Article 

Avant le choc, les anciens du PSG donnent leurs conseils

Publié le mercredi 14 février 2018 à 11:16 par Philippe Goguet
Le PSG a déjà affronté à deux reprises le Real Madrid en matches éliminatoires, sortant vainqueur à chaque fois. Avant la troisième manche, les anciens du PSG ont donné quelques conseils à leurs successeurs dans la presse.

Outre le passage de Rai ce mardi au Camp des Loges, les anciens du PSG qui avaient su éliminer le Real Madrid en 1993 puis en 1994 ont témoigné dans la presse concernant la façon dont ils avaient réussi à faire chuter le géant madrilène à l'époque. Paris n'était alors qu'un club en pleine ascension, propulsé par Canal+, et les joueurs de l'époque ont donné leurs conseils à leurs successeurs, 25 ans après.

Guérin : «La recette miracle n’existe pas»

Comme l'explique l'ancien milieu Vincent Guérin dans Le Parisien, «la recette miracle n’existe pas. On avait la sensation d’avoir été volés à l’aller avec cette défaite (3-1). Cela avait décuplé notre envie de faire un résultat au Parc. Nous étions surmotivés et conscients de nos qualités. Nous savions que nous avions les moyens de rivaliser avec le Real. Entre les deux matchs, nous nous sommes aussi beaucoup parlé. Je me souviens notamment d’une réunion lors d’une mise au vert où il n’y avait que nous les joueurs. Ce jour-là, on s’était dit les choses. Cela avait renforcé nos liens.»

De l'envie et des leaders

Être solidaire est donc une obligation et Alain Roche, sur Le Figaro, met en avant le passé comme moteur : «Dans ces matchs-là il faut savoir se servir des expériences précédentes, ne pas oublier ce qu’il s’est passé à Barcelone, à Munich. Tout le monde doit être concentré. Mais vous savez, les défaites servent également à ne pas renouveler les erreurs que vous avez pu faire, et je suis persuadé que l’entraîneur saura le rappeler à ses joueurs. Après, le PSG a également une équipe d’expérience, avec des joueurs qui ont déjà gagné cette compétition. Cela va être un match très équilibré.»

Du côté de Guérin, on insiste sur l'envie face à des Madrilènes qui ont déjà tout gagné : «C’est une équipe vieillissante dont l’effectif n’a pas beaucoup bougé ces dernières années et qui a moins faim. Tout le contraire du PSG qui a un grand appétit dans cette compétition.» Mais il prévient aussitôt : «Même si Madrid n’est pas très bien en ce moment, il faut toujours se méfier d’une bête blessée. Pour battre le Real, Paris a surtout besoin de leaders. Neymar, Cavani et Alves notamment – même si pour ce dernier c’est un peu compliqué sur le terrain,- doivent assumer ce rôle. C’est ce qui leur avait manqué à Barcelone. Seul Cavani avait pris ses responsabilités l’an dernier au camp Nou.»

Du mental, mais pas que

De l'envie, des leaders, mais pas que. Comme l'explique Daniel Bravo, il faudra aussi savoir rester calme. Très attendu dans tous les domaines, Neymar va notamment devoir porter ses troupes : «Neymar m'impressionne par sa capacité à tout assumer et à répondre aux attentes. Il a la rage de vaincre. Mercredi, c'est un fauve qu'on verra sur la pelouse. Avec lui, le PSG peut frapper un grand coup et gagner au Bernabeu. Zidane a prévu un plan spécial pour l'arrêter. Il est imprenable en un contre un et ils vont s'y mettre à plusieurs pour le stopper et l'intimider.»

Ancien attaquant titulaire mais souvent oublié lors du fameux 4-1 de 1993, Amara Simba donne une autre clé, moins souvent évoquée. Selon lui, il faudra «être solide physiquement». Il rappelle notamment que «le PSG s'était fait bousculer lors de ses grands matches à l'extérieur, comme à Munich (1-3) ou Marseille (2-2).» Plus récemment, Paris s'est aussi fait bouger à Lyon (1-2) et le PSG va proposer une sentinelle forcément en difficulté à ce niveau-là puisque Lo Celso manque d'impact et Diarra de rythme...

Enfin, le grand héros des matches entre le Real Madrid et le PSG, à savoir Antoine Kombouaré, appuie sur un point qui a déjà fait basculer ses rencontres dans le passé et rappelle que le PSG doit être «vigilant sur coups de pieds arrêtés.» Ces dernières années, le Real s'est souvent appuyé sur cette force pour sortir de situations périlleuses. En cas d'oubli, les fameuses têtes de Sergio Ramos pourraient bien être être aussi fatales au PSG que l'avait été celle de Casque d'Or en son temps...

Match lié 


News 

mardi 20 février

lundi 19 février

dimanche 18 février

samedi 17 février

vendredi 16 février

jeudi 15 février

mercredi 14 février

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux