Article 

Motta : «Je serai le premier fan du PSG la saison prochaine»

Publié le dimanche 13 mai 2018 à 12:14 par Cédric Chasseur
Après son dernier match au Parc des Princes et les festivités qui ont suivi, Thiago Motta s'est très longuement arrêté à notre micro pour revenir sur cette folle soirée mais aussi sa reconversion ou encore le futur du club. Le cerveau du milieu parisien

Énormément d’émotions pour vous ce soir. Quel a été le moment le plus fort ?

Thiago Motta : «Des émotions, j’en ai depuis que je me suis réveillé jusqu’à maintenant. Et ce n’est pas fini encore, il faut profiter de la journée. Nous avons le devoir de fêter les 4 titres remportés cette année. Et moi je passe au deuxième plan. J’ai été ému, bien sûr, par les messages des supporters, des coéquipiers. C’est la reconnaissance qui me touche le plus. Celle des joueurs avec qui j’ai partagé un vestiaire pendant 6 ans. Je suis heureux de finir ma carrière ici au club et surtout de continuer au PSG, d’entrainer les U19. Je dois remercier le président qui m’a donné la possibilité de jouer au Paris Saint-Germain et qui me donne maintenant l’opportunité d’entrainer. Avant d’arriver ici, jamais je n’aurais imaginé un tel scénario. C’est pour ça que je suis obligé d’être content.

Qu’est-ce que cela fait d’entendre les supporters du Parc des Princes scander votre nom pendant de longues minutes ?

«Le Parc est devenu mon jardin»

C’est une émotion particulière. Le Parc est devenu mon jardin. J’ai joué plusieurs matchs ici, des matchs importants. On en a gagné beaucoup. On a passé de bons moments, des moins bons aussi mais cela fait partie du football. Le soutien des supporters vers moi et vers l’équipe était toujours énorme. Il faut les remercier aussi parce que dans le football ce n’est pas toujours simple.

Tu as joué dans plusieurs grands clubs, l’Inter, le FC Barcelone… Qu’est-ce qui fait que tu t’es senti aussi bien ici à Paris ?

C’est le club où j’ai passé le plus grand nombre d’années. C’est le club où j’ai vécu beaucoup d’émotions, de matchs de Ligue des Champions. Avec cette envie de faire quelque chose. Le Barça l’avait déjà gagné, l’Inter avait réussi le rêve du président après 45 ans sans victoire. Je regrette de ne pas l’avoir gagné ici en tant que joueur. Mais pourquoi pas dans le  futur avoir une opportunité de gagner la Ligue des Champions en faisant un autre métier ici.

C’est quoi le message que vous voudriez faire passer aux joueurs des U19 du Paris Saint-Germain ? 

Le message aujourd’hui c’est de profiter du football. Pour un garçon de 17/18 ans, le football c’est un métier mais aussi une passion. Les joueurs ont de la chance de jouer dans un grand club. Mon rêve au centre de formation du FC Barcelone c’était de devenir un joueur professionnel au Barça. Les jeunes, bien sûr qu’ils ont ce rêve de jouer au Paris Saint-Germain. Mais il faut prendre du plaisir. Les choses arrivent naturellement quand tu fais ton travail avec beaucoup de plaisir. Vous avez choisi de devenir journaliste parce que vous aimez cela. Et bien les joueurs quand ils rentrent sur le terrain ils doivent aimer jouer au football. Et c’est mon premier message que je souhaite faire passer aux garçons.

Il y aura du public pour les matchs des U19 du coup la saison prochaine ! 

J’espère! Si vous voulez passer un bon moment… (sourire) voir un beau spectacle. C’est ça que j’apprécie dans le football. Et j’aimerais beaucoup transmettre ça à mon équipe. Le résultat c’est la conséquence du travail réalisé sur le terrain. L’année prochaine si vous avez du temps, que vous ne savez pas quoi faire, vous pouvez venir voir un beau spectacle chez les U19.

Vous serez un entraineur qui va privilégier le jeu?

«Quand le collectif va, le talent émerge.»

Le talent, c’est assez difficile à trouver. Mais dans un sport collectif, cela existe d’être altruiste, il faut d’abord penser au collectif. Quand le collectif va, le talent émerge. Mais j’aimerais voir mon équipe bien jouer au football, c’est sûr.

A vous entendre, vous êtes déjà devenu un entraineur ?

Non, mais cela fait longtemps que j’ai cette idée dans la tête. On en a discuté plusieurs fois avec le président. C’est son idée aussi. Moi ça me plait de continuer le football et de devenir entraineur. J’avais cette inquiétude, à 25/26 ans, de ne pas savoir ce que je ferais à la fin de ma carrière de joueur. On ne peut pas jouer jusqu’à 40 ans. Je suis chanceux d’être arrivé jusqu’à 35 ans. Mais quand on m’a donné cette sécurité de continuer au club et d’entrainer, là je suis heureux.

On ne sent pas de tristesse de mettre fin à votre carrière de joueur ?

«Il y a un potentiel énorme dans ce vestiaire»

Pourquoi avoir de la tristesse? Je préfère prendre les choses positives, c’est la vie. Comme je l’ai dit, je ne peux pas jouer à 40 ans, surtout à ce niveau. Cela me fait du bien d’avoir la tête tranquille, de prendre la bonne décision au bon moment. Je suis fier des choses accomplies ici au Paris Saint-Germain avec l’équipe. Moi je serai le premier fan du PSG la saison prochaine. Ils ont le potentiel pour tout gagner, au niveau national, mais aussi en Europe. Il y a un potentiel énorme dans ce vestiaire, comme joueurs mais aussi comme hommes. Je leur souhaite beaucoup de réussite. Ce groupe-là le mérite beaucoup.

Est-ce que vous pensez que Neymar sera encore là la saison prochaine ?

Je suis convaincu qu’il sera au Paris Saint-Germain. Il va faire de grandes choses avec cette équipe. S’il est bien, le PSG aura de grandes chances de gagner beaucoup de choses. 

Être entraineur de l’équipe première du Paris Saint-Germain c’est aussi un objectif pour vous ?

Bien sûr. Quand je suis arrivé, à 15/16 ans, au FC Barcelone, j’avais ce rêve de devenir joueur professionnel. Réussir, quand tu arrives tout seul du Brésil, c’était difficile. Comme ce n’est pas facile d’entrainer le PSG. Aujourd’hui c’est un grand club. Mais dans un coin de ma tête, c’est un objectif d’entrainer le Paris Saint-Germain, bien sûr.

Quel entraineur du PSG va le plus vous inspirer ?

On apprend de tous les entraineurs. Il faut juste beaucoup les écouter. J’avais évidemment une relation privilégiée avec Carlo Ancelotti. Mais j’ai appris avec Laurent Blanc, avec Unai Emery. Ce sont de grands entraineurs qui sont passés ici au Paris Saint-Germain. Et ce sera le cas aussi du prochain. Et j’espère, même si je ne serai pas joueur l’an prochain, apprendre beaucoup avec le futur entraineur.

Est-ce que vous avez déjà un successeur sur le terrain ou dans le vestiaire? Qui pourrait devenir le prochain Thiago Motta ?

«Certains joueurs sont plus forts que moi au même âge»

Il y a beaucoup de potentiel dans ce vestiaire. Certains joueurs sont plus forts que moi au même âge. Cela dépendra du futur entraineur, de sa vision du football. Mais ici, il y a des joueurs énormes. On dit que le PSG est le plus fort au niveau national mais pas au niveau européen, alors qu’il ne manque pas grand-chose. Quand je regarde les équipes qui sont en finale de la Ligue des Champions, avec tout le respect que j’ai pour elles, il n’y a pas beaucoup de différence avec le Paris Saint-Germain. Et je souhaite au coach du PSG de pouvoir bien faire son travail et de pouvoir faire de grandes choses en Europe aussi.»

Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

lundi 15 octobre

dimanche 14 octobre

samedi 13 octobre

vendredi 12 octobre

jeudi 11 octobre

mercredi 10 octobre

mardi 09 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux