Article 

Quel PSG face au Real Madrid ?

Publié le mercredi 14 février 2018 à 9:46 par Philippe Goguet
Le PSG se déplace ce mercredi soir à Madrid en huitième de finale aller de la compétition afin d'affronter la référence absolue de la compétition, le Real, double tenant du titre. Pour ce match, Paris se présente privé de quelques armes et Unai Emery va déjà faire des choix importants concernant le onze de départ parisien.

Le PSG à l'heure du grand test

Attendu depuis près de deux mois, le grand choc est enfin arrivé. Deux ans et demi après un dernier passage très frustrant au stade Santiago-Bernabeu, Paris repartant avec une défaite 1-0 en ayant été dominant et finalement battu de peu, il est désormais temps de se mesurer de nouveau à la référence européenne en matière de Ligue des Champions. Comme Emery l'a souvent rappelé au cours des dernières semaines, le Real n'est pas que le double tenant du titre, il a aussi gagné une autre édition de la compétition en 2014 et a donc gagné trois des quatre dernières éditions.

C'est peu dire qu'un tel palmarès fait rêver le PSG, lui qui court qui après la consécration européenne. Et l'heure est donc venue de bousculer la hiérarchie. Ou au moins d'éviter que celle-ci ne lui rappelle dès le match aller qui est le patron de l'Europe. Les Madrilènes l'ont souvent souligné ces derniers jours, tout ne se jouera pas lors du match aller de ce soir et le retour vaudra autant, si ce n'est plus. Pour le PSG, auteur d'un recrutement digne du Real Madrid l'été dernier, il est temps de monter en gamme dans un contexte compliqué : à l'extérieur, face à une équipe plus expérimentée qu'elle et capable de la forcer à faire ce qu'il aime le moins, à savoir défendre.

Un doute en défense

A l'heure de jouer sur une des pelouses les moins accueillantes du vieux continent, c'est un PSG avec des doutes au niveau défensif qui va se présenter au coup d'envoi. Ces doutes se décomposent de deux façons différentes, ceux dont le début d'année a été pénible sportivement et ceux dont l'état de santé est loin d'être optimal. Dans le premier cas, on retrouve notamment le portier Alphonse Areola, certes pas inquiété par un Kevin Trapp pas vraiment tranchant ces derniers temps, et Dani Alves, au supplice dès qu'un adversaire ayant du feu dans les jambes vient défier les siennes. 

Au poste d'arrière gauche, ce sont ces deux doutes qui se mêlent. En théorie, le titulaire est Layvin Kurzawa, à la fois inquiétant défensivement depuis plusieurs semaines et touché à la cuisse il y a peu. Face à lui, c'est un Yuri Berchiche n'ayant jamais joué le moindre match de Coupe d'Europe qui se présente comme favori. Le Basque a heureusement pour lui des précédents à Bernabeu, dont un solide face à son probable adversaire du soir, à savoir Gareth Bale. Il n'empêche que cela fait peu de certitudes face à une des références mondiales dans cette position. 

Avec un flou pareil, le duo 100% brésilien de l'axe de la défense constitué de Thiago Silva et Marquinhos devrait avoir du travail, et pas seulement parce que le Real Madrid va probablement beaucoup centrer, son mode opératoire favori. Cela tombe bien, les deux sont attendus et vont devoir répondre présents. L'aîné est régulièrement critiqué pour son manque de leadership dans les moments clés quand le plus jeune des deux a beaucoup à se faire pardonner après son match catastrophique à Barcelone.

et un au milieu

Reste que la protection de l'axe de la défense ne sera pas forcément assurée de la façon la plus optimale qui soit. Dans l'idée d'Unai Emery et comme il l'a répété il y a peu, c'est Thiago Motta qui est son choix n°1 mais l'Italien est absent. Il reste donc trois possibilités nommées Adrien Rabiot, Giovani Lo Celso et Lassana Diarra. Le premier est plutôt un relayeur, au moins dans son esprit, et l'entraîneur parisien a confirmé hier qu'il l'imaginait plus dans ce rôle que devant la défense. A moins que l'entraîneur ait menti de façon volontaire, la fameuse place de sentinelle du milieu de terrain se joue donc entre les deux autres candidats.

Le choix est au moins aussi compliqué qu'au poste d'arrière gauche pour Emery. D'un côté, un joueur en pleine forme mais sans expérience et néophyte du poste, de l'autre un vieux briscard qui connaît parfaitement ces rencontres mais est encore très loin de sa plénitude physique. Les deux ont montré des limites comme des qualités mais aucune des deux solutions ne semble faire l'unanimité. Vu le contexte et le fait que ce ne soit qu'un match aller, Diarra semble partir avec un peu d'avance. Etant donné qu'il n'a pas 90 minutes dans les jambes, Lo Celso entrera probablement en jeu, à moins qu'Emery ne repositionne Rabiot en cours de rencontre.

L'attaque pour répondre

Pour aider la fameuse sentinelle, les deux milieux relayeurs que devraient être Verratti côté droit et Rabiot côté gauche vont devoir se démultiplier. L'Italien est en grande forme, le Français un peu moins après ses soucis à la hanche, mais leur volume de jeu va être une des clés étant donné qu'il est aussi attendu d'eux qu'ils soutiennent leur arrière latéral respectif. Et en plus de cette mission défensive à deux têtes, ils vont aussi devoir être à la base du jeu. Car face à ces nombreuses questions défensives, c'est l'attaque du PSG qui devra apporter des solutions.

Eliminé l'an passé en ayant encaissé six buts en une seule rencontre, le PSG a pourtant concentré ses efforts sur le renforcement de son secteur offensif cet été. Seul Cavani a gardé sa place, Draxler et Di Maria étant remplacés dans le onze de départ par Neymar et Mbappé. La maison blanche a rêvé des deux, elle va pouvoir les voir évoluer sous ses yeux. Et c'est peu dire qu'ils sont attendus. Car si la défense parisienne a des faiblesses, celle du Real affiche les siennes pratiquement chaque week-end et concède des buts indignes d'un double champion d'Europe.

Paris étant à l'extérieur, marquer le plus possible sera l'un des buts à atteindre quand Madrid pourrait en revanche adopter la carte de la prudence, Zidane ayant déjà évoqué cette possibilité. Et dans cette partie que tout le monde du football attend et où tout est possible, c'est possiblement la façon dont les deux équipes sauront le mieux répondre au défi qu'elles vont mutuellement se proposer que résidera la clé du match. Pour Paris, un an après le drame, il s'agira de montrer qu'il n'est plus un club qui subit les événements. Et le faire sur la pelouse de Madrid serait déjà une première victoire. 

Une équipe possible du PSG face au Real Madrid : Areola - Alves, Marquinhos, Thiago Silva, Berchiche - Verratti, Diarra, Rabiot - Mbappé, Cavani, Neymar

Match lié 


News 

samedi 26 mai

vendredi 25 mai

jeudi 24 mai

mercredi 23 mai

mardi 22 mai

lundi 21 mai

dimanche 20 mai

samedi 19 mai

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux