Article 

Neymar, Cavani, des mots après PSG/OL et une question de statuts

Publié le mardi 19 septembre 2017 à 10:39 par Philippe Goguet
L'affaire des coups de pieds arrêtés entre Cavani et Neymar continue dans la presse du jour : les deux joueurs ont eu des mots dans le vestiaire après PSG/OL et, derrière cette dispute, c'est aussi une question de statuts dans le vestiaire qui se joue.

Une brouille qui se finit dans le vestiaire

Deux jours après les faits, la brouille entre Neymar et Cavani qui s'est affichée durant le PSG/OL de dimanche soir fait la une de la presse du jour et Le Parisien mais surtout L'Equipe écrivent de nombreux articles à propos des discussions des deux stars offensives concernant les coups de pieds arrêtés. Pour rappel, deux scènes ont eu lieu durant la partie : Dani Alves a d'abord pris le ballon à Cavani pour l'offrir à Neymar sur un coup-franc puis l'Uruguayen a ensuite refusé au Brésilien le penalty obtenu par Mbappé quelques minutes plus tard.

Selon L'Equipe, l'affaire ne s'est pas arrêtée à ces deux discussions sur le terrain, loin de là même. C'est en rentrant au vestiaire que la situation s'est réellement envenimée entre les deux joueurs. Alors que l'Uruguayen avait déjà zappé les célébrations de fin de partie avec ses partenaires, il a fait part de ses remontrances au Brésilien quand celui-ci est arrivé. Cavani «lui a alors fait savoir en espagnol qu'il n'avait pas apprécié son attitude sur le penalty» et Neymar a répondu «de manière peu aimable» selon des témoins de la scène cités par le quotidien sportif. Le ton est même monté entre les deux et ce sont finalement d'autres joueurs, vraisemblablement Thiago Silva et Marquinhos, qui ont séparé les deux stars alors qu'elles semblaient prêtes à en découdre.

Le clan des Brésiliens aussi visé

Les deux hommes ont finalement quitté le Parc des Princes chacun de leur côté et ne se sont pas revus depuis, Emery ayant accordé deux jours de repos. Si l'entraîneur a abordé le sujet en conférence de presse, annonçant que la chose allait être réglée en interne, la presse du jour se focalise logiquement sur ce que cet épisode de vestiaire va avoir comme impact sur le groupe du PSG. La survendue MCN a déjà pris un sérieux éclat là où la version originale, la fameuse MSN barcelonaise, était réellement proche sur le terrain comme en dehors. Plus ennuyeux, l'idée d'un vestiaire parisien divisé fait son chemin.

Très présents et en nombre puisque pas moins de cinq (plus Maxwell), les Brésiliens représentent un pan important du groupe parisien et leur influlence n'est pas négligeable quand, dans le même temps, Cavani n'a que peu de soutiens réels dans le vestiaire. Bien qu'apprécié par tous et apôtre du collectif, l'Uruguayen reste à la marge, comme toujours depuis son arrivée. Il a certes pris du poids suite à son excellente saison passée mais ne pèse pas forcément lourd face au clan des Brésiliens, très soudés. Dans Le Parisien, l'entourage de Cavani n'a d'ailleurs pas hésité à tacler la mise en avant excessive de Neymar par le club, comme un symbole de la prise de pouvoir du club par la dernière recrue: «Quelle est la priorité du club ? Que Neymar gagne le Ballon d'Or ou que le PSG remporte la Ligue des Champions ? » 

Aussi une question d'argent ?

Outre cette question d'influence dans le vestiaire, le journal L'Equipe fait aussi de cette embrouille une question d'argent. Selon le quotidien, Cavani a dans son contrat une clause qui stipule qu'il touchera une prime de 1M€ s'il finit meilleur buteur de Ligue 1, une information que Le Parisien avait déjà publiée fin 2016 dans un article sur les salaires des joueurs. Autant dire que chaque but compte, même les pénalties, alors que le monégasque Falcao enfile les buts comme des perles en ce début de saison. Cette affirmation concernant la structure du contrat de Cavani est toutefois démentie par Romain Molina, actuellement en train d'écrire une biographie sur l'Uruguayen. Cette prime n'existerait plus dans le nouveau contrat du joueur, signé début 2017 :

Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

vendredi 15 décembre

jeudi 14 décembre

mercredi 13 décembre

mardi 12 décembre

lundi 11 décembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux