Article 

L'UEFA et Paris coopèrent mais sont encore loin d'un accord

Publié le mardi 7 novembre 2017 à 20:14 par François Denat
Selon RMC Sport, des divergences profondes subsistent encore entre le PSG et l'UEFA dans le cadre du Fair play financier. L'origine qatarienne de nombreux partenaires du club parisien est notamment mise en cause, de même que les revenus de sponsoring, encore à la traine parmi les clubs les plus dépensiers.

L'UEFA est encore loin d'en avoir fini avec le PSG si l'on se fie aux informations recueillies par nos confrères de RMC Sport. Sous le coup d'une enquête dans le cadre du fairplay financier, sommé de recueillir 80 millions d'euros avant la fin de l'exercice pour rentrer dans les clous, le club parisien se verrait notamment reprocher une distance certaine entre la "redéfinition des parties liées" des règles du FPF 2015 et la réalité de son sponsoring. BeIN Sports, QNB, Ooredoo et QTA forment un ensemble de partenaires qatariens considéré comme partie liée et représentant plus de 30% des revenus du club. Selon la soure proche de l'enquête de RMC Sport, "difficile de nous convaincre que l'on est dans l'acceptable pour le PSG". 

Du Qatar aux Etats-Unis

Le club tenterait néanmoins de réprondre aux mieux aux exigences de l'instance européenne, du moins de montrer de la bonne volonté. C'est en ce sens que la destination de la tournée d'hiver du PSG, traditionnellement au Qatar ces dernières années, aurait été modifiée en faveur des Etats-Unis. Le club chercherait également à faire valoir qu'il est injuste de ne pas prendre en compte la dimension internationale de sociétés côtées en bourse comme Ooredoo, et dont l'activité s'entend en Asie et au Moyen-Orient. L'arrivée au club de Russel Stopford comme Chief Digital Officerpour développer l'activité numérique à l'international, n'est pas non plus étrangère aux efforts fournis par le club pour diversifier ses financements.

Développer les revenus à l'international

RMC évoque ensuite les revenus de sponsoring du PSG et rappelle que le club n'est pas encore suffisament développé à l'international pour générer des revenus à la hauteur de ses dépenses. L'arrivée de Neymar est bien sûr prise en compte par l'UEFA dans l'équation, mais les enquêteurs ne comprennent pas encore comment le PSG va pouvoir amortir son investissement. Si le PSG est ingénieux dans ses montages financiers et ambitieux dans ses objectifs de développement, il devra l'être encore plus s'il souhaite convaincre les dignitaires de l'enquête, à défaut de ses détracteurs.



News 

jeudi 23 novembre

mercredi 22 novembre

mardi 21 novembre

lundi 20 novembre

dimanche 19 novembre

samedi 18 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux