Article 

Face aux polémiques, Emery défend Cavani et le collectif

Publié le vendredi 19 janvier 2018 à 21:20 par Philippe Goguet
Le PSG s'est offert une nouvelle polémique cette semaine avec les sifflets qui ont touché Neymar alors qu'il allait marquer le but du 8-0 et Unai Emery a encore dû aller déminer le terrain face à la presse. Il a rassuré sur l'état du vestiaire parisien et placé le collectif en avant.

En n'offrant pas mercredi dernier le penalty du 8-0 à Cavani alors qu'il avait déjà inscrit un triplé et que son partenaire pouvait ainsi battre un record historique du club, Neymar s'est offert une petite bordée de sifflets mais aussi une petite polémique. Et alors qu'aucun des deux hommes n'a voulu s'exprimer sur ce thème, c'est donc l'entraîneur parisien Unai Emery qui a dû déminer la situation face à la presse ce vendredi.

La polémique des sifflets évacuée par le collectif

Les médias étaient nombreux et le thème ne tarde pas à sortir puisqu'il est vite demandé à Emery si Neymar était au courant que Cavani pouvait battre le record d'Ibra. L'entraîneur parisien commence alors sa leçon de mise en avant du collectif : «Nous parlons des choses collectives quand nous préparons les matches, des stats collectives. Toutes les stats individuelles sont bonnes quand elles sont là pour aider l'équipe. Si les joueurs connaissent ça ? Je n'ai pas parlé de ça dans les discussions dans le groupe. Si Neymar le savait ? Demandez lui.»

«Je n'aime pas parler à l'extérieur des choses internes.»

La presse relance l'entraîneur parisien sur les histoires de penalty et demande à Emery de confirmer que Neymar était bien le tireur désigné comme Thomas Meunier l'a affirmé après la rencontre. Emery réplique : «Les joueurs sont libres de parler à l'extérieur de ce qu'ils veulent et de dire ce qu'ils pensent. J'ai maintenu mon idée et les choses comme ça, j'en parle à l'intérieur, avec le groupe. Je n'aime pas parler à l'extérieur des choses internes. Mais tous les joueurs ont un rôle et le rôle sur les pénalties est clair.» Poussé à en dire plus, le Basque ne lâche rien sur ce thème : «Non. Pour moi, c'est clair et je préfère ne pas le dire.»

Le caractère de Cavani défendu par Emery

«Le groupe est fort et pense avec l'esprit collectif.»

Alors qu'il n'a finalement rien demandé dans cette affaire, Cavani se retrouve finalement mêlé à cette nouvelle polémique et Emery est ensuite interrogé sur l'état d'esprit d'un joueur qui ne semble pas au mieux : «C'est un joueur qui a progressé et beaucoup grandi ici à Paris. Je l'ai vu très heureux ici. Après, les bons et les mauvaises passes qu'il traverse cette saison ou la précédente, cela défend du contexte du moment. Maintenant, le groupe est fort et pense avec l'esprit collectif.»

D'une question sur Cavani, Emery continue et en fait une réponse... collective : «Les choses individuelles, on oublie et on continue. Tous les joueurs sont prêts, ils sont ensemble en tant qu'équipe, ils travaillent pour l'aider. Aujourd'hui, la priorité est comment va l'équipe pour tous les joueurs. Aujourd'hui nos sommes tous penchés sur le match de dimanche. Mercredi, il y a eu beaucoup de choses positives durant le match. Après, il y a les petites choses... Car ce sont des petits choses. Mais le groupe est fort, le vestiaire est fort, avec l'envie d'être ensemble et une forte motivation pour gagner toutes les compétitions d'ici à la fin de la saison.»

«Cavani a prolongé son contrat l'an passé, c'est parce qu'il est content et très impliqué ici.»

Mais le sujet Cavani est encore une fois relancé, cette fois-ci vu par l'angle du caractère alors que l'Uruguayen est souvent décrit comme un grand solitaire. L'entraîneur parisien vient au secours de son avant-centre : «C'est un joueur, avec Thiago Silva, Pastore ou Lucas qui est ici depuis le plus longtemps. Il a prolongé son contrat l'an passé, c'est parce qu'il est content et très impliqué ici. Tous les joueurs sont des personnes, avec une personnalité et un caractère. Dans le vestiaire, des joueurs vont parler plus, d'autres moins, il y a des petits groupes qui vont être plus ensemble dans le vestiaire et c'est normal.»

Le coach va même jusqu'à donner les codes de langage du vestiaire du PSG : «Les personnes qui parlent espagnol vont parler ensemble, pareil pour ceux qui vont parler italien ou français. La première langue, c'est le français, je l'utilise devant le groupe. Après, avec un joueur, je peux l'utiliser français ou espagnol avec un joueur mais le français est la langue du vestiaire. Edi le parle très bien et est très bien intégré. Sa personnalité et son caractère, c'est différent des autres mais chaque joueur a ses propres caractéristiques. Ils sont tous impliqués dans le vestiaire pour aider l'équipe avec leurs personnalités et leurs caractéristiques de joueurs.»

Le collectif plus fort que le brouhaha

Semaine après semaine, les polémiques s'enchaînent donc au PSG et Emery est interrogé sur cette multiplication des affaires. Il explique alors que c'est normal : «Aujourd'hui, le club grandit pas à pas, il grandit aussi avec toutes les choses qui prennent de l'importance ici alors qu'elles n'en prendraient pas dans d'autres clubs. Quand certaines choses se passent, nous parlons avec les joueurs, le directeur sportif, le président. Et comme je l'ai dit, le groupe est fort, il est ensemble et surmonte les choses. Mais ici, c'est vrai que des choses sortent et ne feraient pas autant de bruit que si c'était une équipe amateurs. Mais le club est fort et les joueurs sont conscients que notre force est le collectif, même si le talent individuel entre aussi dans le collectif.» Et les polémiques rentrent très bien au PSG...

Joueur(s) lié(s) 


News 

jeudi 16 août

mercredi 15 août

mardi 14 août

lundi 13 août

dimanche 12 août

samedi 11 août

vendredi 10 août

jeudi 09 août

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux