Article 

Aulas appelle à «une régulation» pour combler l'écart avec le PSG

Publié le mercredi 20 mars 2019 à 13:37 par Philippe Goguet
Dans un entretien accordé à un blog lyonnais, le président de l'OL Jean-Michel Aulas s'est exprimé concernant l'écart entre son club et le PSG. S'il ne nie pas que les deux clubs ne sont pas sur la même planète actuellement, il ne s'avoue pas vaincu et fait pression pour qu'une régulation réduisant les écarts soit mise en place.

Club phare des années 2000, l'Olympique Lyonnais regarde désormais le PSG enchaîner les titres au grand dam de son président Jean-Michel Aulas, toujours aussi important dans le football français. Interrogé par le blog lyonnais GregoryMorris.com sur la façon dont il va pouvoir concurrencer Paris à l'échelle nationale, l'homme fort de l'OL va d'abord faire le constat de l'évidence : « À l’instant T, l’écart est trop important. Sur les coupes, sur un match (on l’a vu récemment au Groupama Stadium), on peut s’approcher du niveau du PSG, mais sur la longueur c’est difficile. » 

Mais le boss lyonnais a visiblement des idées derrière la tête : « Par contre, je pense qu’avec le fair-play financier et une réflexion au niveau de la France et de la DNCG, un certain nombre de règles viendront bientôt réguler de manière plus importante cet écart. C’est tout l’écosystème du football français qui est en danger. Si le premier budget du championnat est de l’ordre de 850 millions, le suivant d’entre 300 et 400 millions, pour une moyenne des clubs à 60 millions, nous sommes face à un modèle économique qui peut avoir des conséquences dangereuses à moyen terme. »

« Une partie des moyens mis à disposition du club parisien pourrait alors profiter aux clubs nationaux, dont Lyon »

Après avoir une nouvelle fois pointé du doigt le modèle économique parisien, un grand classique, le président de l'OL se projette dans le futur qu'il estime moins inégalitaire : « Ainsi, je pense qu’il y aura des effets de régulations sur le plan européen comme sur le plan français, et nous pouvons imaginer en bénéficier et combler le retard dans les trois années qui viennent. D’autant que le PSG devrait aussi, dans le futur, tenir compte de la qualité des joueurs formés en France : une partie des moyens mis à disposition du club parisien pourrait alors profiter aux clubs nationaux, dont Lyon. »

Récemment, la LFP a évoqué la mise en place d'un fair-play financier à l'horizon 2020 mais c'est la première fois qu'une redistribution des richesses du PSG aux autres clubs français est évoquée, même si Aulas reste très flou sur le sujet. Il sera en revanche plus clair concernant le délai qu'il se fixe pour combler le retard, à savoir trois ans : « Exactement, mais on ne pourra pas le faire seul. Il faut qu’il y ait une régulation. » À défaut de vaincre sur le terrain, l'homme fort de l'OL semble donc décidé à utiliser son pouvoir dans les instances.



News 

Aujourd'hui

mercredi 19 juin

mardi 18 juin

lundi 17 juin

dimanche 16 juin

samedi 15 juin

vendredi 14 juin

jeudi 13 juin

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux