Article 

Leonardo, une sortie de patron préparée en amont

Publié le vendredi 8 novembre 2019 à 18:35 par Philippe Goguet
Leonardo a fait après PSG/Bruges sa première sortie médiatique depuis le 30 août dernier, une intervention pour le moins efficace que le Brésilien avait forcément préparée en amont. L'occasion aussi de définir la ligne du PSG de façon claire.

Une sortie préparée

Le diffuseur de la compétition d'abord, les télévisions, les radios et la presse écrite ensuite, Leonardo n'a oublié personne ce mercredi soir au moment de faire son retour sur la scène médiatique. Comme à Metz deux mois et demi auparavant, le Brésilien a été bien audible et a conquis son auditoire. Des bons mots à foison, un discours clair et efficace sur absolument tous les thèmes de l'actualité du club, quelques phrases pour préparer la suite sur des sujets qui vont forcément revenir sur le tapis et toujours ce sourire aussi désarmant que charmeur pour enrober le tout. Autant être clair, le meilleur de PSG/Bruges, ce fut lui, et sans même avoir joué.

Si Leonardo a fait feu de tout bois, il a largement eu le temps de préparer sa sortie et y réfléchissait même depuis plusieurs jours selon Le Parisien, « agacé par l'écho médiatique des derniers jours », ceux qui avaient notamment suivi la défaite à Dijon d'où il était reparti déçu. Pas fâché pour autant contre son coach avec lequel il a une bonne relation même si, comme il l'a fait remarquer au micro de RMC, il est arrivé avant lui à Paris et ne l'a donc pas choisi.

Tuchel et les gros joueurs savent à quoi s'en tenir

La prise de parole était préparée, le discours travaillé et il a attendu le moment opportun, à savoir la qualification validée pour la phase de la Ligue des Champions où tout se joue, pour sortir de nouveau du bois. L'objectif inital de cette intervention était de redonner du poids et d'apporter son soutien à un Tuchel qui patine un peu en ce moment au niveau du contenu. L'objectif a globalement été atteint, Leonardo reprenant la plupart des explications et points avancés par son coach. Il a aussi démenti les rumeurs sur la recherche d'un éventuel remplaçant, une version que la presse a depuis confirmée et qui conforte toujours un entraîneur.

S'il a aussi rappelé que l'équipe parisienne devrait progresser sur de nombreux points, un discours aussi partagé par son entraîneur, il a aussi défini la ligne directrice du club concernant de nombreux joueurs. Les dossiers Cavani et Thiago Silva seront jugés en temps voulu, selon leurs désirs et ceux du club. Traduction, ils ont été bons et vont devoir continuer à l'être s'ils veulent rester, mais pas question de se dépêcher de prolonger deux joueurs à la trentaine déjà bien entamée. Pas question de se presser non plus pour Mauro Icardi, Paris ayant jusqu'au 30 juin pour lever l'option d'achat.

Le discours est forcément différent concernant les deux pépites du club que sont Neymar et Mbappé. Dur avec son compatriote l'été dernier, Leonardo a désormais adouci son discours et brosse le n°10 dans le sens du poil, rappelant à chaque intervention la valeur sportive d'un joueur qui peine à se sortir de ses soucis médicaux depuis bientôt deux ans. Là encore, la ligne directrice se rapproche de celle de son entraîneur, très protecteur avec le Brésilien.

Attaque frontale envers Zidane et Platini

Concernant Mbappé, Leonardo s'est montré encore plus offensif. La marmite devait bouillir depuis quelques jours et Leonardo a donc fait feu de tout bois. Zidane s'est fait prendre à partie comme rarement par un autre membre du milieu, mettant au passage l'amitié PSG/Real Madrid datant d'il y a plusieurs années de côté, tandis que Michel Platini a lui aussi eu droit à sa petite phrase bien sentie, Leonardo ne se démontant pas face à un autre poids lourd du football français. Le Brésilien a même incarné tout le projet qatari face à l'ancien président de l'UEFA après les remarques douteuses de ce dernier sur les nationalités composant le club.

À l'issue de cette sortie médiatique bien préparée et au cours de laquelle il a remis tout son petit monde à sa place, dur de ne pas voir Leonardo comme le grand patron du club, parfois même au-delà du sportif comme en témoigne sa sortie sur Platini. Chacun sait désormais ce qui l'attend, notamment quatre des joueurs les plus importants de l'effectif, tandis que le coach parisien peut travailler dans la sérénité. Leo l'a dit, « la saison sera difficile », mais ce n'est pas pour autant que les ambitions sont faibles et le malin Leo gagnera forcément à la fin. Si Paris déçoit, il avait prévenu. Si Paris gagne, qui se rappellera que la saison devait être difficile ?

Tuchel a aimé

Cette sortie a aussi ravi son entraîneur Thomas Tuchel comme il l'a expliqué à la presse ce vendredi : « C'est bien de défendre (le club), c'est toujours bien. C'est le club et il y a des choses qu'un club doit dire. Il doit donner son opinion et c'est bien. Je connais ça très bien car c'est la même chose en Allemagne et, maintenant, c'est comme ça ici avec lui. Et c'est bien. Je veux parler des choses sportives et pour tout le reste c'est Leo. Il y a aussi des choses liées au sportif, mais aussi toutes les choses politiques et liées au club. C'est très très bien. » Du côté des supporters, personne ne dira le contraire.



News 

Aujourd'hui

jeudi 21 novembre

mercredi 20 novembre

mardi 19 novembre

lundi 18 novembre

dimanche 17 novembre

samedi 16 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux