sens du poil, tout en avançant ses arguments.

PSG/OL était une belle affiche sur le terrain mais aussi en tribune, le très virulent président lyonnais Jean-Michel Aulas rendant visite à Nasser Al-Khelaïfi, son homologue qatari qu'il aime tant viser par presse interposée. Et alors que les échanges ont souvent été tendus au cours des derniers mois, tout s'est plutôt bien passé entre deux des hommes forts du football français. Après le match, la presse a retrouvé un Aulas détendu face à elle.

C'est peut-être le match encourageant de son équipe qui a mis le président de l'OL de bonne humeur : «On a vu une bonne équipe de Lyon, qui a posé beaucoup de problèmes au PSG. Mais, comme souvent, la fortune sourit aux puissants, et non à ceux qui n'ont fait qu'une partie du chemin. En première mi-temps, il m'a semblé qu'il y avait un pénalty flagrant sur Ndombelé.[...] Il y a d'une part la satisfaction d'avoir produit un bon football, et de l'autre la frustration de repartir avec aucun point. Mais quand on fait un bon match au niveau qualitatif, en général, on est récompensé dans les matches qui viennent. Je suis fier de mes joueurs et de Bruno Genésio, qui a posé plein des problèmes à son adversaire.»

Avant le début du match, le PSG a fait interdire une banderole «Aulas Not Welcome» en tribune et cette interdiction a déclenché une grève spontanée des encouragements du virage Auteuil pendant 15 minutes, une décision des dirigeants parisiens appréciée par le président de l'OL comme il l'a expliqué : «J'ai longuement parlé avec Nasser avant le match et de manière tout à fait positive. Je voulais saluer, non seulement, cet aspect là des choses, mais aussi l’accueil qui nous a été réservé. Il a été positif. C’est vrai qu’il y a plus de choses qui nous rassemblent avec le Paris Saint-Germain pour la défense du foot français.»

 «En plus d'être courtois, Nasser est un président courageux.»

Le président de l'OL va même se montrer flatteur avec son homologue parisien : «En plus d'être courtois, Nasser est un président courageux. On s'est parlé ce soir et on s'est dit des choses. Bravo à eux et j'espère qu'ils gagneront la Ligue des Champions. Si la hache de guerre est enterrée ? Il n'y avait pas de problèmes personnels entre moi et lui. Nasser réussit formidablement bien, dans un contexte particulier. Il faut que les grands clubs français qui jouent la Coupe d'Europe puissent trouver un terrain d'entente avec le PSG.»

Après la rencontre, c'est surtout la presse qui a été visée par Aulas, ce dernier se cachant derrière elle pour justifier ses propos sur le PSG : «Il y a des choses que j’ai exprimé clairement. En France, vous le savez, la voix de la Pravda quelque fois donne du sens à tout le monde. J’ai beaucoup regretté cette semaine que mes propos soient déformés et surtout que l’on prenne un partie insensé de défense d’une situation qui sur le plan européen est complétement contesté. Mais ceci étant, je suis à côté de Nasser dans les combats qui sont franco-français, pour défendre le football français, le faire progresser.»

«Comme on ne peut pas augmenter les droits domestiques actuels à court terme, il faut augmenter les droits internationaux.»

Mais Aulas ne va pas faire que brosser dans le sens du poil ses hôtes d'un soir et il revient sur un point clé de ses sorties médiatiques, les droits TV de la L1 à l'étranger détenus par beIN Sports : «J’ai émis des suggestions et je suis persuadé que pour pouvoir faire progresser le football français il faut qu’une partie de nos droits TV augmentent. Comme on ne peut pas augmenter les droits domestiques actuels à court terme, il faut augmenter les droits internationaux. Par chance, ce sont les dirigeants de beIN Sports qui sont là. Il faut que l’on se mette autour d’une table et qu’on essaye d’irriguer le football français et les équipes internationales comme Lyon de droits TV qui seraient supérieurs dans la possibilité qui est la nôtre. On peut certainement partager un certain nombre de valeurs et j’ai bien l’intention après cet excellent contact avec Nasser, de pouvoir poursuivre directement avec lui et que ça ne soit pas déformé par la presse.»

A noter que le président lyonnais a même fait un peu d'humour concernant son arrivée au Parc des Princes :

Match lié 


News 

Aujourd'hui

jeudi 19 octobre

mercredi 18 octobre

mardi 17 octobre

lundi 16 octobre

dimanche 15 octobre

samedi 14 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux