Article 

Véronique Rabiot : «Adrien est prisonnier, il est même otage du PSG»

Publié le mercredi 20 mars 2019 à 8:53 par Jean Chemarin
Trois mois après sa sortie sur RTL, Véronique Rabiot a accordé un long entretien au quotidien L'Equipe. Elle s'offusque notamment de la mise à pied de son fils Adrien, s'en prend à Antero Henrique et assure que rien n'est encore décidé concernant la saison prochaine.

Tout un symbole, c'est dans les colonnes du quotidien L'Equipe, qui entretient des relations très froides avec le PSG, que Véronique Rabiot a décidé de sortir du silence, trois mois après une première interview accordée à RTL dans laquelle elle expliquait pourquoi son fils ne voulait pas prolonger au PSG. Cette fois, il a beaucoup été question des sanctions du club parisien à l'égard de son fils, à savoir le non-paiement de ses primes d'éthique sur plusieurs mois, ainsi que sa toute récente mise à pied jusqu'au 27 mars

«La sortie en boîte ? Adrien ne va pas se mettre à la poterie»

Concernant cette mise à pied, consécutive à sa sortie en boîte de nuit après PSG/MU et un like sur une vidéo de Patrice Evra, la mère de Rabiot ne comprend pas l'attitude du club : «Le PSG veut s'occuper aussi de la vie privée d'Adrien, alors qu'il n'en veut plus ! Il veut qu'il se mette en pyjama à neuf heures, avant le match, devant sa télé, pour aller au lit à onze heures !, s'offusque-t-elle. Adrien ne va pas se mettre à la poterie en attendant que ça se passe. Il faut bien qu'il s'occupe, qu'il vive ! On lui reproche de sortir alors qu'on ne veut plus le faire jouer. C'est contradictoire. Ce n'est pas possible de l'enfermer. Il faut qu'il évacue toute cette énergie qu'il a en lui, qu'il n'utilise plus. Il la dégage de cette façon. Il faut supporter tout ce qui se passe et se dit autour de lui.»

«On le prend en otage parce qu'il ne veut pas re-signer»

Dénonçant «un nouvel abus de pouvoir de la part de la direction du PSG» et estimant que le club cherche surtout à rompre le contrat de son fils, Véronique Rabiot va ensuite avoir des mots très forts pour décrire la situation actuelle de son fils : «Adrien est prisonnier. Il est même otage du PSG. Bientôt c'est au pain sec, à l'eau et au cachot ! Ce milieu est cruel... Un footballeur est fait pour jouer, pas pour rester au placard. Adrien ne joue plus depuis décembre, et probablement jusqu'en juin. Ramené à une carrière professionnelle, six mois c'est énorme ! On le prend en otage parce qu'il ne veut pas re-signer, alors qu'il ne fait que respecter son contrat. Adrien ne demande que ça : respecter son contrat.»

Concernant les raisons de son refus de prolonger, la mère de Rabiot va évoquer des promesses non-tenues par les différents directeurs sportifs qui se sont succédés au PSG, mais va surtout pointer du doigt Antero Henrique : «Il a déjà dit qu'il voulait recruter un numéro 6. Il ne l'a jamais fait (...) C'est lui qui a manqué de respect à l'équipe. Parce qu'il n'a pas fait ce qu'il avait dit et le recrutement nécessaire. Il n'a pas fait ce qu'il avait dit non plus pour qu'Adrien puisse jouer à son poste.»

«On lui tape dessus pour ne pas affronter les vrais problèmes»

Regrettant le manque de soutien de l'opinion publique et même des politiques dans ce conflit avec le PSG, Véronique Rabiot va aussi commenter l'histoire des primes d'éthique non-payées à son fils, notamment celle de janvier : «Comment peut-on lui reprocher et le sanctionner de ne pas être allé au Qatar (du 13 au 17 janvier, ndlr) avec deux décès à vingt jours d'écart en janvier ? Sa grand-mère est morte le 5. Son papa le 25. Et on lui enlève sa prime d'éthique. Mais on est encore plus que dans le sordide !» Pour la mère de Rabiot, le PSG se sert de son fils pour ne pas affronter ses vrais problèmes : «On balance un rideau de fumée avec Adrien. On lui tape dessus pour ne pas affronter les vrais problèmes. Je pense que le PSG, au lieu de s'occuper du fait qu'Adrien est allé en boîte de nuit le 6 mars au soir, devrait mieux se préoccuper de ses véritables problèmes. Mais c'est plus facile de parler de nous, de faire l'actualité autour d'Adrien, que de voir les choses en face, de trouver des solutions pour que ce club soit performant et efficace sur le terrain».

Enfin, la mère de Rabiot va évoquer l'avenir de son fils et répéter, comme sur RTL en décembre dernier, qu'elle n'a rien signé avec personne : «Tout le monde dit qu'on a déjà signé avec un club. Mais on n'a signé nulle part ! On n'a vraiment pas eu l'occasion de s'en préoccuper. En fin d'année dernière, j'avais dit que je ne parlerais avec aucun club avant le 1er janvier. J'ai été hors du monde pendant plus de deux mois, avec tous nos malheurs. Il y a des priorités dans la vie. Elles étaient ailleurs pour nous jusque-là.»

Vivement pour tout le monde que ce fiasco prenne fin.

Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

mercredi 17 avril

mardi 16 avril

lundi 15 avril

dimanche 14 avril

samedi 13 avril

vendredi 12 avril

jeudi 11 avril

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux