Article 

Tuchel : «À quel point avons-nous été bons, c'est ça le message désormais»

Publié le samedi 22 septembre 2018 à 15:11 par Philippe Goguet
Après la défaite à Liverpool (2-3), l'entraîneur parisien Thomas Tuchel est longuement revenu sur la défaite. Mais plus que des changements liés au match, il appelle ses troupes à se dépasser à chaque rencontre et à donner le maximum à chaque match.

Après un peu plus de deux mois sur le banc du PSG, Thomas Tuchel a connu à Liverpool sa première défaite de son ère parisienne et l'entraîneur du club de la capitale est longuement revenue ce samedi sur le match mais surtout sur les changements qui pourraient intervenir. Loin de jeter tout le contenu de la rencontre en terre anglaise, il va plutôt insister sur le besoin de ses troupes de se fixer des limites exigeantes et de tenter de les atteindre à chaque rencontre.

«Nous n'avons pas perdu confiance pendant le match mais on peut voir dans le même temps ce que nous devons améliorer. »

Alors qu'il est lancé sur les quatres défaites consécutives du PSG en C1 et d'éventuelles inquiétudes à avoir, il va d'abord rassurer : «C'était la première défaite de ce groupe avec mon staff. Mais c'était en même temps un pas en avant parce que nous avons fermé la zone du milieu du terrain avec beaucoup de travail, toujours avec notre structure. Et c'était beaucoup de travail à Anfield. Nous avons utilisé Thomas (Meunier) et Juan (Bernat) pour attaquer dans les zones latérales. Il n'y a pas eu beaucoup de situations de transition pour Liverpool parce que nous avons joué de façon très concentrée au milieu. C'est pour moi un pas en avant. Nous avons démontré une top mentalité parce qu'il y avait 2-0 et que nous sommes revenus à 2-2. Nous n'avons pas perdu confiance pendant le match et c'est très difficile à Liverpool en ce moment mais on peut voir dans le même temps ce que nous devons améliorer. »

C'est alors que l'Allemand va livrer ce qui ressemble à la définition d'un cap à suivre pour ses troupes : «C'est clair mais ça l'était déjà avant. C'est un très grand défi de jouer contre Liveprool en ce moment, ils sont avec leur entraîneur depuis 4 saisons alors que nous sommes ensemble depuis 8 semaines, ils ont été en finale de la Ligue des Champions et pas nous. Nous devons nous améliorer, c'est très clair et c'est très important que nous nous améliorions en Ligue 1 au niveau de notre intensité, de notre faim, en Ligue 1 (il insiste). Mais c'est un peu difficile car tout le monde voit la L1 comme étant facile et nous voit gagner en étant à 70% ou quelque chose comme ça.»

«C'est la seule limite que nous devons avoir : "à quel point avons-nous été bons ?" C'est ça le message désormais. »

Frustré par son manque de vocabulaire, Tuchel passe alors en anglais : «C'est important que nous devenions meilleurs et que nous fixions nos propres limites. Ce n'est pas une histoire de gagner ou pas à Rennes, c'est plutôt "à quel point avons-nous été bons ?" C'est la seule limite que nous devons avoir : "à quel point avons-nous été bons ?" C'est ça le message désormais. Le but n'est pas de gagner à Rennes ou en Ligue 1. Ce qu'on doit regarder, c'est est-ce qu'on a joué du mieux qu'on puisse le faire ? C'est en ça que nous devons devenir meilleurs, c'est sur cet état d'esprit que nous devons nous améliorer. Si nous ne pensons pas comme ça, nous ne pouvons pas nous améliorer. C'est seulement de nous dont il est question et de grandir en tant qu'équipe et en tant que joueurs. Et cela n'arrivera que si nous nous poussons pour atteindre nos limites, même dans des matches où nous sommes l'équipe la plus talentueuse comme demain.»

«On doit faire le meilleur match que nous puissions faire et pas seulement aussi bon que nécessaire pour gagner à la fin. »

Il conclut cette tirade de plusieurs minutes en finissant de définir le cap à suivre : «Oui, nous sommes la meilleure équipe, oui, nous avons les meilleures individualités mais je m'en fous. On doit faire le meilleur match que nous puissions faire et pas seulement aussi bon que nécessaire pour gagner à la fin. Je m'en fous complètement de ça. Pour moi, ce n'est pas important à cet instant que nous ayons gagné ou perdu à Liverpool. À cet instant, il s'agit seulement de savoir si nous avons fait le meilleur match que l'on pouvait faire. Bien sûr, ce n'était pas le cas mais c'était malgré tout un pas en avant. Mais si nous voulons grandir, nous devons utiliser le prochain match et il a lieu demain.»

La prestation jugée plutôt que le résultat

Après cette longue remise au point, il est demandé à Tuchel quels changements faire pour progresser et l'entraîneur répond : «À mon avis, pas de grands changements. C'est notre et mon défi. Il faut regarder ce match à Liverpool sans le résultat. Si l'arbitre avait sifflé la fin du match une minute plus tôt, tout le monde parlerait autrement du match alors que ce serait le même ! C'est le même match avec ou sans ce but à la dernière minute ! Ce sont les mêmes 60, 70, 80 ou 90 premières minutes, avec le même comportement. Bien sûr que nous avons perdu mais notre challenge est là, il ne s'agit pas de changer, changer, changer. Il ne s'agit pas du résultat mais de récupérer à la fin ce que tu as offert pendant. C'est le message pour demain : ce n'est pas parce que nous avons perdu que nous devons changer. »

De nouveau, il va s'appuyer sur le match à Anfield : «Nous devons changer ce qui n'a pas marché face à Liverpool et nous devons nous améliorer bien sûr. Mais nous avons aussi fait quelques trucs bien. J'ai vu tous les matches de Liverpool ces 18 derniers mois et j'ai vu beaucoup de buts sur des transitions, beaucoup d'occasions créées par Mohamed Salah, ce que nous avons complètement su réduire. Il n'y a eu que deux ou trois options de transition pour Liverpool et il y a donc des choses que nous avons très bien faites. Nous avons très bien travaillé sur la structure et sur la verticalité que nous avons su respecter défensivement. Je pense que c'est quelque chose sur laquelle construire mais vous devez faire ceci même si vous avez gagné.»

«Nous devons fixer nos propres limites, grandir et les atteindre même si nous sommes plus talentueux que l'équipe en face. »

Mais après avoir rappelé ces bons points, il replace, une nouvelle fois, le besoin d'augmenter l'exigence au quotidien : «Nous sommes stricts avec les joueurs. Même si nous gagnons 4-0, si nous ne sommes pas contents et bien, nous ne sommes pas contents. Si nous jouons comme de la merde mais que nous gagnons 3 ou 4-0, je m'en fous. Si nous jouons mal, nous devons juste être meilleurs. Si nous perdons en ayant été bons, cela peut arriver en football mais il n'y aura pas de changements parce que nous avons perdu. S'il y a des choses dont nous ne sommes pas contents, il y aura des changements mais ce n'est pas lié à la défaite. Nous devons fixer nos propres limites, grandir et les atteindre même si nous sommes plus talentueux que l'équipe en face. C'est en ça que nous devons nous améliorer afin d'être prêts quand nous allons rencontrer des équipes avec le même talent que nous.»

Relancé sur un éventuel problème de leadership, l'entraîneur parisien va en revanche balayer ce point : «Tu penses que tu peux revenir de 0-2 à 2-2 à Anfield sans leader et sans un mental fort ? C'est bien pour ça que je pense que nous avons cette mentalité. Nous n'avons pas perdu confiance à Liverpool et nous l'avons fait ensemble et nous allons faire ensemble des choses, avec moi et mon staff. Il n'y a pas de problèmes à ce niveau-là.» La priorité est ailleurs et elle apparaît désormais de façon claire.

Match lié 


News 

lundi 22 octobre

dimanche 21 octobre

samedi 20 octobre

vendredi 19 octobre

jeudi 18 octobre

mercredi 17 octobre

mardi 16 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux