Article 

Une montre Cartier et une villa au coeur des accusations pesant sur Al-Khelaïfi

Publié le jeudi 9 novembre 2017 à 11:13 par Philippe Goguet
Dans l'affaire de corruption liée aux droits TV des Coupes du Monde 2026 et 2030 qui éclabousse le président de beIN Media et du PSG Nasser Al-Khelaïfi, les deux moyens de corruption qui auraient été utilisés sont une montre Cartier et une villa en Sardaigne.

L'enquête pour corruption dans laquelle est impliquée le président du PSG mais surtout de beIN Media Group Nasser Al-Khelaïfi se poursuit et le journal Le Parisien donne quelques précisions supplémentaires. Pour rappel, la justice suisse est en pleine investigation concernant la façon dont les droits TV des Coupes du Monde 2026 et 2030 pour la zone Afrique du Nord et Moyen Orient ont été attribués à beIN dès 2014. Al-Khelaïfi est accusé d'avoir corrompu Jérôme Valcke, n°2 de la FIFA à l'époque et en charge des négociations pour les droits TV à l'époque.

Pour la justice suisse, Al-Khelaïfi est passé par deux moyens de corruption différents pour s'attirer les bonnes grâces de Valcke. Le premier est une montre Cartier d'une valeur comprise entre 10 000 et 20 000€ que Valcke, mis en examen dans cette affaire, reconnaîtrait  avoir reçu « sous son oreiller » dans un hôtel de Doha, à l'occasion d’un séjour en janvier 2015. Les avocats du président parisien, pas impliqué dans cette affaire via cette casquette, réfutent formellement qu'il ait été lié à ce cadeau, avec des preuves à l'appui.

L'autre moyen de corruption sur laquelle la police enquête est la fameuse villa en Sardaigne déjà évoquée il y a quelques semaines, perquisitionnée et saisie par la police italienne. Selon Le Parisien, le dirigeant qatari a prêté de l'argent à un vieil ami pour qu'il acquière la fameuse maison à Porto Cervo. Le bien a finalement été acheté courant 2014 pour près de 5M€ mais l'un des avocats d'Al-Khelaïfi le défend : «Quelques jours après notre audition du 25 octobre, nous avons produit des pièces à la justice suisse qui démontrent à la fois l’existence de ce prêt et le fait que cette somme d’argent a bien été remboursée à Nasser par son ami, via une société qatarienne immatriculée au registre du commerce de Doha.»

Reste qu'une coïncidence trouble la justice suisse. C'est précisément dans cette maison que Valcke a ensuite séjourné, «un concours de circonstances» selon les proches d'Al-Khelaïfi. Du côté de Valcke, on avait assuré avoir payé la location de la demeure en question. Pour l'heure, le fameux ami qatarien proche de Nasser qui avait bouclé l'achat de la villa va être entendu sous peu par la justice suisse. Côté Al-Khelaïfi, aucune autre audition par la justice suisse n'est pour l'heure prévue, celle du 25 octobre dernier ayant visiblement suffi.



News 

jeudi 23 novembre

mercredi 22 novembre

mardi 21 novembre

lundi 20 novembre

dimanche 19 novembre

samedi 18 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux