Article 

Nos Power Rankings de la mi-saison au PSG

Publié le samedi 7 janvier 2017 à 17:23 par Philippe Goguet
L'an passé, nous vous avions publié à quelques reprises nos «Power Rankings», ce classement un peu particulier des joueurs. Après ceux publiés au quart de la saison, il est plus que temps de publier ceux de la mi-saison.

Rappel

Si vous connaissez le principe, vous pouvez passer directement au paragraphe suivant.

Les Power Rankings, c'est quoi ?

Très présents dans les sports américains, les Power Rankings sont une sorte de classement parallèle, entre des équipes qui ne vont pas forcément s'affronter dans l'immédiat (voire pas du tout). Ils peuvent être basés sur des algorithmes comme sur des ressentis et permettent d'obtenir une hiérarchie parfois plus réaliste que celle des simples résultats et du classement au nombre de victoires. En foot US (dont les saisons régulières se jouent en peu de matches) ou dans des sports qui se jouent au contraire sur un nombre très important de matches (basket, hockey, baseball), les Power Rankings offrent une autre vision des forces du moment. 

Exemple : Les Power Rankings de TouchdownActu, site spécialisé dans le football US. Leurs Power Rankings récents placent par exemple une équipe avec un bilan négatif devant une en positif, notamment par rapport à la forme du moment. 

Voilà, grossièrement, l'idée.

Nos critères :

Dans notre cas, classer les clubs en France n'a aucun intérêt vu l'écart entre le PSG et les autres (même si cette saison est bien différente...) tandis que tenter un classement pareil à l'échelle européenne nous semble un peu trop prétentieux vu le nombre de matches à observer. Nous avons donc adapté le système pour le faire coller aux joueurs du PSG. 

Pour classer nos joueurs du premier au dernier, trois critères ont été retenus : la forme du moment, leur importance dans le vestiaire et leur historique au PSG. Par exemple, un Verratti est plus important que bon nombre de joueurs même quand il est absent deux mois (cf saison dernière). Pour ces seconds Power Rankings de la saison, les dernières semaines ont plus compté que les premières. A la fin du mois d'août, Thiago Silva, alors blessé, aurait été devancé par un Pastore qui est aujourd'hui retombé dans ses problèmes physiques.

Nos Power Rankings à la mi-saison (27 matches officiels) :

Les évolutions au classement sont calculées par rapport aux précédents Power Rankings publiés en octobre dernier.

  1. Cavani (-) : L'homme fort du PSG à la mi-saison, c'est forcément lui. Buteur devenu intouchable, il s'apprête à prolonger son contrat à Paris et ainsi partir à la chasse au(x) record(s) de buts d'Ibrahimovic.
  2. Verratti (+5 places) : Si le PSG a tangué fortement au cours du mois de décembre, l'Italien est l'un des seuls qui a tenu bon dans cette période et s'est même relevé. Son match à Guingamp restera comme un moment de grande solitude où lui seul semblait être capable de prendre en main la destinée de l'équipe.
  3. Thiago Silva (-) : Son statut de capitaine a forcément été remis en cause vu quelques prestations très douteuses quand l'équipe peinait mais la direction lui a envoyé un signal fort avant la trêve avec cette prolongation de contrat de deux ans qui traînait depuis des mois. Ainsi conforté, le capitaine est désormais très attendu.
  4. Thiago Motta (-) : L'air de rien, il s'est imposé comme un titulaire d'Unai Emery, sans faire de bruit, et l'entraîneur parisien a même souhaité publiquement que son vice-capitaine prolonge à Paris, un signe fort pour l'Italo-Brésilien de 34 ans parfois gêné par ses manques physiques.
  5. Blaise Matuidi (+4) : Parfois promené, souvent remis en question mais toujours titulaire et combatif, même si la blessure de Rabiot l'a aidé concernant son temps de jeu. Il a aussi su s'imposer comme l'un des grands relais d'Emery dans le vestiaire et reste une voix qui compte.
  6. Marquinhos (-4) : Après un bon début de saison, Marquinhos a eu bien plus de mal par la suite et a signé quelques très mauvais matches pour finir l'année, payant sans doute également le prix de son été surchargé. Il reste un titulaire indiscutable mais, fait rare depuis son arrivée à Paris, il a un peu déçu.
  7. Angel Di Maria (-2) : L'intouchable d'Emery a finalement fini en tribune comme d'autres avant lui. A force d'enchaîner les prestations moyennes, dont une dernière très limite à Guingamp où il sortira à l'heure de jeu en marchant, le coach va sortir le gaucher argentin, ou plutôt lui "donner du repos". 
  8. Adrien Rabiot (-) : Blessé durant un mois et demi suite à sa première cape en bleu, c'est probablement à cette période qu'on a le plus ressenti la nouvelle envergure d'Adrien Rabiot, un joueur qui compte désormais. Son absence a fait très mal au milieu parisien.
  9. Lucas (+4) : S'il n'a pas toujours brillé, notamment quand Emery l'aligne côté gauche, le Brésilien est toujours disponible et son coach l'utilise donc. Il marque et fait des passes décisives régulièrement, ce qui lui assure un statut confortable malgré des défauts toujours présents.
  10. Maxwell (+2) : Le vétéran ressent le poids des ans mais il reste toujours plus disponible que son concurrent qui a pratiquement 10 ans de moins. Encore capitaine par intermittence, son statut dans le groupe reste celui d'un cadre établi.
  11. Serge Aurier (-3) : Après un début de saison gâché par une blessure, Aurier a eu bien du mal à trouver la régularité qui en avait fait un indiscutable titulaire du PSG. Son déchet technique est revenu et la concurrence pousse fort derrière lui. On passera également sur sa folle absence à Arsenal en raison de ses états de service hors terrain...
  12. Thomas Meunier (+5) : C'est l'un des grands gagnants des dernières semaines avant la trêve et, pour la première fois, Emery l'a préféré à Aurier lors de matches importants (Ludogorets et Lorient notamment) et il a toujours répondu présent. Avec un mois sans concurrence devant lui, il peut faire la différence.
  13. Kevin Trapp (+5) : Au fond du trou après qu'Areola lui ait pris la place de titulaire début septembre, il a su rester patient et impeccable lorsqu'on a fait appel à lui (contre Rennes et Nantes notamment) puis a retrouvé la place dans les buts pour le dernier match face à Lorient, symbole d'une hiérarchie qui a finalement bougé.
  14. Alphonse Areola (-4) : Bien parti dans les buts parisiens après son installation à la fin de l'été, il a ensuite traversé une période très compliquée au cours de laquelle chaque tir cadré devenait un but. Emery lui a longtemps maintenu sa confiance avant de le rétrograder juste avant la trêve.
  15. Layvin Kurzawa (-4) : Après un début de saison canon, le latéral gauche s'est malheureusement empêtré dans ce qui le gêne depuis toujours, les blessures. C'est cette fois-ci une pubalgie tenace qui gâche sa saison et lui fait alterner bons matches (Nice) et prestations douteuses (Guingamp), entre deux séjours à l'infirmerie.
  16. Presnel Kimpembe (-1) : Solide, toujours présent, il s'est offert une belle place pour l'avenir avec la prolongation de son contrat. Dommage pour lui, il reste encore loin de pouvoir taquiner les deux titulaires.
  17. Christopher Nkunku (+6) : On s'est longtemps demandé si Emery comptait vraiment sur lui puis l'Espagnol lui a finalement largement donné sa chance en décembre avec quatre titularisations, dont certaines lors de matches importants (Guingamp et Lorient). Il est l'un des joueurs qui a le plus joué lors des dernières semaines, décevant rarement. Le jeune qui monte, c'est lui.
  18. Grzegorz Krychowiak (-4) : Décevant à son arrivée, il n'a pas beaucoup rejoué depuis et confirme malheureusement son profil de joueur pas à l'aise dans le jeu de possession, bien plus dans l'aspect défensif. A Arsenal, il tire en plus une balle dans le pied de son équipe avec une double faute qui coûte cher.
  19. Hatem Ben Arfa (+1) : A la crise des débuts a succédé une période d'utilisation assez parcimonieuse de la part du coach. Ben Arfa joue mais convainc rarement, alternant les bonnes et les mauvaises entrées. On peine encore à lui voir un avenir au PSG malgré tout.
  20. Javier Pastore (-4) : Le Gourcuff parisien a malheureusement confirmé son triste surnom. En deux mois, il n'a joué que 10 minutes contre Nantes, le temps de briller puis de se blesser. Et les deux semaines d'absence annoncées ont déjà été multipliées par quatre...
  21. Jean-Kevin Augustin (-) : La doublure officielle de Cavani a un peu joué, notamment en l'absence du Matador, mais il n'a pas forcément convaincu dans sa capacité à être vraiment ce n°9 bis. Devant les buts, il s'est montré un peu tendre et loin de son réalisme lors des matches amicaux.
  22. Jonathan Ikoné (-) : Il joue de temps en temps avec l'équipe première mais ne parvient pas encore vraiment à faire les mêmes différences qu'en jeunes. Et il semblerait que Nkunku lui soit passé devant à ce poste d'ailier gauche qui est pourtant le sien. A revoir en seconde partie de saison, s'il reste.
  23. Jesé (-4) : Les débuts difficiles se sont malheureusement confirmés et l'Espagnol est littéralement à la rue quelques mois après son arrivée. Très lourd et décevant malgré ses deux premiers buts (un penalty et une frappe déviée), son avenir ne passe plus par Paris à court terme comme il l'a bien compris.
  24. Lorenzo Callegari (-) : Il a eu droit à ses premières minutes en professionnels courant novembre mais cela restera une simple apparition de quelques minutes. Pour l'instant, il fait ses gammes avec les jeunes.
  25. Alec Georgen (-) : Comme Callegari, il doit se contenter des équipes de jeunes du PSG, pas aidé par la présence de deux joueurs à son poste. La CAN devrait toutefois lui offrir ses premiers pas en pros sous peu.
  26. Rémy Descamps (-) : Il garde les buts de l'équipe B et c'est là sa seule perspective à court terme mais c'était prévu dès le départ.
  27. Hervin Ongenda (-) : Il s'entraîne avec les professionnels mais c'est son seul lien avec eux. Même en Coupe de la Ligue, Emery ne l'a pas convoqué dans le groupe. Sa fin de contrat en juin prochain devrait le libérer. En attendant, il va parfois aider la réserve.

 



News 

Aujourd'hui

jeudi 18 avril

mercredi 17 avril

mardi 16 avril

lundi 15 avril

dimanche 14 avril

samedi 13 avril

vendredi 12 avril

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux