Article 

Face au leader, la réserve du PSG prend une leçon de réalisme (1-3)

Publié le samedi 24 février 2018 à 23:01 par Jonas Satin
Face au leader de sa poule de National 2, la réserve du PSG s'est incliné 3 buts à 1 dans un match qu'il a su dominer dans le jeu sans pourtant se montrer assez dangereux. L'équipe d'Andrézieux lui a infligé une leçon de réalisme.

Les compositions :

La composition du PSG face à Andrézieux : Cibois – Hemans Arday, Guibert, Mbe Soh, Dagba – Yaisien (c), Rimane, Toufiqui – Hassani, Essende, Weah.

Le match :

A l’occasion de la 17e journée de National 2 (jouée normalement mi-janvier mais reportée à cause des conditions climatiques), la réserve du PSG accueille Andrézieux, leader du groupe B, au Stade Georges Lefèvre de Saint-Germain. Classé 12e, à deux points seulement de l’AS Yzeure, premier relégable, le club de la capitale est dans l’obligation de récupérer des points dans l’optique du maintien. 

Paris avait bien débuté

Le début de match est plutôt équilibré, même si Andrézieux pose le pied sur le ballon durant le premier quart d’heure. Mais les Parisiens commencent à prendre l’ascendant sur leur adversaire, sans pour autant parvenir à les inquiéter réellement, à l’image du bon centre de Toufiqui sur coup franc qui traverse la surface sans que personne ne le touche (10e), la frappe croisée de Yaisien captée par le gardien adverse (16e) ou encore les frappes de Hassani (18e), Weah (21e) et Essende (25e). Paradoxalement, la première occasion dangereuse du match vient d’Andrézieux : l’avant-centre de l’équipe visiteuse lance très bien son ailier dans la profondeur, mais Sébastien Cibois remporte son face-à-face avec l’attaquant adverse (30e). Dans la foulée de cette action, Hassani, à quelques mètres du poteau gauche d’Andrézieux, frappe une première fois mais c’est contré par son vis-à-vis. L’ailier gauche parisien retente alors sa chance, mais sa frappe enroulée est repoussée sur la ligne par un défenseur d’Andrézieux (30e). Après avoir multiplié les offensives, le club de la capitale est enfin récompensé. Tout part de Hassani : le numéro 10 parisien, légèrement accroché, reste debout et parvient à faire un joli une-deux avec Essende, avant de passer en retrait pour Toufiqui et Yaisien. Mais les deux milieux parisiens s’emmêlent et le ballon part sur Timothy Weah, qui rôde au deuxième poteau. Le fils de l’ancien Ballon d’Or ajuste le gardien à bout portant et ouvre le score pour Paris (1-0, 32e).

Andrézieux retourne la situation

Mais quelques minutes plus tard, Andrézieux revient dans le match grâce à une erreur de la défense parisienne : le numéro 7 andrézien mobilise plusieurs milieux parisiens et envoie une superbe passe en profondeur de l’extérieur du pied pour son ailier. Samuel Guibert revient donc mais crochète le numéro 11 adverse : l’arbitre n’hésite pas et désigne logiquement le point de penalty (35e). Le numéro 7 andrézien frappe bien son pénalty et égalise face à Cibois, qui plonge du bon côté mais ne peut rien faire (1-1, 36e). Alors que les deux équipes s’apprêtaient à rejoindre les vestiaires sur un score de parité, l’équipe visiteuse reprend les devants : à la suite d’un corner repoussé, le défenseur central droit d’Andrézieux marque du genou après un cafouillage dans la surface parisienne (1-2, 45e+1). A la pause, le PSG est donc mené 2 buts à 1 dans une première mi-temps qu’il dominait mais n’a pas su être réaliste, à la grande différence d’Andrézieux, qui a profité des erreurs parisiennes.

Paris met du temps à réagir

La deuxième période est moins riche en occasions dangereuses que la première. Les Parisiens ont la possession, mais cette dernière est assez stérile et ils peinent donc à se montrer dangereux. Une occasion franche de but est tout de même à signaler pour Paris : généreux mais parfois un peu maladroit, Hemans Arday, de son côté gauche, centre pour Hassani qui, en bonne position, frappe mais le gardien adverse repousse le ballon (58e). A l’heure de jeu, Azzedine Toufiqui laisse sa place à Hicham Mlaab. Rapidement, le numéro 12 parisien se montre mais il doit sortir quelques minutes, à la suite d’un choc à la tête avec le latéral droit d’Andrézieux et revient donc avec un bandage sur la tête (65e). Lorenzo Callegari remplace ensuite Timothy Weah, ce qui permet à Mlaab de se positionner sur le flanc droit de l’attaque (66e). Frais, Hicham Mlaab est un des seuls parisiens à tenter de se diriger réellement vers le but adverse, comme en témoignent ses quelques frappes qui manquent cependant de puissance. A un quart d’heure de la fin du temps réglementaire, l’entraîneur parisien François Rodrigues procède à son dernier changement, en faisant sortir Fares Hassani, pour l’entrée d’Alexis Giacomini (75e).

Fin cruelle

Comme souvent dans cette seconde période, le danger est venu du côté gauche : Hemans Arday passe à Essende, qui, à l’entrée de la surface, se retourne et envoie un joli enroulé mais ce dernier passe légèrement au-dessus de la barre (80e).  Trois minutes plus tard, le latéral gauche parisien, encore, centre pour Giacomini dans la surface, qui tente, en vain, de contrôler et le ballon arrive alors sur Yaisien juste derrière qui frappe timidement pour les gants du gardien adverse (83e). Dans le temps additionnel, alors que Paris pouvait encore égaliser, Andrézieux clôt le suspens : en contre, la défense parisienne est dépassée et l’équipe visiteuse exploite très bien les trous. Entré en jeu, le numéro 15 andrézien décale son numéro 11, qui a le temps de contrôler tranquillement avant d’envoyer une jolie frappe dans la lucarne gauche de Cibois et de faire le break (90e+1). Alors qu’il n’avait tenté qu’une frappe de 30 mètres, par sa sentinelle, passée juste au-dessus de la barre (65e), Andrézieux inflige une leçon de réalisme aux Parisiens. Un petit pont, certes joli mais inutile au final, de Yaisien sur un joueur andrézien (90e+4) ravira les quelques courageux spectateurs en tribunes par cette température.

La réserve du PSG s’incline donc finalement 3 buts à 1 face à une équipe d’Andrézieux qui aura joué ses quelques coups à fond et confirme donc sa première place de ce groupe B de National 2. Bilan au classement pour Paris : l’AS Yzeure a gagné et n’est plus relégable. Trois clubs sont à égalité de points avec 24 points, mais c’est Belfort qui, avec deux matches de plus sur Paris, occupe la 14e place, synonyme de relégation en fin de saison. De son côté, le club de la capitale loge désormais à la 12e place, grâce à une différence de buts nettement supérieure à celle Schiltigheim.



News 

mercredi 19 septembre

mardi 18 septembre

lundi 17 septembre

dimanche 16 septembre

samedi 15 septembre

vendredi 14 septembre

jeudi 13 septembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux