Article 

Champions League, Neymar, collectif, vestiaire, Meunier s'est confié

Publié le jeudi 14 septembre 2017 à 21:42 par Florian S.
Thomas Meunier s'est confié à SFR Sport concernant de nombreux sujets, notamment les ambitions du PSG en Ligue de Champions, la concurrence avec Dani Alves, le vestiaire qui se referme ou encore le début de saison du PSG.

La Champions League, plus facile à gagner à FIFA ou en vrai ?

«Plus facile à FIFA je pense. On peut essayer de magouiller un petit peu. Mais bon dans la réalité je pense que le rêve se rapproche petit à petit. Si c'est pour cette année ? J'irais pas jusque là mais disons que dans les trois années à venir faudra compter sur Paris. Ce que nous manque ? Peut-être justement un peu d'expérience dans cette compétition là, de la régularité, et puis pouvoir trouver cet équilibre qui fera que Paris sera un grand club et ce pour de nombreuses années.»

Ce que l'arrivée de Dani Alves a changé pour lui :

«Rien, strictement rien. La concurrence est toujours aussi élevée. J'ai un "adversaire" (il fait le signe des guillements) redoutable à ma position. Quelqu'un d'expérimenté, et duquel je peux m'imprégner de son expérience, de son style de jeu, de son calme. On voit tout de suite que c'est quelqu'un de très très fort footballistiquement parlant et je pense que je peux énormément apprendre.»

Serge Aurier :

«La présence de Serge avait une certaine importance au niveau de l’ambiance. Il avait des mots et des attentions pour tout le monde. Il s’affirme et, dans le vestiaire, tout le monde avait une bonne estime de lui. Un message pour lui ? Ecoute Sergio je croise les doigts pour que tout se passe le mieux possible pour toi, pour que tu puisses t'imposer à Tottenham et dis à mes camarades belges qu'ils prennent bien soin de toi.»

Avec Cavani, Neymar et Mbappé c'est mieux à FIFA ou en vrai ?

«En vrai, rien de tel que des vraies sensations. Le plus impressionnant ? Rien que niveau stats je pense que c'est Neymar.  Maintenant voilà, Edi c'est un vrai buteur mais Neymar est plus dans le show. Les gens viennent au stade pour le voir parce que c'est du spectacle, et il est tout bonnement monstrueux. Le plus impressionnant à l'entraînement ? C'est différent parce que tu te contrôles un peu plus, tu gères tes efforts. Mais par exemple, dès ses deux premiers entraînements, Kylian m’a impressionné. On voit vraiment qu’il a quelque chose.» 

Le début de saison :

«Collectivement pfff, qu'est-ce qu'on peut faire de mieux ? 4 buts par match de moyenne, On a pas encore eu... je pense que petit à petit, là on va avoir Lyon, Bayern, on va avoir des adversaires auxquels on va pouvoir se comparer. Mais pour le reste on est très très bien depuis ce début de saison. Et puis moi personnellement j'ai pu jouer deux matchs, Metz et Saint Etienne, ça s'est très très bien passé. En équipe nationale aussi, c'est toujours important les trèves internationales pour avoir du temps de jeu. Je suis dans une bonne passe, je n'attends plus que ma chance. »

Reboosté par ce début de saison ?

«Au niveau de la confiance, oui, je pense que ça donne un petit ascendant psychologique. Maintenant la confiance elle est toujours là et je sais qu'à un moment ou à un autre je vais toujours pouvoir m'affirmer puisqu'il y a près de soixante-dix matchs sur la saison si on va au bout de toutes les compétitions et un joueur peut pas jouer soixante-dix matchs.»

Le vestiaire qui se cloisonne :

«Ce n'est pas nouveau, c'est parce que ça sort seulement dans la presse. Voilà il y a des règles qui essayent de limiter un peu... l'attrait autour de l'équipe est devenu encore un peu plus oppressant depuis quelques temps et voilà, il essaient simplement de garder un ordre au niveau des employés, des joueurs, des responsables matériel, afin qu'il n'y ait pas de gens qui viennent tourner autour du groupe alors qu'ils n'ont rien à faire là. Pour moi c'est bien fait.» 

Anderlecht, un match particulier ?

«Oui c'est un match particulier puisque c'est aussi l'occasion pour la famille et les potes de faire un court déplacement pour venir voir une grosse affiche et venir me voir aussi. J'ai affronté Anderlecht une quinzaine de fois sur ces cinq dernières années et ça a toujours été assez spécial puisqu'en Belgique Bruges-Anderlecht c'est un peu le Paris-Marseille. Voilà je me réjouis juste de pouvoir évoluer sur le territoire. »

Avec quelle équipe il joue à FIFA ?

«Avec Paris pour me mettre en pointe, moi. Mais autrement avec Manchester. Lequel ? United. Le vrai. Parce que j'ai toujours été fan de Manchester.  La meilleure entre le jeu et la réalité ? Pour l'instant celle de la vraie vie. Ils ont une formidable passe on l'a encore vu en Champion's League. Ils ont vraiment refait une bonne équipe cette année. Je pense notament à Matic que j'aurais bien voulu voir à Paris, il est vraiment exceptionnel. Et pour le reste très bon coach, très bon groupe, très bon public, c'est le club parfait et ils sont vraiment bien.»

Joueur(s) lié(s) 


News 

vendredi 15 décembre

jeudi 14 décembre

mercredi 13 décembre

mardi 12 décembre

lundi 11 décembre

dimanche 10 décembre

samedi 09 décembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux