Article 

Herrera : «Si je ne pensais qu'à ma pomme, j'aurais fait du tennis»

Publié le mardi 12 novembre 2019 à 14:59 par Jean Chemarin
Le milieu de terrain basque Ander Herrera est à l'honneur dans le dernier numéro de So Foot avec une interview très intéressante dans laquelle il parle de son amour du football, sa vision du jeu, son club de coeur ou encore son départ de Manchester United et son arrivée au PSG. Morceaux choisis.

Le dernier numéro de So Foot vous plonge dans les coulisses de l'After, la célèbre émission de RMC, mais vous propose également une interview très intéressante d'Ander Herrera. 30 questions et autant de réponses que nous vous conseillons chaudement. Ander Herrera y confirme notamment dans cet entretien son sens du collectif et son altruisme : «Ma qualité, c'est ça, penser toujours au bien du collectif plutôt qu'au mien. Si je ne pensais qu'à ma pomme, j'aurais fait du tennis», lance-t-il, conscient que cette mentalité n'est pas celle de tous les joueurs de foot : «C'est logique, sur le terrain, tu ne peux pas avoir que des joueurs comme moi ou que des stars internationales. La qualité d'une équipe résulte du mélange des deux.»

«Il ne peut pas y avoir onze Herrera ou onze Gueye dans une équipe»

Et en ce sens, le PSG version 2019-2020 semble en être un bel exemple : «Moi, je considère que je dois travailler et courir pour que Neymar et Mbappé, Cavani, Icardi, Di Maria et Sarabia mettent des buts. Je n'ai pas de problèmes avec ça. Il ne peut pas y avoir onze Ander Herrera, onze Gueye ni onze cracks dans une équipe. C'est impossible, et puis surtout, ça ne marcherait pas». Une mentalité qui sert les intérêts du PSG et de Thomas Tuchel, puisqu'Herrera ne rechigne pas à jouer ailleurs qu'au milieu : «La veille du match contre Angers, j'avais l'intuition que Tuchel allait m'aligner en tant que latéral droit, raconte-t-il. Le soir même, il y avait un Betis-Eibar à la télévision. J'ai donc regardé le match en me focalisant sur le travail des latéraux des deux équipes. Regarder ce que font les autres, c'est instructif, on apprend beaucoup via les yeux.»

«Ici, on sue, on s'entraîne, on travaille !»

Ander Herrera a aussi évoqué lors de cet entretien son passage à Manchester United et forcément la qualification face au PSG en Ligue des champions la saison passée : «Même nous, on n'y croyait plus vraiment après la défaite du match aller. On se donnait 20% de chances de retourner la situation. Manchester United était dans une situation compliquée, ça semblait impossible, mais bon, le football est parfois irrationnel...» Interrogé aussi sur son arrivée au PSG, Herrera a lâché un très beau compliment à son nouveau club : «Depuis que je suis ici, ce que je vois, c'est que je suis dans un club qui pense uniquement et exclusivement au football. Et je le dis sincèrement, hein, parce que parfois, vu de l'extérieur, le PSG peut avoir un côté glamour qui peut en irriter certains. Mais ici, on sue, on s'entraîne, on travaille ! Quand j'arrive au centre d'entraînement, les physios, la podologue et le préparateur physique sont déjà au boulot... Football, football, football... Leonardo est là tous les jours.»

«Très heureux et reconnaissant» envers Manchester United et ses supporters, Herrera a toutefois reconnu qu'il avait senti un changement concernant ce côté travail en arrivant au PSG : «A Manchester, il y avait des fois où j'avais l'impression que le football n'était pas considéré comme la chose la plus importante...», a-t-il lâché, avant de prendre soin de ne pas froisser son ancien employeur : «Je ne veux pas comparer, tout ce que je sais, c'est qu'ici, j'ai l'impression de respirer du foot de tous les côtés. Et j'aime ça.» 

Retrouvez l'interview complète d'Ander Herrera dans le numéro de novembre de So Foot disponible chez vos marchands de journaux ou sur leur site ici.

Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

mardi 10 décembre

lundi 09 décembre

dimanche 08 décembre

samedi 07 décembre

vendredi 06 décembre

jeudi 05 décembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux