Article 

PSG Hand : Un derby pour rebondir après le Trophée des Champions

Publié le mercredi 13 septembre 2017 à 17:32 par Yorgos Bonos
Une semaine après sa cruelle désillusion en finale du Trophée des Champions contre Nantes (26-32), le PSG Hand retrouve la Lidl Starligue et ses supporters ce mercredi face à Ivry.

Premier derby d'une longue série

Cela va devenir une habitude cette année pour le PSG Handball. Ce mercredi à Coubertin (20h45), il va jouer le premier derby d'une longue série. En effet, traditionnellement très présent en première division de hand, les clubs franciliens seront quatre cette année en Lidl Starligue si l'on ajoute les deux promus Massy et Tremblay. Avant la saison, Paris était donc assuré de jouer au moins six derbys dans la saison auxquels s'est déjà ajouté celui contre Pontault-Combault en huitième de finale de la Coupe de la Ligue.

Pour cetter reprise du championnat de France contre Ivry, le PSG reste le grandissime favori avec une équipe qui s'est encore améliorée à la mi-saison suite aux arrivées de Sagosen, le demi-centre norvégien, et Corrales, le gardien espagnol. Ce sera d'autant plus le cas qu'Ivry a particulièrement mal démarré sa saison en perdant son premier match officiel contre Nice, tout juste promu en ProLigue (2ème division).

Il faudra tout de même se méfier d'une équipe capable de tout. On se souvient que les Ivryiens avait été les premiers à tenir en échec Nantes l'an dernier avec une remontée folle dans les toutes dernières minutes du match alors que la partie semblait jouée à 30-25 et qu'il restait moins de 4 minutes de jeu.

Dans l'équipe val-de-marnaise, comme l'an dernier il faudra surveiller le duo des frères Bataille, emblêmatiques joueurs de l'USI, ou encore Mahamadou Keita, membre de la très prometteuse génération française championne du monde junior en 2015. Côté parisien, nous serons attentif au retour de Jesper Nielsen qui n'avait pas participé au Trophée des Champions la semaine dernière. 

Nantes, match à oublier ?

Nul doute qu'au moment de rentrer sur le terrain ce mercredi, les joueurs parisiens auront toujours en tête ceette gifle prise la semaine dernière à Rouen lors de la finale du Trophée des Champions contre le HBC Nantes. En effet, après une préparation parfaite et une demi-finale tout aussi bien gérée face à St Raphaël, les rouges et bleus sont tombés sur un os. Loin d'être infamante face à l'une des plus belles équipes d'Europe, cette défaite doit permettre d'aborder la suite de la saison avec un état d'esprit conquérant.

L'excès de confiance

Sur tous les terrains d'Europe, avec son effectif All Star, Paris est devenu l'équipe européenne à battre. Dans ces circonstances, les excès de confiance peuvent vite se payer cash et les trophées se gagnent sur le terrain et non sur le papier en comparant les effectifs. Le PSG a la chance d'avoir de grands joueurs multi-couronnés qui ont prouvé à de multiples reprises qu'ils étaient capables d'avoir ce niveau d'exigence mais de façon incompréhensible la mécanique se grippe complétement sur certains matches. On se souvient de la finale de la Ligue des Champions et donc plus proche de nous cette défaite en finale de la Coupe de la Ligue qui laissent à penser que l'approche psychologique du match a été mieux préparé par les adversaires.

Le ressentiment des adversaires

Paris doit se rendre compte qu'il provoque un immense sentiment de frustration chez ses adversaires. L'an dernier, alors que le HBC Nantes fait une saison historique avec un niveau de jeu parmi les meilleurs d'Europe, son armoire à trophée ne s'est garni que d'un unique trophée, la Coupe de France. Dans toutes les autres compétitions, son chemin a croisé celui du PSG avec invariablement le même résultat : défaite en finale du Trophée des champions et de la Coupe de la Ligue, double confrontation perdue en Champions League en 1/8ème de finale et une deuxième place en championnat malgré deux victoires contre Paris.

La frustration était donc forte pour des Nantais qui étaient donc surmotivés au moment d'aborder le match contre les rouges et bleus. Les provocations n'ont pas manqué et ce n'est d'ailleurs pas une surprise si la joie des joueurs et du staff nantais a été aussi expressive pour la compétition la moins prestigieuse de la saison. Vexés, les Parisiens avaient tous le masque après le match et étaient déçus d'avoir raté collectivement leur match. On aurait pu espérer que les Parisiens, qui auront sans doute un sentiment de revanche à l'heure de retrouver Nantes dans la saison, auraient gagné à nourrir un sentiment similaire des deux défaites en championnat de la saison dernière même si elles ont été anecdotiques au moment de la remise du titre.

Garder ses nerfs

C'est peut être sur ce point que le PSG est le plus perfectible en analysant sa défaite face à Nantes. Le PSG n'aime rien de plus que de dominer son adversaire et de faire la course en tête. Malmenés en début de match et rapidement menés au score, les Parisiens ont tendance à oublier leurs fondamentaux et perdent le fil du match. Capables pourtant de revenir au score contre des équipes qui n'ont pas la même densité de joueurs sur le banc, la défaite semble devenir inexorable. Cette impression vécue à plusieurs reprises ces dernières années contre Montpellier en match à élimination directe, contre le Vardar en finale de la Ligue des Champions ou contre Nantes le week-end dernier est une constante à Paris.

Quand en plus l'arbitrage semble plus dur d'un côté du terrain que de l'autre, les Parisiens peuvent complétement sortir de leur match. En deuxième mi-temps contre Nantes, avec les soeurs Bonaventura en arbitres très sévères sur les fautes parisiennes et laxistes sur les provocations, agressions et tirages de maillot des jaunes et violets, le PSG a oublié son handball pour s'agacer. Si Paris gomme cette facheuse tendance, il pourra voir loin.

Fiche technique

PSG-Nantes : 26-32 (16-18) - Kindarena (Rouen) - Arbitres : Charlotte et Julie Bonaventura

PSG Handball : Omeyer (9 arrêts à 27%), Corrales (1 arrêt à 14%), Remili (7 buts), Abalo (1), Gensheimer (5), N.Karabatic (4), Sagosen (3), L.Karabatic (3), Hansen (2), Kounkoud (1), Mollgaard, Stepancic, Nahi, Damjanovic, Narcisse

HBC Nantes : Dumoulin (22 arrêts à 46%), Siffert, Gurbindo (6), Nyokas (5), Claire (5), Lazarov (4), Balaguer (3), Tournat (3), Emonet (2), Buric (2), Klein (2), Lagarde, Faluvegi, Pechmalbec, Feliho, Matulic.

Dans les autres rencontres

Alors que Nantes démarre en douceur chez Massy, promu cette saison, ce ne sera pas le cas pour les deux autres équipes du top 4 de l'année dernière. Montpellier aura fort à faire contre Chambéry son rival historique tandis que St Raphaël devra se méfier de Dunkerque auteur d'une fin de saison superbe l'an dernier.

1ère journée

  • Cesson-Rennes-Saran
  • Nîmes-Tremblay
  • Toulouse-Aix
  • Massy-Nantes
  • Montpellier-Chambéry
  • PSG-Ivry
  • St-Raphaël-Dunkerque

PSG-Ivry ne sera pas diffusé



News 

jeudi 21 septembre

mercredi 20 septembre

mardi 19 septembre

lundi 18 septembre

dimanche 17 septembre

samedi 16 septembre

vendredi 15 septembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux