Article 

Son départ du PSG, la concurrence d'Areola, le cas Neymar : le passage complet de Trapp au CFC

Publié le lundi 9 septembre 2019 à 9:37 par Jean Chemarin
Malgré la trêve internationale, il y avait bien le Canal Football Club dimanche soir et l'invité était Kevin Trapp. L'occasion pour l'ancien gardien du PSG d'évoquer plusieurs sujets : de son transfert définitif à Francfort à la hiérarchie des gardiens à Paris en passant par le cas Neymar.

Non convoqué par Joachim Löw pour affronter les Pays-Bas et l'Irlande du Nord, Kevin Trapp a profité de la trêve internationale pour passer à Paris et faire un crochet par le plateau du Canal Football Club, dont il était l'invité ce dimanche soir. Le gardien allemand a tout de suite été interrogé sur son départ estival du PSG et a expliqué que le retour de Leonardo avait rapidement scellé son sort parisien.

«Avec le changement de directeur sportif, avec Leonardo, j’ai rapidement su que le club avait d’autres idées»

«Est-ce que j'aurais pu rester au PSG ? Oui, il y avait cette possibilité. L’année dernière, j’étais en prêt à Francfort et durant toute l’année, on a eu des discussions avec le directeur sportif, avec le coach, et c’était clair pour que je revienne. Au début de la préparation, le coach m’a fait comprendre qu’il y avait une concurrence entre Alphonse et moi, et qu'à la fin de la préparation, nous allions savoir qui allait jouer, donc qui serait numéro 1 et numéro 2. Mais avec le changement de directeur sportif, avec Leonardo, j’ai rapidement su que le club avait d’autres idées et qu’ils étaient en train de chercher un autre gardien donc pour moi, c’était plutôt clair. Comme toujours, j’essaye de prendre mes décisions et à la fin, on s’est dit que c’était peut-être mieux que je parte.»

Hervé Mathoux demande ensuite à Kevin Trapp s'il était déçu d'avoir quitté le club cet été : «Déçu, ce n’est peut-être pas le mot mais bien sûr, c’est un club qui a de grands objectifs, qui est très ambitieux, comme moi. Donc bien sûr que c’était un club où je me voyais atteindre des objectifs personnels et aussi avec le club. Mais c’est comme ça. Maintenant, je suis dans un club qui est en train de grandir et qui a de belles années derrière lui. C'est un club que je connais très bien. On va jouer l'Europa League pour la deuxième année consécutive, ce qui n'était jamais arrivé dans l'histoire du club, donc ça me fait plaisir. C'est un club qui est en train de grandir, donc je suis quand même très content de pouvoir en faire partie.»

«Je voulais rester au club, c’était mon objectif»

Pierre Ménès le relance sur son départ du PSG et lui demande de confimer que son départ est plus lié à la volonté du PSG de recruter un nouveau numéro 1 qu'à la concurrence avec Alphonse Areola : «C’était quand même un peu flou et pas très clair dès le début. Il y avait la possibilité que je puisse jouer. Après, la concurrence avec Alphonse, ce n’était pas quelque chose de nouveau. Elle existait déjà il y a deux ans. Mais ça ne m’a pas forcément dérangé parce que je voulais rester au club, c’était mon objectif, je l'ai toujours dit. Et pour tout le monde c'était clair, il y avait des discussions dans tous les sens : pour une prolongation, pour que je reste avec seulement un an de contrat, pour que je parte. Ce n'était pas clair ce qu'on allait faire, mais c'était clair que je revenais pour être en concurrence avec Alphonse.»

«Ces dernières années, il n'y a jamais eu un gardien qui a joué toute la saison en tant que numéro 1»

Hervé Mathoux l'interroge ensuite sur le fait qu'aucun gardien ne se soit vraiment imposé au PSG ces dernières années et lui demande s'il pense que c'est la faute des gardiens ou un problème de gestion du club. «C'est difficile à dire pour moi car je n'ai pas vécu l'époque de Sirigu et les quatre années avant. Ce que je peux dire, c'est qu'avec Laurent Blanc c'était plutôt clair. J'ai joué toute l'année. Après il y a eu Emery, qui a eu ses préférences aussi. C'est resté dans le flou un peu, c'était toujours ouvert. Pour le poste de gardien, c'est difficile d'avoir une telle situation. Les erreurs ça peut arriver, tous les gardiens en font, mais il ne faut pas les juger sur ça, mais sur une saison. Lors des trois-quatre dernières années, il n'y a jamais eu un gardien qui a joué toute la saison en tant que numéro 1 et a pu se montrer sur la durée d'une saison. C'est une situation un peu compliquée quand même. Pour un gardien, ce n'est pas facile de vivre une situation comme ça.»

«Je suis presque sûr à 100% que Neymar va faire une saison énorme avec le PSG»

Dans la deuxième partie du CFC, Trapp a ensuite été questionné sur Neymar et son comportement dans le vestiaire durant cet été 2019 marqué par ses envies de départ : «Son comportement a toujours été correct. C'est un joueur qui fait parler, quoi qu'il fasse. Tout le monde veut parler de lui, de ses actions. Mais dans le vestiaire, il a toujours été correct. Bien sûr, il est revenu d'une blessure, donc il s'est entraîné à part, mais il n'a jamais fait de problème dans le vestiaire. On l'a déjà entendu plusieurs fois : avoir un joueur comme Neymar dans son équipe, c'est un plaisir parce que c'est lui qui peut faire la différence dans les gros matches. Il a eu la malchance avec ses blessures, mais je suis presque sûr à 100% qu'il va faire une saison énorme avec le PSG. Il a envie de gagner des titres et c'est pour ça qu'il est venu ici à Paris.»

Prêté la saison passée à Francfort, Trapp a retrouvé le vestiaire parisien durant quelques semaines cet été, avant de retourner en Allemagne. A-t-il eu le temps de noter des changements dans le vestiaire parisien ? «C'était presque le même vestiaire, a répondu l'Allemand. Quand je suis revenu, il y avait les Brésiliens et les Sud-américains qui étaient enncore en congé, mais sinon c'était presque le même vestaire. L'ambiance, comme toujours, était bonne, on était content de se voir après les vacances. On a fait le stage en Chine. C'est toujours un vestiaire qui marche bien. Est-ce que je suis proche des Brésiliens ? Oui, mais j'essaye d'être bien avec tout le monde.»

Enfin, Trapp a été questionné sur ses ambitions personnelles à un an de l'Euro 2020 et a confirmé que son départ à Francfort était aussi lié à son ambition d'être dans le groupe de Löw pour disputer le prochain championnat d'Europe : «C'est mon grand objectif. Cette fois, je n'ai pas été convoqué, mais c'était un peu pareil l'an dernier. Mais c'est aussi pour ça que j'ai pris la décision de rejoindre Francfort. Pour pouvoir jouer, notamment en Europa League, et pouvoir faire partie de la sélection.»

Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

lundi 16 septembre

dimanche 15 septembre

samedi 14 septembre

vendredi 13 septembre

jeudi 12 septembre

mercredi 11 septembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux