Article 

Gestion des statuts, turnover et polyvalence, Tuchel s'explique et donne des exemples

Publié le dimanche 2 décembre 2018 à 13:03 par Philippe Goguet
S'il a logiquement évoqué le Bordeaux/PSG de ce dimanche soir devant la presse, Thomas Tuchel a aussi parlé de quelques points clés de sa méthode durant la conférence de presse de ce samedi. Il a été question de la façon dont il gère ses stars et ses joueurs moins importants, de la façon dont il compte donner du temps de jeu à tout le monde et des bienfaits de la polyvalence pour avoir du temps de jeu, le tout avec quelques exemples pour illustrer la chose.

Quatre jours après le très exigeant PSG/Liverpool (2-1), il y a peu de chances que Thomas Tuchel aligne ce dimanche soir à Bordeaux la même équipe que quelques jours plus tôt. La fatigue est bien présente, le calendrier du mois de décembre pratiquement inhumain, et tout le monde va devoir jouer. Paris a également un objectif majuscule qui se dresse devant lui avec la course aux huitièmes de finale de la Ligue des Champions et un déplacement clé à Belgrade le mardi 11 décembre prochain. Comme le coach parisien l'a expliqué, Bordeaux marque un début : «Nous sommes dans une phase jusqu'à Belgrade, les matches face à Bordeaux, Strasbourg et Montpellier, ce sont des minutes pour jouer.»

Tuchel explique alors comment il compte s'y prendre : «Nous devons gérer les minutes et ménager les joueurs afin qu'ils soient fit et en forme. Ce n'est pas "Bordeaux, c'est important, ça, c'est moins important." Non, ce sont des minutes et à la fin, après Montpellier, je veux que tous les joueurs aient joué quelques minutes pour montrer qu'ils peuvent jouer contre Belgrade. Je n'ai pas encore mon équipe en tête contre Belgrade. C'est la clé, je veux avoir la possibilité de choisir beaucoup de joueurs et c'est le moment durant ces trois matches au cours desquels on peut changer.» 

«Il est nécessaire que tout le monde puisse sentir que, quand ils sont prêts, c'est possible que nous les utilisions.»

S'il va prévenir que c'est surtout à Strasbourg mercredi prochain, plus qu'à Bordeaux ce dimanche, qu'il veut changer des choses, Tuchel va aussi expliquer que la porte du onze de départ est ouverte à tout le monde : «Il est nécessaire que tout le monde puisse sentir que, quand ils sont prêts mentalement, quand ils me montrent qu'ils sont prêts à l'entraînement et en match, c'est possible que nous les utilisions. C'est valable pour tous les joueurs et c'est très nécessaire car c'est possible d'atteindre le niveau supérieur seulement si tu as une atmosphère comme ça.»

Des statuts évidents, mais à justifier

Pour autant, il ne nie pas que certains joueurs partent avec de l'avance sur d'autres : «Il y a des joueurs qui jouent beaucoup de matches, presque tous les matches, et ce sont des joueurs clés. C'est évident et nécessaire que nous ayons des joueurs qui ont l'expérience et l'extra-qualité pour jouer à un top niveau. C'est normal pour moi d'avoir ces joueurs et normal que des joueurs clés restent un peu (sur le terrain) dans certains moments. En ce moment, on peut voir dans les matches importants, dans les matches décisifs, que c'est nécessaire que les joueurs avec des qualités et en forme soient sur le terrain.» 

«Edi est un joueur très important mais tous les joueurs doivent combattre pour préserver leur statut.»

Relancé plus tard sur un Cavani qui déçoit de plus en plus dans les gros matches, il va alors illustrer ses propos précédents avec le cas de l'Uruguayen. Interrogé sur une éventuelle mise au banc pour un gros match, Tuchel réfute, tout en laissant la porte ouverte à moyen terme : «Ce n'est pas une question actuellement, il a commencé pour nous dans des matches super importants et il a montré qu'il est capable et prêt à combattre avec tous ses compagnons, à jouer comme une équipe. Pour moi, c'est l'esprit qu'une équipe doit montrer. Si un joueur n'est pas au maximum de sa forme, tous les autres sont capables de l'aider et de le supporter. C'est comme ça. Edi est un joueur très important, il a marqué beaucoup de buts pour nous, beaucoup de buts très importants. C'est le statut maintenant et tous les joueurs doivent combattre pour préserver leur statut.»

La polyvalence, un atout très apprécié

Pour obtenir du temps de jeu, le statut compte évidemment, la performance aussi, mais la polyvalence semble aussi un très bon atout comme l'Allemand va l'expliquer : «Beaucoup de joueurs sont polyvalents, ils peuvent jouer à beaucoup de positions et on peut essayer beaucoup de choses nouvelles aussi pour atteindre un nouveau niveau, pour s'améliorer. Au cours de quelques matches, c'est aussi une possibilité d'attendre des choses nouvelles d'un joueur, d'avoir le maximum d'attention, car ce n'est pas toujours la même chose.»

«C'est nécessaire pour faire leur connaissance»

Le coach parisien va aussi faire de la polyvalence des joueurs un bon moyen de les découvrir : «D'un autre côté, c'est aussi nécessaire pour faire leur connaissance entre nous, pour regarder s'ils sont capables de faire des choses différentes. Maintenant, nous sommes très flexibles et c'est absolument nécessaire dans toutes les structures que le joueur joue avec responsabilité dans sa position et envers celle des autres. On doit jouer avec structure et discipline et nous sommes sur une bonne voie.»

Au PSG, quand il est question de polyvalence et d'être sur la bonne voie, c'est forcément le nom de Thilo Kehrer qui ressort et Tuchel ne s'en cache pas, il adore cette caractéristique de son joueur : «C'est le grand avantage de Thilo, il peut jouer à plusieurs positions et c'est une des grandes raisons pour lesuelles il a été acheté. C'est surtout important pour nous qu'il puisse jouer à plusieurs postes défensifs.» Cette saison, l'Allemand a déjà joué défenseur central gauche et droit, dans une défense à trois ou à quatre, et arrière latéral des deux côtés du terrain. 

Lors du dernier match face aux Reds, c'est d'ailleurs comme arrière droit d'une défense à quatre qu'il a été aligné, et Tuchel a apprécié : «Dans ce rôle contre Liverpool, je pense qu'il aime beaucoup et il a été très important pour nous car il gagne beaucoup de duels. C'est un joueur très agressif et c'est une caractéristique dont on a besoin pour l'équipe. Il aime beaucoup le poste à droite quand on joue à trois défenseurs centraux mais il peut jouer à gauche aussi. Pour moi, c'est le grand avantage de Thilo et c'est très important qu'il soit avec nous.» 

Dans l'optique de Belgrade, le jeune Allemand de 22 ans semble même cocher toutes les cases qui comptent aux yeux de son entraîneur : temps de jeu, polyvalence et performance.

Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

mercredi 12 décembre

mardi 11 décembre

lundi 10 décembre

dimanche 09 décembre

samedi 08 décembre

vendredi 07 décembre

jeudi 06 décembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux