Article 

La préparation physique du PSG remise en cause face à l'avalanche des blessés

Publié le vendredi 18 octobre 2019 à 18:07 par Philippe Goguet
Semaine après semaine, le PSG continue d'avoir son infirmerie pleine et cette avalanche de blessures relance les questions sur la préparation d'avant-saison. Alors que Thomas Tuchel a pointé du doigt les cadences infernales et défendu ses choix de préparation, RMC décrit des joueurs beaucoup moins friands du travail effectué...

« C'est trop pour les joueurs, il y a trop de compétition, trop de matches amicaux, trop de matches. » Thomas Tuchel n'y est pas allé par quatre chemins ce vendredi face à la presse pour décrire les cadences infernales qui sont imposées à ses joueurs alors que l'infirmerie parisienne se remplit très régulièrement avec des joueurs enchaînant les rencontres. Cette trêve a notamment vu Paris perdre sur blessure Neymar et Idrissa Gueye, deux joueurs partis jouer à Singapour un simple match amical entre le Brésil et le Sénégal.

« On a un gros problème qui est qu'on n'a pas de phase de préparation »

Pour le coach parisien, cette avalanche de blessures a une origine simple : « On a un gros problème qui est qu'on n'a pas de phase de préparation. On est toujours dans le rythme des matches. On joue, petit repos, on joue, petites vacances, etc. À la fin, toutes les équipes qui ont beaucoup de matches comme nous ont beaucoup de blessés et ça tue les joueurs. Il y a trop de matches pour les mêmes joueurs. On manque de phases pour se préparer à pratiquer le sport au meilleur niveau. »

De la recherche sur l'origine des blessures

Du côté du PSG, les blessures s'accumulent cette saison comme la précédente malgré le changement de docteur, Michel Baudot ayant remplacé Eric Rolland. Et Tuchel de tenter d'expliquer l'afflux de blessés : « On contrôle tout ce qu'on peut contrôler mais quand une blessure arrive c'est vraiment difficile de regarder en arrière pour savoir ce qu'il s'est passé. On ne sait jamais à 100% pourquoi elle est arrivée, si c'est parce que le joueur a fait ça ou ça, s'il a trop joué ou pas, s'il doit faire plus. C'est beaucoup et nous sommes convaincus que, pour ne pas avoir de blessures, c'est d'avoir une phase de préparation. [...] On essaye tous de réduire les blessures car c'est dommage de n'avoir jamais l'équipe au complet. On doit trouver des solutions. On va chercher et contrôler tout ce qui est possible. »

« On contrôle avec les kinés, les docteurs, le staff performance. On parle chaque jour pour planifier »

La préparation parisienne est justement remise en cause et l'entraîneur du PSG l'a donc défendue : « C'était comme ça l'an dernier et nous sommes habitués à faire une planification pour une préparation mais il y a toujours des dates individuelles pour les joueurs, des phases de repos individuel. On a fait la planification pour avoir un minimum de trois semaines (de préparation) mais ce n'était pas possible pour les joueurs ayant joué la Copa America ou la Coupe d'Afrique. Donc il vaut toujours adapter le volume, l'intensité et ça n'arrête pas. Nous sommes très déçus quand quelqu'un a une blessure mais il y a beaucoup de choses sur lesquelles réfléchir : il a quel âge ? Il a déjà eu une blessure au même endroit ? Il fait beaucoup de vols ? Il a peu dormi ? Il y a aussi la charge de travail et l'intensité mais on contrôle avec les kinés, les docteurs, le staff performance. On parle chaque jour pour planifier. Donc je n'aurais pas changé aujourd'hui la façon dont on s'y est pris. Nous sommes convaincus que c'était nécessaire pour tout le monde d'avoir des vacances, des phases pour récupérer et une phase de préparation. »

Un vestiaire qui n'apprécie que modérément les méthodes du staff

Reste que le coach constate aussi, avec dépit, que « ça ne se passe pas comme ça dans le foot, toutes les équipes qui jouent beaucoup ont beaucoup de blessés... » Une vérité remise en cause par d'autres échos venus du vestiaire parisien et diffusés par RMC. Ce sont notamment les oreilles du préparateur physique Rainer Schrey, parmi les fidèles adjoints de Tuchel, qui sifflent. Dès la fin août, un joueur avait ainsi confié à la radio qu'« on ne fait que des sprints, c’est fatigant, ce n’est pas adapté ». 

Les blessures ne se sont pas arrêtées depuis, bien au contraire, et un proche du joueur a aussi témoigné d'une charge de travail de travail trop importante au niveau physique : « Dans les échauffements de matches de Ligue des champions, il y a beaucoup de physique, de foncier, les joueurs ont du mal à supporter la charge physique hebdomadaire. » Les joueurs se plaindraient aussi, par exemple, du fait que le staff ne tient pas forcément compte de leur été chargé en sélection.

Les Parisiens travailleraient donc trop physiquement, ce qui n'est pas forcément une découverte puisque plusieurs joueurs actuels et passés de Tuchel ont confirmé que l'Allemand était très exigeant sur le plan physique et consacrerait beaucoup de temps à ce point. Dans un entretien au JDD, Bernat confiait ainsi au mois d'août que, « de tous les entraîneurs que j'ai connus, Tuchel est celui qui aime le plus bosser physiquement ».

Il n'empêche que les soucis récurrents de blessures musculaires font réfléchir le PSG, des dirigeants aux joueurs en passant par le staff, forcément. Et si Thomas Tuchel a refusé de déjuger sa préparation devant la presse ce jeudi en évoquant d'autres soucis pour expliquer les blessures, il devrait bientôt y avoir du changement sous peu selon RMC. Le travail de préparation athlétique va être réadapté afin de prévenir les blessures musculaires. 



News 

mardi 12 novembre

lundi 11 novembre

dimanche 10 novembre

samedi 09 novembre

vendredi 08 novembre

jeudi 07 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux