Article 

Les piques continuent entre Tuchel et Le Graët

Publié le samedi 11 mai 2019 à 12:21 par Philippe Goguet
Les échanges à distance entre le président de la Fédération Française de Football Noël Le Graët et l'entraîneur du PSG Thomas Tuchel continuent. Alors que l'Allemand avait jugé le patron du football français « pas professionnel », ce dernier lui a répondu.

Entre le PSG et la Fédération Française de Football, l'heure n'est visiblement pas à l'union et les deux camps s'échangent des mois doux de façon publique, avec la fameuse Superligue européenne en toile de fond. Le président de la FFF Noël Le Graët avait envoyé la première pique jeudi en conseillant au PSG de « d'abord bâtir une équipe pour passer les 8es de finale de la Ligue des Champions », une remarque que Thomas Tuchel avait commentée en conférence de presse peu après.

Face aux médias, le coach parisien avait eu des mots durs : « Je suis très surpris qu'il commente une chose comme ça. Ce n'est pas professionel mais d'un autre côté je ne suis pas surpris par la fédération. En beaucoup d'occasions, j'ai entendu les mêmes attitudes contre mon staff, moi ou le club. Mais pour moi, ce n'est pas professionnel de dire ça et de mélanger les choses comme ça. Pour la Champions League, je n'ai pas d'avis car je ne sais pas quelle révolution ou changements sont discutés, ce n'est pas mon sujet. »

Le grand patron du football français va répondre dans Le Parisien à ces propos, tentant de s'expliquer : « C’est un grand entraîneur qui gagnera sûrement bientôt. Il a fait des choses intéressantes, mais il y a encore du chemin comme pour tout le monde. J’ai vu ce qu’il a dit. La Fédération est très professionnelle et nous sommes prêts à le recevoir et à discuter, car c’est important qu’on puisse avoir des rapports intéressants avec le PSG. »

Mais Noël Le Graët va aussi tenter de s'expliquer sur ses propos précédents et sa fameuse phrase sur le PSG : « Mais c’est vrai qu’ils peuvent mieux faire, c’est un constat pas une critique. Paris montre depuis quelques années un bon visage au niveau national, ils battent facilement les équipes de notre championnat et on souhaite qu’ils soient plus performants au niveau européen. Quand la France a une idée pour les réformes, on aimerait que le PSG soit avec nous, en tout cas pas trop loin. C’est ce que j’ai voulu dire. » Pas sûr que cela suffise pour faire oublier au PSG ses envies de Superligue européenne.



News 

Aujourd'hui

mardi 21 mai

lundi 20 mai

dimanche 19 mai

samedi 18 mai

vendredi 17 mai

jeudi 16 mai

mercredi 15 mai

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux