Article 

Verratti : « Je joue comme ça depuis que je suis un enfant »

Publié le jeudi 28 mai 2015 à 16:39 par Philippe Goguet
Marco Verratti a accordé une très longue interview à l'AFP dans laquelle il évoque aussi bien son évolution à Paris que son futur. Voici ses réponses, classées par thèmes.

La saison du PSG :

« La saison a été longue, dure psychologiquement. Les premiers mois ont été difficiles. On a dû constamment s'améliorer et on n'a jamais pu se relâcher. A nous de faire de cette saison une saison historique. »

La Champions League :

« Je ne crois pas qu'il nous manque quoi que ce soit. Mais cette année nous avons affronté le Barça, une immense équipe, qui traverse une des meilleures périodes de son histoire. Je pense qu'on peut battre ces équipes. Cette fois on est arrivé avec beaucoup de blessés et d'absents. Jouer ce genre d'équipes sans quatre ou cinq titulaires, ça n'est pas la même chose. »

Sa présentation à la presse en 2012, en même temps que Zlatan :

« C'était une journée vraiment spéciale, émouvante. Ils ont décidé au dernier moment de me faire passer avant Zlatan et je me suis retrouvé devant tous ces journalistes, plus que je n'en avais jamais vus. C'était irréel. »

Le chouchou de l’effectif :

« Tout de suite, tout le monde m'a pris comme le fils, le petit de cette équipe. Et chaque jour qui passe je me sens mieux ici, avec la confiance de mes coéquipiers, du staff. Je suis encore jeune et pour un jeune la confiance c'est le plus important. Quand tu travailles avec le genre de joueurs qu'il y a à Paris, si tu es un peu intelligent tu t'améliores sans cesse. Ca a été une saison très positive pour moi mais je dois encore faire mieux. »

Son style de jeu à risques :

« Si je change ma façon de jouer, je ne serai plus moi-même. C'est comme ça que je joue, depuis que je suis un enfant, et je veux que ça reste comme ça le plus longtemps possible. C'est mon style, il ne changera jamais. Au début c'est vrai que je sentais que le ‘’mister’’ [Laurent Blanc] souffrait quand il me voyait jouer comme ça. Mais maintenant ça va, il me laisse jouer comme je l'ai toujours fait. C'est à moi de savoir quand je dois le faire et quand il ne faut pas. »

 La sélection :

« Jouer en sélection c'est très différent. On se voit sur des périodes courtes et chaque entraîneur a ses idées, sa philosophie. Il faut s'adapter rapidement [il revient ensuit sur la comparaison avec Pirlo] Ca me fait plaisir d'être comparé à un joueur que j'admire et qui a tout gagné. Mais ce n'est pas à moi de dire que je peux faire comme Pirlo. Ce sont des comparaisons qui ont toujours existé en Italie. Dès qu'un jeune arrive et qu'il est un peu fort, on dit ‘’voilà le nouveau Pirlo, le nouveau Del Piero’’. »

Son positionnement sur le terrain :

« Je cherche à me placer à l'endroit où je vais toucher plus de ballons, là où je vais pouvoir faire mal à l'adversaire. Au PSG nous sommes trois milieux mais nous bougeons énormément, nous pouvons changer de rôle. C'est ce qu'on fait souvent avec Thiago Motta, par exemple. Avec l'Italie, c'est plus rigoureux, un peu plus rigide. »

Son avenir à Paris, même loin de Manopello ?

« Le lieu où l'on naît, on ne l'échangerait contre aucun autre endroit au monde. On peut me prendre pour un fou, mais Manopello c'est là qu'il y a ma famille, mes amis. […] C'est vrai que je n'aurais jamais imaginé me sentir aussi bien dans une aussi grande ville. Mais mon fils est né ici donc Paris sera toujours ma deuxième maison. J'y suis très bien et ma famille aussi. On espère rester longtemps. J'ai toujours dit que, si le PSG ne me chasse pas, ma priorité c'est de rester ici. Je suis dans une grande équipe, je fais partie d'un grand projet. On veut tous ensemble arriver à gagner la Ligue des Champions. »

Marco Verratti a également abordé sa relation avec les arbitres.

NB : Propos recueillis par l’AFP 

Joueur(s) lié(s) 


News 

dimanche 25 juin

samedi 24 juin

vendredi 23 juin

jeudi 22 juin

mercredi 21 juin

mardi 20 juin

lundi 19 juin

dimanche 18 juin

samedi 17 juin

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux