Article 

Dans le FPF, de bonnes nouvelles pour le PSG liées aux parties liées

Publié le dimanche 11 février 2018 à 12:35 par Philippe Goguet
Après avoir réussi à faire valider les transferts de Neymar et Mbappé dans le cadre de l'enquête de l'UEFA sur le non-respect éventuel du fair-play financier, le PSG était face à un autre souci, à savoir le montant des contrats publicitaires liés au Qatar et considérés comme des parties liées. D'après le JDD, Paris a su apporter des éléments positifs sur ce point.

Débutée le 1er septembre dernier, l'enquête de l'UEFA sur le non-respect éventuel du fair-play financier par le PSG avance doucement mais sûrement. Mieux, les nouvelles sont bonnes pour le PSG après quelques semaines compliquées où de nouveaux soucis étaient apparus. Durant la première phase de l'enquête, le club parisien avait notamment réussi à prouver que les transferts de Neymar et Mbappé, les plus coûteux de l'été dernier, étaient bien en règle. Mais l'UEFA avait alors décidé de se pencher sur un des autres points du dossier parisien, à savoir l'origine de ses ressources de sponsoring, les entreprises qataries étant nombreuses à aider le club sous pavillon... qatari.

Comme le révélait L'Equipe il y a quelques jours, l'Instance de Contrôle Financier des Clubs (ICFC) qui est en charge de l'enquête s'est penchée sur la valeur de ses contrats étant donné qu'un club ne peut avoir plus de 30% du montant de de son sponsoring total issu des fameuses «parties liées». La chambre de contrôle avait notamment «demandé au PSG de faire examiner la nature de ses contrats, mais aussi leur valeur, par une société spécialisée.»

Et au cas où ces fameux contrats avec QTA, Ooredoo, beIN Sports, Aspetar ou encore QNB soient considérés comme surévalués par rapport aux prix du marché, l'UEFA aurait pu les décoter dans ses calculs liés au FPF. C'est notamment ce qui s'était passé en 2014 avec le contrat liant le PSG à QTA, lorsque celui-ci avait été valorisé à 100M€ par l'instance alors qu'il en rapportait le double au PSG. Le journal L'Equipe rapportait ainsi que le club parisien, prudent, considérait toujours à hauteur de 100M€ dans ses comptes fournis à l'UEFA ce contrat qui lui en rapporte pourtant réellement près de 175M€.

Ce dimanche, le JDD évoque aussi cette partie de l'enquête sur le Fair-Play Financier et apporte des bonnes nouvelles. Il y a peu, l'UEFA avait émis de sérieux doutes sur la capacité du PSG d'être à l'équilibre quand elle avait constaté l'écart entre l'évaluation des contrats qataris par une société extérieure et ce que touchait réellement le PSG. Mais le club a bien avancé sur ce dossier et, «depuis quelques jours, l'hypothèse que ce déséquilibre puisse être comblé prend de l'épaisseur» précise l'hebdomadaire.

Le PSG a notamment apporté des éléments importants concernant des contrats de sponsoring d'une belle envergure qui ont rassuré l'instance européenne. Paris serait ainsi moins dépendant de ses contrats qatariens. Au point de pouvoir compenser une éventuelle décote, cela reste une autre question. Mais comme l'explique le JDD, et pour peu que le PSG arrive à vendre encore quelques joueurs d'ici au 30 juin, date officielle de la fin de la saison, le club parisien «pourrait bien s'en tirer indemne.»



News 

mardi 20 février

lundi 19 février

dimanche 18 février

samedi 17 février

vendredi 16 février

jeudi 15 février

mercredi 14 février

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux