Article 

Quel PSG face à l'OL ?

Publié le dimanche 21 janvier 2018 à 13:18 par Philippe Goguet
Le PSG se déplace à Lyon ce dimanche soir pour affronter l'OL en clôture de la 22ème journée de Ligue 1. Privé de Neymar et Thiago Motta, l'entraîneur parisien va devoir trouver des solutions dans ce choc de la L1.

Un choc malgré l'écart

Avec 11 points d'avance à l'issue de la 21ème journée de Ligue 1 suite à sa victoire à Nantes dimanche dernier, c'est peu dire que le PSG a mis une énorme claque au suspense du championnat de France, ses trois adversaires directs se prenant les pieds dans le tapis à tour de rôle depuis quelques semaines. Sur le papier, OL/PSG est un match entre le second et le premier. Reste que le cinquième actuel du championnat, le FC Nantes, est aujourd'hui aussi proche de l'OL que celui-ci de la première place...

Pour autant, il est difficile de ne pas faire de ce duel au Groupama Stadium un vrai choc de la saison. Les occasions de se mesurer à des équipes de calibre européen sont plus que rares dans le championnat de France et gagner à Lyon n'a rien d'évident, même pour ce PSG. Ces dernières saisons, Paris n'a d'ailleurs réussi qu'à deux reprises : en 2013 grâce à un but de Jérémy Ménez qui offrait le titre au PSG puis l'an passé sur un coup de tête tardif de Cavani. Deux victoires en six ans, soit l'un des pires ratios de l'ère QSI chez un adversaire français.

Deux absences à combler, un doute en défense

Pour autant, ce choc ne se jouera pas au complet vu que la plus grande star du championnat de France ne sera pas présente, Neymar étant gêné par un souci à la cuisse et resté à Paris. C'était déjà le cas la semaine précédente à Nantes et c'est Angel Di Maria qui avait remplacé le Brésilien sur l'aile gauche de l'attaque. Draxler ne semble plus vraiment être une option pour Emery à ce poste et les options offensives sont plutôt limitées en ce début d'année pour Emery. Plutôt performant également, Di Maria a tout pour être le remplaçant du Brésilien.

Au milieu, c'est Thiago Motta qu'il faut remplacer, l'Italo-Brésilien étant encore absent. Lors de la première partie de saison, c'est en général Julian Draxler qui s'y collait, l'Allemand prenant le poste de relayeur gauche pendant que Rabiot passait un cran plus bas, devant la défense. La noyade de Munich a redistribué les cartes début décembre et c'est désormais le jeune Giovani Lo Celso qui a pris le poste de sentinelle en l'absence de Motta. Pour l'heure, l'Argentin ne déçoit pas et répond présent à chaque match, ou presque. Il lui reste toutefois à valider cette aptitude à évoluer à ce poste lors d'un gros match. Quoi de mieux que cet OL/PSG pour le faire, trois semaines avant le choc de Madrid ?

Concernant le reste de l'équipe, le seul doute concerne le poste d'arrière gauche puisque Kurzawa et Berchiche s'affrontent à distance pour le poste de titulaire. Emery a relancé le Français à Nantes dimanche dernier sans que le résultat ne soit spécialement positif. Au contraire, le Basque assure en ce moment et a encore livré une solide performance face à Dijon, se montrant consistant à défaut d'être génial. Mais comme pour Lo Celso, il n'a pour l'instant débuté aucun des gros matches joués par Paris cette saison. Pour lui aussi, l'occasion est belle de franchir enfin ce cap.

4-2-3-1, le grand retour ?

Si affronter Lyon n'est jamais un match comme les autres, eu égard à l'envergure prise par le club rhodanien depuis le début des années 2000, c'est aussi pour Unai Emery un match à part. Alors que l'entraîneur espagnol a souvent privilégié le 4-3-3 depuis son arrivée à Paris, il privilégie systématiquement un système en 4-2-3-1 face aux Gones. Le résultat a toujours été positif avec quatre victoires en quatres matches, même si le contenu des matches n'a pas forcément été parfait, à l'image du match aller où Paris avait fait la différence dans les 20 dernières minutes quand Lo Celso avait remplacé un Draxler pas franchement à son aise et fait basculer la partie. 

Dans ce 4-2-3-1 souvent vu face aux hommes de Bruno Genesio, c'est en général Javier Pastore qui a le mieux animé le système parisien et l'Argentin fait justement son retour à cette occasion. Il n'a pas joué depuis un mois pile suite à son retard à l'entraînement mais Emery n'avait pas pas hésité à le relancer dans le grand bain sans attendre à Marseille l'an dernier. Vu ses cinq jours de retard et la forme affichée par certains de ses partenaires durant son absence, Pastore ne part toutefois pas comme le favori des pronostics ce dimanche.

Pour autant, voir le PSG finir la partie en 4-2-3-1 avec l'Argentin aux manettes dans un rôle de meneur axial est aussi largement envisageable. Ces dernières semaines, Emery s'est caractérisé par une gestion des matches différente de ce qu'il fait habituellement. Les matches s'enchaînant sans cesse, il a parfois fait sortir des titulaires habituels dès l'heure de jeu. A Nantes, on l'a aussi vu faire un ajustement tactique défensif en plaçant Meunier et Alves dans le couloir droit. L'an passé, c'est d'ailleurs le Belge qui avait offert à Cavani le but de la victoire après être entré en jeu comme ailier. Et si, pour la troisième fois d'affilée, c'est encore le coaching qui faisait basculer ce nouveau duel entre l'OL et le PSG ?

Une équipe possible du PSG face à l'OL : Areola - Alves, Marquinhos, Thiago Silva, Berchiche - Verratti, Lo Celso, Rabiot - Mbappé, Cavani, Di Maria

Match lié 


News 

Aujourd'hui

mardi 20 août

lundi 19 août

dimanche 18 août

samedi 17 août

vendredi 16 août

jeudi 15 août

mercredi 14 août

mardi 13 août

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux