Article 

Trois axes de défense pour le PSG face à l'UEFA (RMC)

Publié le jeudi 19 avril 2018 à 19:31 par Philippe Goguet
Le PSG a rendez-vous avec l'UEFA ce vendredi concernant l'enquête du fair-play financier et le club parisien va présenter une défense basée sur trois axes selon RMC : une étude de marché en sa faveur et deux points montrant que le club a suivi les recommandations de l'instance.

Le PSG a rendez-vous ce vendredi du côté de Nyon en Suisse afin de rencontrer les membres de l'UEFA en charge de l'enquête concernant le non-respect éventuel du fair-play financier par le club parisien suite aux transferts de Kylian Mbappé et surtout Neymar l'été dernier. Paris doit notamment discuter de ses recettes avec l'instance de contrôle financier des clubs (ICFC) de l'UEFA qui mène l'enquête au cours de ce rendez-vous prévu de longue date. Il va notamment falloir justifier les fameux contrats liés au Qatar qui posent problème comme la presse l'a récemment révélé.

De son côté, l'UEFA s'appuye sur le rapport fait par l'agence de marketing sportif Octagon qui a conclu que les contrats liant le PSG à des sociétés qataries étaient surcotés. Le plus visé est celui avec QTA qui est estimé à 100M€. Selon Octagon, dont les conclusions ont été fournies au club parisien il y a plusieurs semaines, ce contrat vaut 50 à 70M€ et pas plus. Du côté parisien, on va donc devoir prouver que ses affirmations sont fausses, sous peine de se retrouver hors des clous du fair-play financier, et le PSG compte se défendre avec trois axes différents selon les informations de RMC.

Le premier axe de défense a déjà fuité et concerne l'étude marketing faite par le PSG. Demandée à Nielsen, un cabinet validé par l'UEFA, elle arrive à des conclusions radicalement opposées à celle d'Octagon concernant les contrats de sponsoring qataris du PSG. D'après cette analyse, les montants de contrats du club parisien sont dans des eaux tout à fait normales et il n'y a donc aucune raison de décoter les divers contrats qataris du PSG.

Deux autres axes vont aussi être mis en avant par le PSG au cours de cet entretien. L'UEFA avait donné quelques pistes au club parisien afin que celui-ci soit dans les clous à la fin de la saison. La première d'entre elle consistait à vendre des joueurs et Paris a d'ores et déjà commencé puisque Lucas a été vendu dès cet hiver pour près de 28M€ à Tottenham. Sachant que la saison se finit le 30 juin prochain, Paris peut toujours vendre des joueurs d'ici à cette date pour équilibrer les comptes.

L'autre point d'amélioration qu'avait offert l'UEFA concernait le développement du club à l'étranger afin d'avoir de nouvelles ressources. De ce point de vue-là, le PSG a aussi marqué des points avec la signature d'un gros partenariat en Asie avec l'agence de marketing sportif Desports qui va lui rapporter au moins 20M€. Ce premier partenariat asiatique devrait être suivi par d'autres a d'ailleurs déjà annoncé le club, très offensif concernant cette implantation en Chine.

Par ailleurs, RMC évoque aussi les sanctions possibles qui pendent au nez du PSG à la fin de l'enquête, prévue pour juin. Si l'ICFC décidait finalement que le club parisien n'est pas dans les clous, la chambre de jugement de l'UEFA pourrait infliger une amende ou aller jusqu'à l'expulsion des compétitions européennes. L'UEFA ne penche pas pour l'amende selon RMC car elle «n’aurait aucune incidence» sur le riche club parisien tandis qu'une exclusion des coupes d'Europe est improbable. La possibilité de voir le club parisien être sanctionné par un retrait de points durant la phase de poules de la Ligue de Champions est en revanche bien réelle selon nos informations. Mais pour cela, il faudrait que le PSG soit condamné, et ce n'est pas encore le cas.



News 

Aujourd'hui

lundi 15 octobre

dimanche 14 octobre

samedi 13 octobre

vendredi 12 octobre

jeudi 11 octobre

mercredi 10 octobre

mardi 09 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux