Article 

Amiens/PSG (2-2), les performances individuelles

Publié le samedi 5 mai 2018 à 2:32 par Philippe Goguet
Le PSG n'a pu faire mieux que 2-2 à Amiens dans un match qu'il a pourtant dominé. Retour sur les performances individuelles des joueurs parisiens au cas par cas.

Areola : Titularisé par Emery alors qu'un doute existait, le portier parisien a signé une performance qu'il a lui-même un peu gâchée par sa faute de main sur l'égalisation, légère mais bien réelle. Il pourra reprocher des choses à Kimpembe qui laisse tirer l'attaquant mais la main d'Areola n'a pas été assez ferme pour autant. Pour le reste, il s'était jusque-là montré solide avec notamment deux arrêts importants en début de chaque mi-temps alors que ses défenseurs, déjà, étaient aux abonnés absents.

Meunier : Le roi des réseaux sociaux a comme souvent connu un match à deux facettes, se montrant assez léger défensivement mais heureusement peu sollicité dans ce registre. Offensivement, l'histoire est différente et, après un début de rencontre où il a été présent mais pas forcément toujours utilisé, il est monté peu à peu en régime en profitant notamment de sa bonne entente avec Di Maria, lui offrant d'ailleurs un ballon de but avant la pause. Il va moins combiner par la suite mais va malgré tout encore envoyer quelques centres qui auraient pu faire mouche, pratiquement les seuls du soir.

Marquinhos : Le Brésilien confirme que ce n'est pas la grande forme depuis quelques mois et son match peut être résumé de façon simple : il a été facile quand la situation l'était mais en grande difficulté dès que les choses se corsaient. Tranquille en première période face à une équipe d'Amiens qui lui offrait des situations tranquilles à gérer, il va être bien moins à l'aise après la pause. Konaté l'a fait souffrir par son physique mais l'a aussi dépassé par sa technique sur l'égalisation à 1-1. Dans la relance, celui qui a fini avec le brassard de capitaine n'a pris strictement aucun risque, comme bien trop souvent, et s'est contenté du minimum, à l'image de sa saison.

Kimpembe : Sans Thiago Silva à ses côtés, dur de reconnaître qu'il s'agissait du même Kimpembe que dimanche dernier. Pas concentré en début de rencontre, il se fait contrer et offre la première occasion mais fait malgré tout une belle première période, faisant le boulot. La seconde période est en revanche à revoir du début à la fin, malgré... un bon centre pour Marquinhos. En retard sur Konaté d'entrée, il ouvre grand la voie du but sur la 1e égalisation en montant totalement à contretemps du reste de la défense. Sur la 2e égalisation, il est cette fois-ci très en retard et laisse donc l'attaquant adverse allumer Areola à 10m des buts. Entre temps, il faut souligner quelques bonnes relances mais cela fait désormais plusieurs matches consécutifs à l'extérieur que le gaucher n'offre pas toutes les garanties. 

Kurzawa : Les semaines passent et se ressemblent pour Kurzawa, désespérément en perdition sur son couloir gauche. Il tente bien de l'animer mais est finalement pratiquement inutile offensivement, ses partenaires ne parvenant pratiquement jamais à combiner avec lui. Ce vendredi, il n'a ainsi réussi qu'un centre, pour deux tentatives au total, et a de loin le plus mauvais taux de passes réussies de son équipe (78,4%). Défensivement, chaque duel est un calvaire et le doute ronge le latéral gauche, encore en grande difficulté ce soir.

Motta : Capitaine en l'absence de Thiago Silva, Motta va sembler revivre durant la première mi-temps, même s'il va avoir du mal à la finir avec quelques ballons perdus juste avant la pause. Auparavant, il avait offert cette qualité de relance qui le caractérise tant et récupéré de nombreux ballons, que ce soit en l'air ou au sol. Il va conserver cette qualité d'organisateur après la pause, notamment dans le temps fort d'Amiens, mais va en revanche perdre son impact défensif et de moins en moins protéger sa défense, à l'image du premier but. Il est en revanche passeur décisif pour Nkunku, subtilement décalé, mais va avoir du mal à finir et il sort logiquement à 15' de la fin. Rabiot l'a remplacé et n'avait pas très envie de jouer, à l'image de son duel perdu avec Kakuta à la base de l'égalisation d'Amiens...

Lo Celso : Encore une fois titulaire, l'Argentin a été très en vue en première période avec une présence importante sur le terrain et une grosse activité dans de nombreux domaines. Comme souvent, il a malheureusement souvent ralenti le jeu au passage, multipliant les touches de balle pour aboutir à des passes évidentes. Son match est en revanche de bien moindre qualité après la pause. Invisible et inutile défensivement, il ne va pas plus peser offensivement et va se signaler pratiquement uniquement par des frappes, jamais cadrées. 

Pastore : El Flaco a signé un match plus pastoresque que jamais, entre arabesques géniales et inspirations à se demander ce que l'Argentin souhaite vraiment faire. Dans un rôle très libre dont il a beaucoup profité, tout particulièrement avant la pause, il va ainsi enchaîner les bonnes choses et celles qui font tourner de l'oeil. Alors qu'il sort d'une série de mauvais choix, il réussit par exemple une passe décisive lumineuse sur l'ouverture du score... Les montagnes russes vont durer tout le match, même en seconde période quand il va surtout être côté gauche.

Di Maria : Aligné côté droit avec le passage sur le banc de Mbappé, l'Argentin va plus être dans un rôle de créateur plus que d'ailier de débordement, donc théoriquement plus à son aise. Son début de match est plutôt réussi et il se signale notamment par plusieurs frappes, manquant de peu de marquer avant la pause, mais il se perd peu à peu et sa seconde période est à oublier. Peu précis sur coups de pieds arrêtés, il est tout bonnement catastrophique dans ses très et trop nombreux centres, ceux-ci ne trouvant presque jamais la cible. C'est même l'une de ses tentatives complètement ratées qui lance l'égalisation amiénoise en fin de match...

Nkunku : Emery lui avait redonné une chance après un Bordeaux/PSG où il s'était loupé et le résultat a été tout autre. Si son placement a parfois été dur à lire, notamment car les positions n'étaient pas toujours claires avec Pastore, le jeune Parisien a su montrer de très bonnes choses. Outre un but superbe qui confirme sa très belle frappe de balle, il a su être utile et déstabilisant quand il a pu percuter et aller de l'avant. S'il a manqué de continuité et a eu du mal à exister sur toute la durée du match, il a encore une fois marqué des points. Mbappé l'a remplacé pour la fin de la partie et il a réussi de bonnes choses côté droit. Dommage de rater la balle de but à la dernière minute...

Cavani : L'Uruguayen a montré un profil pour une fois assez différent de ce qu'il propose habituellement. S'il a été aussi létal que d'habitude en marquant sur sa première occasion franche avec une finition impeccable et aurait même pu s'offrir un doublé sans un sauvetage miraculeux sur la ligne, c'est surtout dans le jeu qu'il a été plus à l'aise que d'habitude. Quelques belles déviations, notamment un une-deux bien vu avec Di Maria sur la 1e occasion franche du match, des prises de balle plutôt propres de façon régulière et l'impression générale que le Matador a été bien plus utile que le reste du temps dans ce type de match. Une bonne nouvelle alors qu'il s'apprête à défier une défense très renforcée en finale de la Coupe.

Match lié 


News 

Aujourd'hui

dimanche 21 avril

samedi 20 avril

vendredi 19 avril

jeudi 18 avril

mercredi 17 avril

mardi 16 avril

lundi 15 avril

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux