Article 

5 erreurs et la fin de la Champions League pour l'arbitre de Barça/PSG ?

Publié le jeudi 9 mars 2017 à 20:25 par Jonas Satin
Homme clé de Barça/PSG, l'arbitre allemand Deniz Aytekin a multiplié les erreurs au sifflet, notamment concernant un penalty non accordé à Di Maria à tort. Ce jeudi, la presse madrilène évoque la fin de la Champions League cette saison pour lui.

Arbitre de Barcelone/PSG, Deniz Aytekin a réalisé un très mauvais match. Au-delà de la petite erreur d’arbitrage qui change le cours d’une action, hier soir, l’arbitre allemand a – et n’ayons pas peur de le dire – permis au FC Barcelone d’accéder aux 1/4 de finale de la Ligue des champions. Cependant, ces erreurs d’arbitrage n’effacent en rien le match honteux qu’ont livré les joueurs parisiens, à l’exception peut-être de Cavani.

Cinq erreurs qui coûtent très cher :

Plusieurs décisions arbitrales sont au cœur des débats depuis hier soir. La première intervient à la 11e, quelques minutes après l’ouverture du score barcelonaise. Julian Draxler déborde sur le côté gauche de la surface et envoie un centre qui prend la direction du point de pénalty, mais ce dernier est détourné par une main de Mascherano, qui plus est décollée du corps. Malgré les grognements des parisiens, Deniz Aytekin ne siffle qu’un corner en faveur du club de la capitale. Si à la 48e, après la faute de Meunier sur Neymar, dans la surface, l’arbitre allemand avait demandé à son arbitre de surface de prendre la décision de siffler ou non pénalty, son avis n’a, cette fois-ci, pas été sollicité.

Second sujet de discorde : la double faute de Gérard Piqué sur Cavani. A la 23e, l’Espagnol ne laisse pas le temps à l’Uruguayen de se retourner et le fauche par derrière. L’arbitre met un carton jaune, qui aurait pu être plus foncé, au défenseur barcelonais. Peu avant la pause, alors que le Barça mène déjà 2-0, Cavani contrôle un ballon dos à Piqué, se retourne, semble se diriger vers le but, mais l’Espagnol le pousse et commet la faute. Enragé, le buteur uruguayen réclame un deuxième carton synonyme d’expulsion. Mais Deniz Aytekin ne partage pas son avis et sanctionne Cavani d’un carton jaune, à la place de Piqué.

En seconde période, Neymar, qui a tendance à se jeter énormément, aurait pu prendre un carton jaune pour simulation. Mais cette fois-ci, la star brésilienne a été l’auteur d’un très vilain coup sur son compatriote Marquinhos. Ce geste d’énervement, qui n’a pas sa place sur un terrain de football a été sanctionné d’un carton jaune, mais l’ailier barcelonais aurait très bien pu être exclu pour ce geste.

Probablement l’action la plus importante du match. Celle qui aurait pu tout changer. A la 85e, Barcelone mène 3 buts à 1, est à ce moment éliminé et Angel Di Maria, qui se dirige droit au but, a l’occasion de sceller la qualification parisienne. L’attaquant argentin peut choisir la simplicité et donner à Cavani sur sa droite, mais il prend le choix d’aller au bout tout seul. Di Maria tarde à frapper et se fait rattraper par Mascherano qui le touche par derrière. La faute semble évidente, mais l’arbitre allemand est sûr de lui : Mascherano ne le touche pas. Pourtant, après la rencontre, questionné sur le sujet, le principal intéressé a assumé : «C’est clair que j'ai fait faute sur Di Maria mais je ne crois pas que cela soit la raison de l'élimination du PSG.»

La dernière action ayant matière à controverse a lieu juste avant la fin du temps réglementaire. L’arbitre allemand siffle pénalty pour le Barça à la suite d’un contact imaginaire entre Marquinhos et Suarez, qui se roue par terre. Cette décision permet aux Catalans de marquer leur cinquième but de la soirée et de, plus que jamais, croire en la fameuse « remontada ». La suite, on la connaît…

Le PSG mécontent, l'UEFA aussi ?

Après le match, Nasser Al-Khelaïfi, le président du PSG, a pointé du doigt les erreurs d’arbitrage, sans toutefois crier au scandale : «On ne veut pas chercher d'excuses mais tout le monde le voit et vous pouvez regarder, on a deux penalties pour nous mais zéro sifflé. Tout le monde le voit à la télé.» Au micro de BeIN Sports, Unai Emery a souligné «une position plus souvent en faveur de Barcelone ». Si les compagnes de Di Maria et Thiago Silva se sont montrées très virulentes sur Instagram envers l’arbitrage du soir, les joueurs ont, à l’image de Verratti, pas voulu rejeter la faute sur l’arbitre : «Il y a deux pénaltys, mais si on a perdu, ce n'est pas à cause de l'arbitre.»

Du côté de l'UEFA, on n'aurait pas beaucoup apprécié la performance de Deniz Aytekin selon le quotidien sportif espagnol Marca. Le responsable arbitral de l'UEFA Pierluigi Collina, qui s'occupe aussi de désigner les arbitres selon les rencontres, ne devrait plus nommer l'arbitre allemand sur aucune des rencontres à venir de la compétition pour la saison en cours, sa façon à lui de punir les mauvaises performances des hommes en noir. La prestation d'Aytekin a ravi le Camp Nou mais elle n'a pas vraiment été appréciée à Nyon, siège de l'UEFA, et la tendance lourde est de ne plus lui confier de matches de la plus prestigieuse compétition de clubs.

Match lié 


News 

Aujourd'hui

lundi 26 juin

dimanche 25 juin

samedi 24 juin

vendredi 23 juin

jeudi 22 juin

mercredi 21 juin

mardi 20 juin

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux