Article 

Les U19 du PSG étrillent Bois Guillaume (10-0)

Publié le samedi 15 avril 2017 à 23:51 par Dubdadda
Face à la lanterne rouge du groupe A, les U19 Nationaux du PSG se sont régalés avec notamment un quadruplé de Cabral et deux doublés signés Adli et Giacomini. Au cours de cette rencontre à sens unique, Fran Lo Celso a pu effectuer ses grands débuts sous les couleurs parisiennes. Au classement, les protégés de Hervé Guégan conservent leur troisième place, à quatre points du leader havrais qui file tout droit vers les demi-finales du championnat de France.

La composition :

Chesneau – Flamant, Dembélé (cap), Pascal, Luzayadio (Lo Celso, 68ème) – Toufiqui, Gomes (R. Cabral 59ème), Adli – Giacomini, K. Cabral, Yaisien
Pour cette rencontre face à la lanterne rouge du groupe A, Hervé Guégan a décidé d’aligner une équipe mixte composée de trois générations de joueurs (98 à 2000). Habituellement ailier, K. Cabral est aligné au poste d’attaquant de pointe avec à ses côtés le polyvalent Giacomini et le jeune cadre U17 Yaisien.

Le match :

Bois Guillaume offre très rapidement l'ouverture du score aux Parisiens suite à un mauvais contrôle d'un défenseur central dans sa surface. Adli ne se gêne pas pour convertir l'offrande et trompe le gardien d'une frappe croisée du droit (1-0, 2ème). Malgré du déchet dans les transmissions, les coéquipiers de Toufiqui dominent nettement les débats et Yaisien sollicite une première fois le portier normand après avoir effacé son vis-à-vis d'une belle feinte de frappe (9ème). Les visiteurs se procurent néanmoins une première véritable occasion au quart d'heure de jeu mais Chesneau se couche parfaitement sur un tir à ras de terre (17ème).

Quelques minutes plus tard, Adli est tout proche du doublé sur une splendide frappe du droit de demi-volée aux 20 mètres qui frôle le poteau (23ème). Le duo Flamant-Giacomini pose énormément de difficultés à ses adversaires depuis le coup d'envoi et le latéral droit se mue en passeur décisif à la demi-heure de jeu avec un magnifique centre tendu au premier poteau pour Cabral. Le jeune attaquant coupe la trajectoire et double la mise en reprenant de volée à bout portant (2-0, 26ème).

Les protégés de Hervé Guégan se montrent de plus en plus dangereux mais pêchent dans le dernier geste à l'image de Giacomini qui expédie un missile bien au-dessus de la transversale sur un bon service de Luzayadio (37ème) ou encore Adli qui glisse dans la surface au moment de conclure après un magnifique rush (38ème). Très remuant sur le front de l'attaque, Cabral est à deux doigts de s'offrir un doublé sur une belle action individuelle conclue par une frappe du droit légèrement trop croisée (41ème). Après deux tentatives de Yaisien (43ème) et Adli sur coup franc (44ème), c'est finalement le capitaine Dembélé qui corse l'addition juste avant la pause sur une frappe lointaine du droit qui rebondit devant les cages normandes et termine sa course au fond des filets (3-0, 45ème).

Au retour des vestiaires, la rencontre tourne très vite à la démonstration pour des Parisiens qui confisquent littéralement le ballon à leurs adversaires. Yaisien trouve Giacomini dans la surface qui évite la sortie du gardien et marque dans le but vide (4-0, 51ème). Les Normands sont complètement spectateurs et subissent les assauts des joueurs de la Capitale. Après des tentatives de Flamant (52ème), Toufiqui (56ème) et Cabral (59ème), Adli s’offre un doublé à l’heure de jeu au terme d’une magnifique action collective (5-0, 61ème).

Alors que Lo Celso débute officiellement sous ses nouvelles couleurs, le festival continue et Cabral est à la conclusion d’un beau mouvement orchestré par Giacomini et Adli (6-0, 70ème). Trois minutes plus tard, Giacomini, opportuniste, marque dans le but vide après avoir bien suivi une frappe de Yaisien sur le poteau (7-0, 73ème).

Pour son premier match avec le PSG, Lo Celso envoie Cabral battre le portier normand et signer un joli triplé (8-0, 83ème). Assez peu en réussite dans le dernier geste depuis le coup d’envoi, Yaisien ouvre son compteur en expédiant un missile sous la barre sur un bon service de Flamant (9-0, 84ème). Le latéral droit parisien est dans tous les bons coups en cette fin de match et réalise sa troisième passe décisive pour Cabral qui clôt le festival parisien sur un quadruplé (10-0, 85ème).

Les joueurs :

Dans les cages, Chesneau a vécu un match très tranquille et s’est montré impeccable sur les très rares ballons à négocier, notamment au quart de jeu avec un bel arrêt sur un tir à ras de terre.

En défense, Flamant a effectué dès les premières minutes des montées tranchantes dans son couloir droit et montré une belle entente avec Giacomini. Assez peu en réussite dans le dernier geste en début de match, il a vite corrigé le tir avec notamment un magnifique centre pour Cabral sur le second but. En seconde période, il va de nouveau profiter des largesses défensives de Bois Guillaume pour multiplier les courses et les centres. Au final, il termine le match avec trois passes décisives et a montré un tout autre visage que face à Valenciennes en U17 il y a trois semaines. Dans son couloir gauche, Luzayadio s’est montré solide défensivement mais il a souffert de la comparaison avec Flamant sur le plan offensif et son entente avec Yaisien a été moins évidente. Assez peu à l’aise sur son pied gauche, il a souvent repiqué sur son pied droit et manqué de spontanéité malgré une passe qui aurait dû être décisive pour Giacomini à la demi-heure de jeu. Remplacé par Lo Celso qui a effectué ses grands débuts avec le PSG.

Dans l’axe, Pascal a livré une prestation très solide avec notamment les qualités qu’on lui connait : la relance et son jeu long ainsi que son goût toujours prononcé pour les duels. A ses côtés, Dembélé a assuré l’essentiel avec un très bon jeu long, un joli but avant la pause et plusieurs bonnes interventions. Néanmoins, il a aussi commis deux grosses erreurs en première période et aurait pu être averti à l’heure de jeu sur un vilain tacle en retard.

Au milieu, Gomes n’a pas eu le rayonnement habituel malgré la faiblesse de l’adversaire et a constitué la seule déception du jour dans le onze titulaire. Après avoir multiplié les pertes de balle dans le premier quart d’heure, il est petit à petit rentré dans son match mais on aurait aimé le voir prendre davantage d’initiatives face à des Normands en difficultés. Remplacé à l’heure de jeu par R. Cabral qui a connu du déchet dans les transmissions mais aussi été l’initiateur de bons mouvements et l'auteur d'un décalage intelligent pour Yaisien sur le 4ème but.  A ses côtés, Adli a ouvert très rapidement la marque avant de connaître comme à son habitude une période de flottement avec des pertes de balle, un repli défensif inexistant et l’impression bizarre de sortir complètement de son match. Il a rectifié cependant rapidement le tir et terminé très bien la première période avec un magnifique extérieur qui aurait dû être une passe décisive pour Yaisien puis un beau coup franc bien repoussé par le gardien. En seconde période, face à un milieu normand existant, il a régalé avec un nouveau but, une passe décisive et une multitude de gestes de grande classe. A ses côtés, Toufiqui est sans doute celui dont on parle le moins mais il est aujourd'hui l’un des joueurs clés de Hervé Guégan. Si il a connu lui-aussi du déchet en première période, ce talentueux gaucher possède un superbe toucher de balle et une réelle intelligence de jeu. Aujourd'hui, il a touché énormément de ballons et a bien orienté le jeu. Replacé n°6 à la sortie de Gomes, il a gratté plusieurs ballons pour livrer au final une excellente copie.

En attaque, K. Cabral, souvent habitué à jouer sur un côté, s’est offert un quadruplé et a réalisé une très grosse performance. Intelligent dans ses déplacements, sa vitesse et sa technique ont posé d’énormes difficultés à l’arrière garde normande et il s’est par moment littéralement baladé. Il faudra cependant savoir réitérer ce type de match face à des grosses cylindrées. A ses côtés, Giacomini a donné le tournis à ses adversaires et formé un excellent duo avec Flamant. Un peu trop soliste sur certaines actions en première période ou maladroit dans le dernier geste, l’ancien Bayonnais a multiplié les appels et les (bons) centres après le repos pour finir avec un doublé et une multitude de décalages créés. Sur le côté gauche, si Yaisien n’a pas toujours fait les bons choix et a manqué lui-aussi de réalisme en première période, il a eu le mérite de toujours provoquer et ne jamais baisser les bras. Après le repos, il a été récompensé avec deux passes décisives et un but (ainsi qu’une frappe sur le poteau et un tir sauvé sur la ligne). De bonne augure pour la saison prochaine…



News 

Aujourd'hui

samedi 21 octobre

vendredi 20 octobre

jeudi 19 octobre

mercredi 18 octobre

mardi 17 octobre

lundi 16 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux