Article 

Mbappé : «Le foot est un sport à la fois magnifique et cruel»

Publié le dimanche 10 septembre 2017 à 15:26 par Philippe Goguet
Kylian Mbappé était le thème d'un reportage de l'émission de Canal+ Clique ce dimanche. Interrogé, le jeune attaquant du PSG a évoqué le football et le métier de footballeur, notamment les sacrifices nécessaires pour percer dans le métier. Il est aussi revenu sur son enfance, très orientée vers le ballon rond.

Quelques jours avant ses débuts avec le PSG à Metz, Kylian Mbappé avait accordé quelques minutes à l'émission Clique de Canal+ et l'entretien a été diffusé ce dimanche. C'est dans son école maternelle à Bondy, que Mbappé s'est confié et l’entretien commence par une question sur le lieu où se déroule la rencontre : «Ce sont des souvenirs qui reviennent parce que c’était ma classe, j’ai remarqué en rentrant. J’ai toute ma jeunesse qui défile. C’est là où j’ai passé toute mon enfance, j’en ai des grands souvenirs.»

Une enfance tournée vers le football

Dans cette interview au contexte pour le moins particulier pour une footballeur, son enfance est le premier grand thème de l'entretien et il est demandé à Mbappé son premier déclic foot : «Il est venu trop tôt pour que je m’en souvienne. Pour moi, c’est comme si j’étais né comme ça. J’ai toujours aimé ça donc c’est dur de dire la première fois que j’ai souhaité (être pro). J’ai l’impression que c’est dès que je suis sorti du ventre, tout de suite, j’ai aimé ça donc j’ai peu de souvenirs.»

«Je considère le foot comme une passion donc t’es obligé d’être comme un enfant sur un terrain»

Il lui ensuite demandé si le foot, sa passion, est un jeu d’enfants pour lui : «Bien sûr. Pour tous ceux qui sont passionnés. Après, chacun est libre de faire ce qu’il veut. Si certains considèrent cela comme un métier, c’est un métier aussi. Moi, je considère cela comme une passion donc t’es obligé d’être comme un enfant sur un terrain : prendre du plaisir, être content d’être là et te dire que des millions de personnes voudraient être à ta place, comme moi j’ai voulu être à la place des gens. C’est vraiment un plaisir de se lever tous les matins pour aller jouer au foot.»

L'été, il était d'ailleurs question de football plus que de vacances pour Mbappé, même si le futur pro arrivait à concilier les deux : «Je jouais tout l’été. Je partais quand même en vacances, mais j’emmenais toujours un ballon dans mon sac pour jouer, que ce soit tout seul ou avec des copains. Je me faisais ce que j’appelais des copains de foot. Tu partais en vacances et tu les connaissais juste pour jouer au foot, je ne connaissais même pas leurs prénoms.»

Neymar, Zidane, les idoles

Interrogé sur son copain de foot actuel, un certain Neymar, Mbappé va répondre : «Franchement, quand j’ai appris qu’il venait, j’avais déjà pris ma décision de venir à Paris. Le président m’avait annoncé qu’il allait venir, j’étais vraiment très content parce que vous jouez avec une idole. Vous êtes obligés de l’aimer. Même si vous n’aimez pas le footballeur, vous aimez la personne parce qu’il a l’air d’être un mec cool. »

Plus jeune, c'est Zidane que Mbappé voulait imiter, au point de demander la coupe de cheveux du joueur : «A cette époque-là, je ne captais pas, j’étais dans mon monde, je voulais faire la même coupe de cheveux que lui. Quand vous aimez un joueur, vous voulez tout faire comme lui. S’il mange des épinards alors qu’un enfant déteste ça, il va en manger quand même. Je voulais tout faire comme lui. Moi, je ne savais pas que c’était la calvitie donc j’ai demandé à faire un rond et le coiffeur m’a pris pour un fou. […] Ça va, il y a pire dans les coupes de cheveux de footballeurs.»

«J’aime bien regarder ce qu’il se passe dans le monde du foot.»

Le thème abordé ensuite concerne les réseaux sociaux, un espace où Mbappé brille. Une photo de lui avec une guitare lui est montrée et Mbappé rigole : «Non, c’était une posture, je ne sais pas jouer (rires).» Il est ensuite questionné sur l'iPad que l'on voit souvent sur ses publications. Et Mbappé avoue ce qu'il regarde : «J’aime bien regarder mes matches, comment je joue, ce que j’ai fait de bien et de pas bien. Je regarde tous les matches aussi, les matches étrangers. J’aime bien regarder ce qu’il se passe dans le monde du foot.»

Le football, un vrai travail

«Il y a des gens qui travaillent dans les écoles, moi c’est dans le foot, ce sont plein de choses différentes, mais on a tous la même charge, on rentre tous fatigués le soir.»

Mbappé est ensuite lancé sur son discours, beaucoup basé sur le travail : «Tu travailles des jours et des jours, mais ce n’est pas que le footballeur. Dans la vie, si tu veux quelque chose, il faut travailler pour l’avoir. La vie n’est pas simple et il n’y a que les travailleurs qui obtiennent ce qu’ils veulent. Ce n’est pas une question de nombre d’heures, tout le monde sait que tout le monde travaille. Il y a des gens qui travaillent dans les écoles, moi c’est dans le foot, toi dans le journalisme, ce sont plein de choses différentes, mais on a tous la même charge, on rentre tous fatigués le soir.»

«Soit tu es rattrapé par ta passion, soit tu ne l’es pas et tu tombes au bout d’un moment parce que c’est la compétition.» 

Le nouvel attaquant du PSG explique aussi sa vision du métier de footballeur, un job difficile selon lui : «Il faut faire plein de sacrifices. Le problème vient du fait que les gens ne voient que la finalité du footballeur. Il faut qu’ils sachent qu’il y a des milliers et des milliers de jeunes qui partent tôt de la maison, qui laissent leur famille et leurs amis, qui sont (parfois) en pleurs. Le soir quand tu n’es pas bien, tu n’as personne pour te consoler, tu n’as personne pour te guider quand tu fais des erreurs, tu dois te prendre en charge tout de suite. C’est soit tu es rattrapé par ta passion, soit tu ne l’es pas et tu tombes au bout d’un moment parce que c’est la compétition. Vous êtes 50 gamins, il y en a peut-être 2 ou 3 qui vont devenir des stars, ou peut-être même juste des joueurs de foot normaux. Le foot est un sport à la fois magnifique et cruel parce qu’on ne voit pas tous ceux qui tombent, sont dans la galère et font malheureusement rien de leur vie.»

Il est ensuite relancé sur ses ambitions, un domaine où Mbappé n'a jamais eu peur de voir grand : «J’ai toujours dit que, pour avancer, il faut être ambitieux et se fixer des objectifs élevés. Tu ne progresses pas en te fixant des objectifs que tu sais que tu vas atteindre, tu stagnes et d’autres travaillent pendant ce temps-là. Il n’y a pas que toi qui veux être le meilleur, il y en a plein.»

«Le rêve, c’est de tout gagner, de connaître toutes les sensations de victoire.»

L'entretien se finit par une question sur les rêves que le néo-Parisien cultive. Et Mbappé est toujours aussi ambitieux : «Le rêve, c’est de tout gagner, de connaître toutes les sensations de victoire. Lorsque je regarderai ma salle des trophées, je pourrai me dire "Moi, j’ai fait ça." Et ne pas avoir de regrets, me dire que j’avais ce potentiel-là et que je n’ai pas donné, que j’aurais pu faire ça mais que je ne l’ai pas fait parce que je n’ai pas fait ça. Et bah non, je veux tout faire pour, à la fin de ma carrière, pouvoir dire à mes enfants quand j’en aurai : "Moi, j’avais un rêve et je suis allé jusqu’au bout de celui-ci. J’espère que vous aurez vous aussi des rêves et que vous irez jusqu’au bout."»

Joueur(s) lié(s) 


News 

lundi 20 novembre

dimanche 19 novembre

samedi 18 novembre

vendredi 17 novembre

jeudi 16 novembre

mercredi 15 novembre

mardi 14 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux