Article 

Bruges/PSG (0-5), les performances individuelles

Publié le mercredi 23 octobre 2019 à 2:55 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 5-0 à Bruges dans un match qui sera resté indécis pendant près d'une heure. Retour les performances individuelles des Parisiens au cas par cas.

Navas : Si l'équipe parisienne aura été sous pression pendant une bonne heure à Bruges, son gardien costaricien n'aura pourtant pas eu grand-chose à faire. Il sort bien avec ses poings sur un corner en première période et est concentré en seconde sur un centre devié. Pour le reste, il est certes battu par Diatta dans son duel mais le but est refusé pour une main antérieure logique. Sa plus grosse frayeur de la soirée viendra finalement de lui-même quand l'un de ses dégagements est contré par un Belge venu le presser. Un moindre mal.

Meunier : Acclamé pour son retour dans un stade qu'il a longtemps fréquenté, le Belge ne va pas avoir une partie facile même si les locaux l'ont finalement assez peu défié par rapport aux autres membres de la défense. S'il va se montrer dominant sur la plupart des ballons aériens, il va avoir logiquement plus de difficultés dans les duels au sol mais n'aura que peu été dépassé malgré tout. Avec le ballon, il va s'astreindre à jouer simple la plupart du temps mais la physionomie de la partie l'a restreint dans ses montées, de même que son entente très moyenne avec Herrera devant lui. Sa fin de match est malheureusement bien pénible avec un avertissement pour un tacle raté puis une blessure sur une montée. Il sort en boîtant, mais encore une fois sous les applaudissements de son ancien public.

Thiago Silva : Son début de partie est un paradoxe, avec tout d'abord une de ses rares interventions un peu loupées de la partie puis une ouverture fabuleuse pour Di Maria dans un match qui aura vu le déchet technique être bien présent. Cela fait 1-0 pour le PSG malgré tout et Bruges pouvait alors commencer son match, donc découvrir Thiago Silva. C'est peu dire que le défenseur central brésilien va faire mal aux Belges alors qu'il va être sollicité tout au long du match. On l'aura même vu tacler, ce qui est rare, et par deux fois dans la même action. En début de seconde période, dans le dernier souffle des locaux, il se montre même très présent pour repousser toutes les offensives adverses. Balle au pied, il aura assuré et donc apporté un peu de sérénité à son équipe en toutes circonstances.

Kimpembe : Comme Thiago Silva, il a été très sollicité par des attaquants belges rapides et pas avares en déplacements. Kimpembe a donc souvent dû bouger et sortir de sa défense alors qu'il n'aime pas forcément ça. On l'a régulièrement retrouvé sur la gauche pour aider Bernat et sa puissance dans les duels a fait du bien pour repousser les attaquants adverses, particulièrement en première période. Présent dans le combat imposé, il va aussi faire quelques interceptions et aura bien secondé son capitaine à ses côtés, la charnière tenant le choc malgré une forte sollicitation. Moins sollicité après la pause, il va se montrer juste jusqu'au bout. Au pied, il a fait le métier et tenter de trouver des solutions, sans briller outre mesure.

Bernat : Le petit latéral parisien aura bien représenté les difficultés parisiennes du jour, notamment en première période. D'ordinaire si fluide et à l'aise pour sortir le ballon, il va être ennuyé dans ce domaine et parvient à le conserver mais pas à le faire avancer pour autant. Défensivement, il est régulièrement en difficulté face au surnombre adverse alors qu'il semblait parfois ciblé par les adversaires. Pas si souvent défié balle au pied, il est en revanche ciblé pour l'espace dans son dos, Kimpembe devant alors compenser. Toujours assez sage offensivement en seconde période, il finit la partie milieu de terrain et trouve bien sa place dans ce PSG qui fait tourner le ballon pour fatiguer un adversaire déjà à l'agonie. On le retrouve d'ailleurs impliqué sur le quatrième but puisqu'il relaye l'action vers Di Maria devant lui.

Marquinhos : Milieu défensif devant la défense, il aura eu un rôle pour le moins important dans ce secteur de jeu que les Belges n'ont pas hésité à utiliser. C'est ainsi surtout en défense et en intervenant de façon très régulière que Marquinhos va se signaler en bien au cours de la première période puis au début de la seconde. Dans ses passes, il se montre en revanche vraiment insuffisant jusqu'à l'heure de jeu et va peiner à assumer une première relance de qualité même s'il claque une ouverture fabuleuse pour Icardi en début de seconde période. Il finit en défense centrale la partie, gérant bien son affaire lors du dernier souffle adverse.

Herrera : Celui qui avait finalement été choisi pour remplacer Gueye comme milieu relayeur droit va bien étaler sa technique en début de partie mais cela ne dure pas et il est justement dans le dur durant une bonne partie. Bruges attaque et Herrera court derrière le ballon comme les autres. Il réussit bien quelques bonnes actions à la récupération ou à la relance mais il a globalement bien du mal à exister et à faire avancer le ballon de par ses nombreuses passes en retrait. C'est légèrement mieux en seconde période avant qu'il ne sorte blessé. Dans un match qui aura été plutôt physique, son manque d'impact dans les duels aura tout de même surpris alors qu'il sort de cinq saisons en Premier League.

Diallo l'a remplacé pour les 20 dernières minutes et il est entré comme arrière gauche, se concentrant surtout sur la partie défensive de son rôle malgré quelques petites montées. Une entrée solide.

Verratti : Rarement le milieu italien aura autant été en difficulté dans un match, le tout jeune De Ketelaere (18 ans) lui en faisant voir de toutes les couleurs tant avec que sans le ballon. Pire, Verratti va avoir du mal techniquement et, en manque de soutien pour construire à la relance, il ne va jamais réellement réussir à poser le jeu avant le deuxième but parisien. Généreux dans ses courses défensives, il va aussi subir l'impact adverse et récupérer peu de ballons. Même si c'est allé mieux sur la fin, c'est globalement un Verratti bien moins juste que d'habitude que l'on a vu. A oublier aussi, ce carton jaune inutile alors que le score était de 3-0...

Di Maria : L'Argentin aura globalement connu deux matches en un, même si c'est l'aspect décisif qu'il est capable d'avoir qui ressort à chaque fois. D'abord ailier droit, il est impeccable sur l'ouverture du score avec un appel bien vu puis un enchaînement contrôle de la tête et passe de l'extérieur du pied gauche absolument parfait. Bien qu'il ait un faible volume de jeu par rapport à d'habitude, c'est encore lui qui passe tout proche du 2-0 peu après. C'est à l'entrée de Mbappé qu'il change de dimension, d'abord à gauche puis dans l'axe avec le Français. Alors qu'il multiplie pendant un temps les mauvais choix, il est à la base du 2-0 avec le nouvel entrant d'une belle combinaison puis va déclencher le 3-0 d'un bon pressing. Passé dans un rôle d'attaquant axial très libre, il finit très fort et va donner des ballons de buts à la pelle, exploitant parfaitement la vitesse et les appels de Mbappé dans ce qui est une relation complètement létale pour les locaux. Il lui donnera ainsi deux buts via deux caresses de son pied gauche magique. Après avoir été impliqué sur les quatre buts parisiens à Nice, il a fait encore mieux à Bruges avec un 5/5.

Choupo-Moting : Titulaire surprise au poste d'ailier gauche, il ne va pas réussir ce qu'il avait su faire lors du précédent match sur la pelouse des Aiglons. Trop souvent enfermé sur son côté, il va avoir bien plus de mal à se mettre dans le sens du but et va bien mal exploiter les ballons qu'il touche, se faisant souvent déposséder de celui-ci. Il aura malgré tout réussi une ouverture superbe pour Di Maria qui aurait pu se transformer en passe décisive.

Mbappé l'a remplacé pour les 40 dernières minutes et le Français n'avait pas de temps à perdre. Entré dans une position entre l'axe et l'aile droite, il se place très vite où il en a envie et va faire mal, très mal. Son entente avec Di Maria fait des ravages et provoque le 2-0, Mbappé concluant de la tête, une rareté pour lui. Passeur décisif impeccable pour Icardi, il retrouve ensuite ses habits de buteur et marque deux fois dans ce registre d'attaquant de profondeur impossible à arrêter. Il aurait même pu en marquer deux autres mais un triplé et une passe décisive en 40 minutes sont déjà un bon bilan. Surtout après pratiquement deux mois d'absence.

Icardi : Le buteur argentin a signé un doublé, ce qui valide forcément son match, mais il ne faut pas s'arrêter à ce but d'entrée qui a longtemps fait basculer la rencontre en faveur de Paris ni à ce 3-0 de près peu avant sa sortie. Entre temps, Icardi aura probablement réussi son meilleur match avec le PSG dans le jeu. Outre une bonne activité défensive que son entraîneur va une nouvelle fois saluer, il va apporter dans son jeu en pivot à plusieurs reprises, même s'il rate aussi quelques gestes qui auraient pu faire mal, à l'image de cette passe loupée vers Choupo-Moting sur un contre qui partait bien. Il loupe aussi une belle occasion sur un ballon en or de Marquinhos mais son appel auparavant était à saluer. En résumé, Icardi marque de plus en plus et voit son poids dans le jeu grandir également. 

Paredes a remplacé son compatriote à la 65e minute et il est entré comme sentinelle dans une rencontre qui était en train de se finir, les Belges lâchant enfin prise. Dans cette partie où les espaces s'ouvraient, il a fait parler son jeu de passes et a offert un point d'appui technique à Verratti qui a été apprécié. Une bonne entrée donc, dans le ton.

Match lié 


News 

Aujourd'hui

dimanche 17 novembre

samedi 16 novembre

vendredi 15 novembre

jeudi 14 novembre

mercredi 13 novembre

mardi 12 novembre

lundi 11 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux