Article 

Les premières idées du PSG de Thomas Tuchel

Publié le lundi 4 juin 2018 à 19:53 par Philippe Goguet
Officiellement entraîneur du PSG depuis la mi-mai, Thomas Tuchel s'est sérieusement mis au travail avant même cette nomination. Outre les rendez-vous qu'il a eus avec quelques uns des joueurs de l'effectif, il a aussi largement analysé et défini ce qu'il compte mettre en place pour la saison prochaine. En voici les grandes lignes.

Si le staff de Thomas Tuchel commence déjà à prendre forme, sa garde rapprochée de Mayence puis du Borussia Dortmund débarquant avec lui à Paris (Arno Michels, Rainer Schrey et Benjamin Weber), le technicien allemand n'en a pas forcément dévoilé beaucoup concernant ses intentions depuis son arrivée à Paris et il a disparu des radars depuis sa médiatique présentation et ses interviews à quelques médias. L'Allemand ne chôme pas, loin de là, et les grandes lignes de son projet prennent forme selon nos informations.

Un gardien à protéger collectivement

Comme il l'avait expliqué dans la presse, Alphonse Areola lui convenait très bien avant que Gianluigi Buffon ne lui soit proposé, un gardien qu'il est impossible de refuser. Après avoir regardé la plupart des matches de la saison passée, Tuchel n'avait pas cloué au pilori le gardien français et ne faisait pas de son remplacement une priorité. Au contraire, il avait trouvé deux causes principales à ses erreurs récurrentes. La première est une mauvaise coordination défensive quand la seconde est collective, avec un gardien de but qui se retrouve trop souvent dans des situations particulièrement complexes à gérer, donc génératrices d'erreurs.

Et plutôt que de pointer du doigt le dernier rempart parisien, c'est toute l'organisation défensive parisienne qui était ciblée. Aux yeux du tacticien, il vaut mieux travailler sur un système défensif cohérent plutôt que d'investir massivement sur un joueur hors-normes à ce poste (Oblak par exemple). Les joueurs de champ parisiens ont ainsi été jugés trop passifs sur les contre-attaques et deux secteurs sont bien ciblés : les milieux et les latéraux ne font pas des efforts suffisants en termes de course et d'intensité.

Les courses sans ballon sont aussi considérées comme étant insuffisantes dans les phases offensives. Spécialiste du jeu de position, Tuchel a diagnostiqué le PSG actuel et il a estimé que cette équipe portait trop le ballon. A ses yeux, la possession doit servir à mettre en place un schéma et à créer des espaces. La multiplication des passes doit s'accompagner de courses croisées pour déstabiliser, ce qui manque un peu trop au PSG selon lui. Tous les joueurs vont donc devoir offrir plus à ce niveau-là, en commençant par les arrières latéraux.

Vers une défense à quatre, au moins au début

Pour l'heure, ceux-ci devraient commencer la saison au sein d'une défense à quatre. France Football avait évoqué il y a quelques semaines sa volonté d'une mise en place rapide d'un 4-2-3-1, nous pouvons seulement confirmer que le technicien devrait partir, au moins au début, sur un système à 4 défenseurs. La défense à trois est une option qui sera forcément travaillée à un moment mais elle n'est pas la priorité. Le nombre réduit de défenseurs centraux présents dans l'effectif parisien est d'ailleurs un frein à cette mise en place, ainsi que la préparation tronquée par la Coupe du Monde.

Dans son entretien au Parisien, Tuchel avait d'ailleurs en partie annoncé cette défense à quatre quand il avait listé ses besoins en défense centrale : «Si j’ai la garantie qu’il n’y aura aucune blessure, trois défenseurs centraux pour deux places, c’est un parfait assemblage. Avoir trois défenseurs de haut niveau pour deux places, c’est vraiment la meilleure solution. Ensuite, on peut avoir un quatrième défenseur qu’on va aider à grandir, à franchir les étapes, qui apprendra des trois autres.» S'il souhaite effectivement enrôler un défenseur central de plus, la priorité n'est pas vraiment dans ce secteur.

Kimpembe est l'un des intransférables aux yeux de Tuchel

Du côté de Dortmund, le technicien avait d'ailleurs commencé de la même façon, avec un système oscillant entre le 4-2-3-1 et le 4-1-4-1, avant de changer peu à peu et d'incorporer de la diversité tactique, notamment une défense à trois. Deux de ses arrières latéraux, à savoir Marcel Schmelzer à gauche et Lukasz Piszczek à droite, s'étaient ensuite régulièrement retrouvés parmi les trois joueurs de la défense centrale, mais rarement ensemble. Comme Conte, autre grand spécialiste de la défense à trois, Tuchel utilisait en général deux défenseurs centraux confirmés avec un latéral repositionné comme stoppeur.

Sur les côtés, Le Parisien avait dévoilé que le technicien allemand n'était fan d'aucun des quatre joueurs à disposition. Comme expliqué récemment, il compte notamment observer Meunier durant la Coupe du Monde et le Belge va devoir convaincre car la place d'Alves ne lui sera pas assurée malgré la blessure longue durée du Brésilien. De la même façon qu'Emery avant lui, il n'est pas encore totalement convaincu par le profil du joueur. 

Le milieu, un grand chantier et trois intransférables

Au milieu, plusieurs joueurs sont considérés comme intransférables. Draxler, forcément l'un des joueurs que connaît le mieux Tuchel, en fait partie. Et là aussi comme Unai Emery avant lui, l'entraîneur Allemand apprécie aussi le profil de Giovani Lo Celso. L'Argentin a fait une belle impression sur la fin de saison et la porte est bien fermée concernant un départ. Reste que ce n'est pas autour d'eux mais bien de Verratti que Tuchel compte construire son milieu.

L'Italien a clairement été identifié comme la perle de l'entrejeu et les responsabilités vont donc être importantes sur ses épaules. Mais Verratti va d'abord devoir convaincre, notamment concernant son hygiène de vie. Tuchel est intransigeant sur ce point et estime que le petit milieu parisien doit faire plus à ce niveau. Ces manques au niveau physique lui font perdre de la lucidité en fin de rencontre et limite son volume de jeu vers l'avant, un souci qui trouve sa source dans un entraînement invisible auquel tient beaucoup l'Allemand. Mais si Verratti n'accepte pas de faire les efforts que Tuchel estime nécessaires, le mariage pourrait vite être consommé.

Pour le reste, aucun des autres milieux n'est intouchable ni intransférable. Le manque d'impact général du milieu a été souligné très tôt par le technicien, dès ses premiers entretiens au Qatar avec les grands décideurs parisiens. Et plutôt qu'une sentinelle, sa priorité absolue est un joueur capable d'apporter de ce fameux impact mais aussi des courses depuis le milieu de terrain. Dans cette optique, il a même fourni au club une liste de noms pouvant répondre à ce profil. Un successeur de Motta reste attendu mais son profil peine à se dégager pour l'heure. 

Neymar, clé de voûte de l'attaque

En attaque, comme un cran plus bas, le dispositif qui sera employé n'est pas forcément clair mais le nom autour duquel la ligne sera construite est clair : ce sera Neymar. Dès ses premières prises de parole, Tuchel a été très clair dans son approche : «Neymar est un élément hyper excitant du succès du PSG. Il faut trouver une structure qui lui permette d’exprimer tout son talent.»  Et cette structure aura deux visages : «Nous devons laisser nos joueurs offensifs attaquer librement, ils ne doivent pas se soucier de ce qui se passe dans leur dos. Mais pour cela il faut assurer une organisation.»

Bien évidemment, Mbappé reste au coeur des plans de Thomas Tuchel. Si le positionnement du joueur n'a rien de fixé, les axes de travail le sont. Lors de sa première saison sous les ordres d'Unai Emery, le joueur a découvert un autre contexte, plus souvent excentré, et Tuchel estime qu'il doit encore travailler sur ses déplacements et ses choix de tirs dans la zone de vérité. Emery avait commencé à dégrossir Mbappé au niveau défensif et son successeur compte bien continuer. C'est notamment le travail dans la moitié de terrain adverse qui doit être amélioré pour lui. 

Neymar sera l'élément clé de l'attaque mais Mbappé sûrement pas oublié

Concernant l'attaquant de pointe qu'est Cavani, la situation n'est aujourd'hui pas tranchée. De son côté, le joueur se plaît vraiment à Paris et a trouvé un certain équilibre mais tout son entourage ne partage pas cette vision. Une partie pousse même pour un départ, estimant que les dés sont pipés : à chaque fois que le club devra choisir entre Cavani et Neymar, et quel que soit le thème, il sera donné raison au Brésilien. Même le plus grand protecteur du Matador depuis son arrivée, à savoir Nasser Al-Khelaïfi, n'a pu garantir au clan Cavani qu'il sera toujours au PSG la saison prochaine. 

Tout dépend de Thomas Tuchel, un entraîneur qui avait su transformer un autre avant-centre considéré comme limité techniquement du côté de Dortmund, à savoir Pierre-Emerick Aubameyang. Si Paris décidait finalement de se séparer du joueur, un certain Pini Zahavi a déjà prévenu le club qu'il était en mesure de placer l'Uruguayen, et ce alors qu'il n'est même pas son agent... Côté parisien, on a en tout cas déjà sondé plusieurs avant-centres au profil plus associatif : Roberto Firmino l'avait été avant qu'il ne prolonge à Liverpool tandis que Higuain ou Lewandowski sont régulièrement cités à l'étranger. 

Connaître avant de trancher

Pour l'Uruguayen comme pour bon nombre de joueurs de l'effectif, le nouvel entraîneur parisien souhaite surtout apprendre à le connaître, le voir de près, exactement comme l'avait fait Unai Emery à son arrivée à Paris. Alors qu'il ne pensait pas s'appuyer sur Blaise Matuidi au départ, le Basque en avait fait l'un des vice-capitaines quelques semaines plus tard. Rien n'empêche un scénario similaire avec d'autres joueurs sous Tuchel, même si l'entraîneur allemand semble plus tenté que son prédécesseur de régénérer un groupe qui a parfois semblé en fin de vie.

Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

jeudi 18 octobre

mercredi 17 octobre

mardi 16 octobre

lundi 15 octobre

dimanche 14 octobre

samedi 13 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux