Article 

Ceferin réélu à la tête de l'UEFA, une adaptation du fair-play financier évoquée

Publié le jeudi 7 février 2019 à 13:28 par Philippe Goguet
L'UEFA vient de réélire son actuel président Aleksander Ceferin pour quatre ans lors de son congrès de Rome. Dès son investiture, le Slovène a évoqué le fair-play financier et sa volonté de l'adapter afin «que tout le monde puisse y trouver sa place»

Sans adversaire face à lui, c'est logiquement que l'actuel président de l'UEFA Aleksander Ceferin a été réélu à la tête de l'instance européenne jusqu'en 2024. Annoncée, cette réélection est désormais officielle alors que le 43e congrès officiel de l'instance se tient actuellement à Rome. Fortement applaudi par ses pairs après ce joli triomphe électoral, le boss de l'UEFA a immédiatement commenté sa victoire mais surtout le futur du football européen. Il a été question des nombreux thèmes liés à l'UEFA, et donc du fair-play financier qui concerne très fortement le PSG.

Sur ce thème, Ceferin a évoqué des changements mais est resté assez flou : «Nous allons adapter les règles du fair-play financier afin d'établir un nouvel équilibre européen dans lequel chacun puisse trouver la place qui lui revient. Les objectifs initiaux du fair-play financier ont été atteints. Les clubs européens sont en meilleure santé financière que jamais, le problème de la dette a été résolu dans de nombreux pays et les dettes impayées envers les clubs, les entraîneurs et les joueurs ne semblent plus être que des mauvais souvenirs.»

Si la fameuse dette du football européen a été drastiquement réduite grâce au dispositif de contrôle financier des clubs, cela n'empêche pas vraiment de nombreux clubs de ne pas être très contents de certains aspects du dispositif. Ceferin précise ensuite : «Il est maintenant temps d'avancer vers la seconde phase de ce projet européen majeur, en consultation avec l'ECA, afin que chaque club européen puisse exploiter pleinement son potentiel de développement.» Rien de plus précis ne sera ajouté sur ce thème, le Slovène se contentant d'expliquer qu'il ne «faut pas attendre de miracles.»

Sans surprise non plus, Aleksander Ceferin a aussi confirmé que le projet de Superligue européenne n'était pas à l'ordre du jour, notamment car l'UEFA et l'Association Européenne des Clubs (ECA) se sont mis d'accord sur ce thème en signant un accord jusqu'en 2024. Ceferin s'est d'ailleurs montré très offensif sur ce point : «Tant que moi et Andrea Agnelli (le président de l'ECA) serons à la tête de nos organisations respectives, il n'y aura pas de Super Ligue. Ce n'est pas une promesse. C'est un fait.»



News 

samedi 20 avril

vendredi 19 avril

jeudi 18 avril

mercredi 17 avril

mardi 16 avril

lundi 15 avril

dimanche 14 avril

samedi 13 avril

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux