Article 

Sirigu : « On vit dans un club qui veut toujours plus »

Publié le lundi 1 juin 2015 à 11:09 par Philippe Goguet
Salvatore Sirigu a fait un bilan de la saison dans le quotidien l'Équipe.

Une saison parfaite ?

« C’est toujours difficile de faire une saison parfaite, mais on s’est battus pour gagner le maximum de titres. On peut être satisfaits. Cette saison a été très longue, particulière, juste après une Coupe du monde et se termine lentement. Vraiment lentement. Mais on a tenu jusqu’à la fin.  »

Le Trophée des champions, un vrai titre ?

« C’est un titre comme les autres, difficile à décrocher car il se situe à une période réservée normalement aux amicaux. Quand on le gagne, ça passe inaperçu mais si on l’avait perdu, tout le monde nous l’aurait reproché !  »

La vision de la Coupe de France pour un étranger :

« Au début, tu ne comprends pas qu’il y ait deux Coupes. Dans les autres pays, à part en Angleterre, ce n’est pas le cas. La Coupe de France a un goût un peu différent car toutes les équipes y participent. Et comme c’était le dernier trophée qui nous manquait pour tout gagner en France…  »

Un objectif désormais plus européen ?

« Ce sera toujours comme ça vu la pression médiatique, ici. Au niveau européen, on fait régulièrement partie des huit meilleurs. Mais on veut conquérir encore plus.  »

Le meilleur et le pire souvenir de la saison :

« Pour l’émotion, ce qu’on a vécu à Chelsea. Avec cette qualification à dix contre onze (2-2, en 8es de finale retour, sans Ibra, expulsé à la 31e), on s’est rendu compte de ce dont on était capables en tant qu’équipe. [Et le plus pénible ?] En début de saison quand, dans les dernières minutes, on avait le sentiment que c’était gagné et que nos adversaires égalisaient. Notamment contre Lyon (1-1) et Monaco (1-1). C’est frustrant car on travaillait comme d’habitude et on n’arrivait pas à comprendre ce qu’on devait changer.  »

Dur de se remettre après une telle saison ?

« On vit dans un club qui veut toujours plus, notre motivation est là : revivre les mêmes émotions chaque année. Paris grandit, mentalement. Gagner la Coupe de France, c’est compliqué car vous partez des 32es de finale et les autres matches sont calés entre deux rencontres importantes de L 1. Il y a un risque de déconcentration qu’on a évité.  »

Vu de l’étranger, Paris grandit-il ?

« Oui. La L 1 est beaucoup plus regardée, plus médiatisée grâce au PSG. Ça parle beaucoup du PSG entre joueurs. »

NB : Propos recueillis par l'Équipe

Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

lundi 26 juin

dimanche 25 juin

samedi 24 juin

vendredi 23 juin

jeudi 22 juin

mercredi 21 juin

mardi 20 juin

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux