Article 

Quel PSG face à Rennes ?

Publié le samedi 16 décembre 2017 à 12:33 par Philippe Goguet
Le PSG se déplace à Rennes ce samedi, son dernier voyage en 2017, à l'occasion de la 18ème journée de L1. La composition d'équipe parisienne promet quelques grands noms mais contient aussi quelques parts d'ombre.

Un dernier voyage en 2017 avec une défense limitée 

L'année 2017 touche à sa fin et le PSG se déplace à Rennes ce samedi pour la dernière fois de l'année. Comme toujours, et notamment car Monaco est revenu à six points au classement ce vendredi, Paris doit s'imposer alors que la thèse du moment est de dépeindre une équipe parisienne fébrile à l'extérieur. Comme l'a expliqué Unai Emery hier,  c'est logique qu'une équipe soit meilleure à domicile que loin de ses bases et son bilan en L1 cette saison reste pour le moment plutôt solide avec 5 victoires, 2 nuls et 1 défaite en 8 déplacements.

Du côté de Rennes, on aimerait bien être l'égal de Strasbourg, la seule équipe française à avoir fait chuter le PSG cette saison, et on peut s'appuyer sur une belle dynamique au Roazhon Park. Les troupes de Sabri Lamouchi restent sur quatre victoires consécutives et n'y a perdu qu'un seul de ces dix derniers matches. Reste que le PSG n'est pas n'importe quel adversaire et que les Parisiens sont sur six victoires d'affilée face aux Bretons.

Pour ce match qui représente une affiche de haut de tableau en Ligue 1, Unai Emery sera encore très limité du côté de la défense, l'infirmerie étant toujours assez pleine. Dans les buts, Alphonse Areola devrait reprendre son poste après l'intermède Trapp en Coupe de la Ligue, de même que Yuri Berchiche côté gauche. Suspendu à Strasbourg, le Basque sera titulaire ce samedi vu que Kurzawa est blessé et qu'Emery a balayé l'hypothèse de voir Alves s'installer à ce poste. Le Brésilien, suspendu contre Caen mercredi prochain, devrait donc retrouver son côté droit pour finir son année. Dans l'axe, c'est encore une fois la paire Marquinhos/Kimpembe qui va jouer, Silva étant encore trop juste.

Le milieu dans l'inconnu

Au milieu, la question se pose différemment vu que les questions concernent aussi bien le système que les joueurs qui l'animeront. Comme toujours, Verratti sera la base et l'Italien simplifie les choses, il peut jouer aussi bien avec une sentinelle qu'avec une pointe haute. Reste donc à lui adjoindre deux joueurs, sachant que Rabiot est absent et Motta à peine de retour. Emery a beau avoir fait de l'Italien de 35 ans «une option», il semble un peu fou de l'imaginer débuter après deux mois sans jouer et une semaine d'entraînement à peine. 

Le vice-capitaine, loué pour «la maîtrise (qu'il apporte) à ses coéquipiers» est en concurrence avec le tout jeune Lo Celso, lui aussi félicité par Emery pour ses performances. Dur de savoir qui le coach du PSG va choisir entre les deux hommes, leur profil et leur forme du moment étant pratiquement opposés, même si la gestion habituelle du coach envoie plutôt Motta dans le onze de départ. Reste un autre souci, à savoir le fait qu'Emery aura encore plus besoin de Motta mercredi soir pour le futur PSG/Caen où Verratti ne pourra pas jouer car suspendu. 

Ce débat Lo Celso/Motta n'est pas le seul du milieu puisque la question se pose aussi entre Pastore et Draxler. L'Argentin revient fort en ce moment alors que l'Allemand est loin de sa meilleure forme et enchaîne les prestations sans envergure, au point que le nom du titulaire comme joueur le plus avancé du milieu se pose dorénavant. Sur la forme du moment, Pastore semble même partir en avance et le retour de Neymar, dont la relation technique avec l'Allemand est proche du néant, va aussi dans le sens d'El Flaco.

Di Maria, un rôle possible ?

En attaque, pour la première fois depuis Munich, les trois stars du PSG sont en effet disponibles mais rien ne dit qu'elles vont forcément être alignées. Bien évidemment, reposé et affamé de terrain, Neymar va retrouver le onze de départ mais ce n'est pas forcément aussi évident pour Cavani ou Mbappé. L'Uruguayen a beaucoup joué dernièrement, tirant même sur la corde au niveau physique, tandis que Mbappé a pu se reposer à quelques reprises, notamment mercredi en Coupe de la Ligue où il n'a joué que les 10 dernières minutes.

Outre cette question de rotation et d'accumulation de fatigue se pose aussi celle de la gestion de l'effectif alors que la relance d'un Angel Di Maria au fond du seau il y a peu est en cours. L'Argentin vient d'enchaîner plusieurs matches bien meilleurs et le renvoyer sur le banc pourrait avoir un effet néfaste dans cette entreprise de reconstruction mentale. Par ailleurs, si Emery décidait de conserver son 4-2-3-1 des derniers matches, il pourrait obtenir une combinaison d'éléments intéressants : Di Maria à gauche comme contre Lille et Strasbourg, Pastore très libre côté droit tel qu'on l'a vu en Alsace et Neymar dans l'axe en soutien de Mbappé pour exploiter leur très forte relation technique.

A l'heure de prévoir la composition d'équipe parisienne, il est dur de trancher dans un sens ou dans l'autre et Emery a, de nouveau, un panel de choix exceptionnels en attaque, bien moins en défense ou au milieu. Les possibilités tactiques sont multiples et il peut tout aussi bien revenir au 4-3-3 le plus classique qui soit que pousser un peu plus loin son 4-2-3-1 du moment.

Une équipe possible du PSG contre Rennes : Areola - Alves, Marquinhos, Kimpembe, Berchiche - Verratti, Lo Celso - Pastore, Neymar, Di Maria - Mbappé

Match lié 


News 

mercredi 20 juin

mardi 19 juin

lundi 18 juin

dimanche 17 juin

samedi 16 juin

vendredi 15 juin

jeudi 14 juin

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux