Article 

Dupraz défend l'investissement du PSG et l'oppose aux ères Tapie/Aulas

Publié le vendredi 8 septembre 2017 à 17:55 par Philippe Goguet
Dans un entretien accord au Figaro, l'entraîneur du Toulouse FC Pascal Dupraz a défendu les 222M€ dépensés par Neymar ou même l'investissement du PSG dans le football français, l'opposant aux années de domination de l'OL d'Aulas ou de l'OM de Tapie.

Personnage à part du football français, l'entraîneur du Toulouse FC Pascal Dupraz s'est offert une nouvelle sortie remarquée et à contre-courant dans les colonnes du journal Le Figaro. Alors que le TFC est un club aux moyens limités qui vient de prendre une belle rouste au Parc des Princes (2-6), le coach savoyard a défendu l'investissement du PSG cet été, replaçant notamment les 222M€ du transfert de Neymar dans son contexte. Il a aussi opposé la vision parisienne à d'autres équipes dominatrices du championnat de France par le passé.

«J’ai récemment vu un boxeur et un combattant de MMA toucher plus de 200 millions d’euros pour se filer des "pipes" dans la gueule pendant deux heures. Ça ne choque pas les gens, ça ?»

Quand Paris dépense 222M€ pour Neymar, Dupraz rappelle que le football n'est pas un sport différent des autres et défend cet investissement : «Je le comprends. Mais il faut rappeler que ce ne sont pas les joueurs qui encaissent ces sommes. Ce sont les clubs. On parle aussi beaucoup des salaires, mais on n’évoque pas les autres sports où on gagne davantage. J’ai récemment vu un boxeur et un combattant de MMA (Mayweather contre McGregor à Las Vegas, NDLR) toucher plus de 200 millions d’euros pour se filer des "pipes" dans la gueule pendant deux heures. Ça ne choque pas les gens, ça ? Les golfeurs gagnent aussi beaucoup d’argent, et leur carrière est beaucoup plus longue que celle des footballeurs. Dans un autre domaine, Charles Aznavour a du talent, mais il a la chance d’avoir pu l’exercer pendant peut-être soixante-dix ans. 222 millions pour Neymar, à mon niveau, je ne sais pas ce que ça représente et je ne le saurai jamais. Mais ce brassage d’argent se fait en circuit fermé et profite à tout le foot français.»

«Aulas, comme Bernard Tapie avant lui, a appauvri les autres clubs de L1 en recrutant leurs meilleurs joueurs»

Cet afflux d'argent dans le football français ne plaît toutefois pas à tout le monde et un certain Jean-Michel Aulas dénonce régulièrement ce qu'il appelle une concurrence déloyale. Pour Dupraz, c'est au contraire un bienfait : «J’aime beaucoup Jean-Michel Aulas, mais les investisseurs étrangers viennent améliorer notre football et, par voie de conséquence, ils améliorent notre quotidien. À terme, tous les clubs, y compris Lyon et Toulouse, percevront plus d’argent grâce aux droits télé. Aulas, comme Bernard Tapie avant lui, a appauvri les autres clubs de L1 en recrutant leurs meilleurs joueurs, pour faire perdurer une hégémonie pendant sept ans. Je comprends qu’il défende son club, mais je n’y souscris pas.»

«Que le PSG soit hors-jeu sur ce coup, ce n'est pas sûr et ça reste à prouver. Les décisions seront attendues l'année prochaine. Ce qui me gêne c'est l'hypocrisie.»

Autre thème où Dupraz va défendre le PSG, celui du fair-play financier, un dispositif qu'il estime pourtant viable : «Je pense que oui. Ce qui me gêne c'est la délation parce qu'il fut un temps où j'entendais mes parents et mes grands-parents me parler de choses beaucoup plus graves qui avait attrait à la guerre. Je vois des clubs en train de dire «bisque bisque rage». Mais est-ce que tout le monde se regarde bien dans la glace ? Est-ce que tout le monde ne l'a pas déjà fait ? Que le PSG soit hors-jeu sur ce coup, ce n'est pas sûr et ça reste à prouver. Les décisions seront attendues l'année prochaine. Ce qui me gêne c'est l'hypocrisie. Tout ça doit se régler sur le rectangle vert. Mais la régulation, c'est bien. On peut faire le parallèle avec ce que je trouve fondamental dans la gestion d'un groupe, le cadre. Ici à Toulouse, il fait bon vivre. Je suis pour le bien être des joueurs dans un cadre bien défini. Quand ce cadre est délimité, celui qui veut franchir la limite et transgresser les règles se prend un coup de jus, c'est normal. C'est valable pour les transferts. Il y a des règles. Celui qui se fait choper, c'est normal qu'il prenne. Ce qui me débecte par contre, c’est le comportement typiquement français qui consiste à se nourrir du mal des autres. Je ne suis pas dans cet esprit-là. Quand le PSG se fait éliminer à Barcelone, ça fait du mal à notre foot.»

NB : Propos recueillis par Le Figaro

 



News 

jeudi 21 septembre

mercredi 20 septembre

mardi 19 septembre

lundi 18 septembre

dimanche 17 septembre

samedi 16 septembre

vendredi 15 septembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux