Article 

Emery refuse toute démission et revient sur le soutien d'Al-Khelaïfi

Publié le samedi 11 mars 2017 à 15:31 par Philippe Goguet
Conforté par son président Nasser Al-Khelaïfi, l'entraîneur du PSG Unai Emery a confirmé avoir toujours envie de continuer. Il a commenté le soutien présidentiel et annoncé qu'il n'avait pas du tout eu envie de démissionner.

Forcément visé après la lourde défaite de Barcelone, Unai Emery n'apparaît pas vraiment en danger malgré tout et il est revenu ce samedi devant la presse sur les circonstances de l'après match, notamment concernant son avenir personnel. Démission ou licenciement ne sont pas au programme et il s'est expliqué sur ces deux choix qui ont été évoqués à la suite de la débacle.

«Si tu rentres à la maison à chaque mauvais moment... J’y serai depuis des années, dès le 2e match »

Alors que certains consultants l'ont appelé à démissionner, il a confié ne pas avoir du tout pensé à cette possibilité : «Je suis un entraîneur dont la constance m’a permis d’être ici aujourd’hui. J’ai passé beaucoup de mauvais moments dans ma carrière mais je suis ici. Si tu rentres à la maison à chaque mauvais moment de ta carrière, j’y serai depuis des années, dès le deuxième match. Je connais cette profession et je me connais : être fort, être ensemble et travailler pour surmonter les mauvais moments.»

Il a ensuite évoqué le soutien présidentiel, Nasser Al-Khelaïfi l'ayant confirmé dans les colonnes du Parisien : «Tout d’abord, j’ai parlé beaucoup par moments avec le président, moins à d’autres moments, lors de bons et de mauvais moments. Et toutes nos conversations sont faites pour faire progresser les choses que nous devons améliorer, pour parler de tout concernant le projet du PSG, pour être ensemble et pour les choses que je vois comme coach. C’est pour ça qu’après un moment difficile comme l’élimination contre Barcelone, j’ai aussi parlé avec lui. Il m’a appelé pour savoir comment j’étais, comment allait le groupe et les joueurs et nous avons parlé de surmonter ce moment. Nous avons fait l’analyse, nous avons parlé un peu du match, des choses qui se sont passées pour perdre un 8e où nous avons fait beaucoup de choses bien. Nous avons aussi fait mal des choses ce qui fait que nous avons perdu, plus des décisions que nous ne pouvons pas contrôler aussi.»

«Quand j’ai parlé avec le président, j’ai senti de la confiance envers moi.»

Quelques minutes plus tard, il est relancé sur le fait qu'Al-Khelaïfi avait également conforté Blanc avant de le débarquer l'année suivante et il a confirmé ses propos précédents : «Je travaille tous les jours pour progresser, pour améliorer, pour parler avec confiance et quand j’ai parlé avec lui, j’ai senti de la confiance envers moi. Comme je l’ai dit, c’est très important que nous soyons tous ensemble en ce moment et que nous parlions des choses, positives comme négatives. J’ai parlé beaucoup avec mon staff, j’ai débattu et c’est bon de débattre avec le président, le directeur sportif, le staff. C’est bon ! Ne pas dire « oui », je n’ai pas la connaissance ultime, c’est bon. J’ai discuté et débattu durant toute ma carrière avec les personnes qui ont travaillé avec moi. Peut-être qu’avec un débat, on va s’énerver parce qu’on n’est pas d’accord mais c’est bon. Ce sont de ces débats que sortent les meilleures décisions.»

«Il faut penser au présent, au futur et au travail.»

Mieux, alors que le n°1 du PSG a longuement évoqué le besoin de réussir la fin de saison, l'entraîneur parisien a lui aussi tenu un discours en ce sens : «Il faut penser au présent, au futur et au travail. C’est pour nous une grande motivation de finir la saison : il faut finir premier le championnat, nous sommes 3e après le nul de Nice et nous avons besoin de gagner demain et de faire une bonne fin de saison. Après, il y a la Coupe de la ligue avec une bonne finale contre Monaco puis la 100ème édition de la Coupe de France. C’est pour ça que je crois que nous allons continuer le chemin et les progrès de la saison et du projet du PSG.»

«Il faut surmonter le moment de mercredi avec une victoire.»

Et quand la presse a demandé à Emery la recette pour l'avenir, le Basque a simplement évoqué le match à venir : «Il faut parler de Lorient, de quel match nous avons besoin de faire pour gagner les trois points. C’est clair que Lorient est dernier du classement mais il veut et a besoin des trois points. L’équipe est bien dans le contexte général, nous avons gagné 14 des 17 derniers matches, perdu mercredi et fait 2 matches nuls, nous devons démontrer que nous sommes bien après mercredi et je crois que les joueurs vont sortir concentrés sur le terrain pour continuer la progression et surmonter ce match de mercredi. Il faut penser à Lorient, parler de Lorient, c’est ce dont nous avons besoin. Il faut surmonter le moment de mercredi avec une victoire.»

Match lié 


News 

jeudi 25 avril

mercredi 24 avril

mardi 23 avril

lundi 22 avril

dimanche 21 avril

samedi 20 avril

vendredi 19 avril

jeudi 18 avril

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux