Article 

Aulas : «L'objectif, c'est de se rapprocher du PSG»

Publié le jeudi 8 août 2019 à 9:30 par Jean Chemarin
A l'aube de sa 33e saison à la tête de l'OL, Jean-Michel Aulas s'est confié dans les colonnes du Parisien et le président lyonnais a beaucoup parlé du PSG, donnant même son avis sur le cas Neymar.

En transformant complètement son organisation sportive cet été et en nommant le duo Juninho-Sylvinho à sa tête, Jean-Michel Aulas avoue avoir pris «un risque très important», mais nécessaire selon lui pour espérer concurrencer le PSG à moyen terme, sa grande ambition. «Est-ce qu'on peut concurrencer le PSG ? À moyen terme, oui. On a envie de jouer un rôle. On va continuer à investir. L'objectif, c'est de se rapprocher du PSG. Mais la première année sera la plus difficile. Il faut être patient. C'est un projet de 3 à 5 ans. Avant, c'est illusoire. L'échéance de 2022, compte tenu de l'écart de budget entre les deux clubs, doit être raisonnable», confie Aulas dans Le Parisien du jour.

Alors qu'il a souvent critiqué publiquement le financement du PSG et notamment son contrat avec QTA, que pense Jean-Michel Aulas des accords XXL signés par le PSG avec des marques comme Nike et Accor ? «Je n'attaque pas le PSG, se défend-il. J'attaque la Ligue ou la Fédération qui laissent perpétuer un modèle qui est un modèle dangereux pour le foot français. J'ai des excellentes relations avec Nasser Al-Khelaïfi et Jean-Claude Blanc. Ils jouent dans leur registre, celui d'un financement "no limite" ».

Un modèle qui selon lui est en passe d'être révolu... grâce à lui : «Il y a désormais un certain nombre de réactions qui ne sont plus uniquement celles de Jean-Michel Aulas à Lyon, mais de dirigeants français qui commencent à se poser la question, de Monsieur Tebas (le président de la Ligue espagnole) qui n'a de cesse de mettre en évidence que ce modèle court à sa perte s'il n'est pas régulé, des dirigeants du Barça, de la Juve. On est beaucoup plus avancés qu'il y a 5 ou 6 ans. Il y a une prise de conscience. Ce que j'avais peut-être évoqué en premier est une réalité. Dans tout système économique, quand il y a une anomalie, il y a toujours un jour une rectification.»

En tant que président de Ligue 1, qui va bientôt bénéficier de nouveaux droits TV plus importants, Aulas est forcément attentif au dossier Neymar. Et le président lyonnais ne s'en cache pas, il aimerait que le Brésilien reste en France : «C'est gênant pour la Ligue 1 si à un moment donné les appels d'offres de droits TV se sont faits avec une visibilité qui intégrait Neymar. Il était avant au Barça. Avec un très gros chèque, il est arrivé à Paris. Je pense que le PSG doit faire ce qu'il faut pour le garder. Mais en tant que président de l'OL, je suis mal placé pour juger.»

Joueur(s) lié(s) 


News 

samedi 17 août

vendredi 16 août

jeudi 15 août

mercredi 14 août

mardi 13 août

lundi 12 août

dimanche 11 août

samedi 10 août

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux