Article 

Henrique-Tuchel vers un statu-quo... pour l'instant

Publié le mardi 26 février 2019 à 13:45 par Jean Chemarin
Trois jours après avoir été conforté publiquement par Nasser Al-Khelaïfi dans ses fonctions, Antero Henrique voit sa relation avec Thomas Tuchel faire les choux gras de la presse française, pas autant convaincue que le président du PSG que les deux hommes vont cohabiter longtemps ensemble.

Très présent dans la presse ces derniers jours, Nasser Al-Khelaïfi a publiquement soutenu Antero Henrique samedi dernier dans les colonnes du Parisien. Interrogé sur une possible arrivée d'Arsène Wenger, le président du PSG a ainsi lâché : «Je suis fatigué de répondre à ce genre de questions. J’ai de très bonnes relations avec Arsène, mais nous avons un directeur sportif, Antero Henrique, en qui j’ai une grande confiance. J’entends sans arrêt les médias dire qu’Arsène va venir prendre ce poste. C’est trop. Laissez-nous travailler, s’il vous plaît. Antero réalise un très bon travail. Il va continuer avec nous. Il reste là». Lorsqu'il lui a été demandé si Henrique serait toujours là la saison prochaine, Al-Khelaïfi s'est montré encore plus catégorique : «Oui, c’est sûr.»

Ce mardi, avant le match opposant le PSG à Dijon en quart de finale de Coupe de France, L'Equipe comme Le Parisien ont tenté de décrypter cette sortie médiatique du président parisien, à l'heure où tout le monde sait qu'Antero Henrique et Thomas Tuchel entretiennent une relation glaciale depuis plusieurs mois avec comme gros point de divergence, les deux derniers mercatos du club. Pour les deux médias français, cette sortie de Nasser Al-Khelaïfi est déjà à remettre dans le contexte sportif de l'équipe, qui caracole en tête de la Ligue 1 et vient de réaliser un grand résultat à Old Trafford en huitième de finale aller de Ligue des champions. Même s'il ne le voulait pas, le président du PSG avait-il vraiment d'autre choix que de conforter son directeur sportif ? Ne pas le faire aurait mis le feu au poudre et aurait été très malvenu à l'heure où le PSG peut encore atteindre tous ses objectifs, Coupe de la Ligue exceptée.

Ensuite, les deux quotidiens rappellent aussi que Nasser Al-Khelaïfi avait publiquement soutenu Laurent Blanc en avril 2016 en affirmant qu'il allait rester au PSG, malgré l'élimination quelques semaines plus tôt face à Manchester City. Finalement, Laurent Blanc avait été viré quelques semaines plus tard, directement par Doha. Pour L'Equipe, s'il ne devait en rester qu'un en fin de saison entre Tuchel et Henrique, Doha trancherait clairement en faveur de l'Allemand. Déjà car il est apprécié par les joueurs et les supporters, et aussi car sa nomination est un choix de Doha justement, et non d'Henrique, qui privilégiait plutôt ses compatriotes Sergio Conceição et André Villas-Boas pour succéder à Emery.

Toutefois, comme le suggère Le Parisien, la cohabitation entre l'Allemand et le Portugais est pour le moment partie pour durer au moins jusqu'en fin de saison. Pas d'arrivée imminente de Wenger à l'horizon donc, contrairement à ce qu'annonçait la semaine passée une agence de presse allemande. Pour la suite, tout dépendra probablement de la fin de saison européenne. Si le PSG va très loin en Ligue des champions, il ne serait pas étonnant que la stabilité soit prônée. A l'inverse, si le PSG venait à connaître une désillusion importante en huitième de finale retour ou à échouer encore une fois en quart, Tuchel en sortirait forcément fragilisé, mais le fusible pourrait bien se nommer Antero Henrique. Et il ne serait alors pas étonnant que le nom de Wenger, très proche de l'émir du Qatar, revienne sur la table. A moins que l'Alsacien n'ait trouvé d'ici-là un autre projet.



News 

Aujourd'hui

lundi 17 juin

dimanche 16 juin

samedi 15 juin

vendredi 14 juin

jeudi 13 juin

mercredi 12 juin

mardi 11 juin

lundi 10 juin

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux