Article 

Le match, l'arbitrage, les penalties, le mercato, la conf' de Tuchel après PSG/Guingamp (1-2)

Publié le jeudi 10 janvier 2019 à 1:21 par Philippe Goguet
Après l'élimination de son équipe face à Guingamp en Coupe de la Ligue, c'est un Thomas Tuchel plutôt remonté qui s'est présenté en conférence de presse. L'Allemand n'a pas digéré les trois penalties donnés à Guingamp, surtout le second, mais il n'exonère pas son équipe non plus.

Ses choix étonnants au milieu et le match : 

«C'était prévu que les quatre jouent 45 minutes chacun car ils ont commencé l'entraînement seulement le 7 et c'était clair avant qu'on ferait ces changements. Concernant le match, c'est très dur parce qu'on n'a pas perdu qu'un match mais aussi une grande occasion de gagner un trophée. Ca, c'est super dur. On a eu beaucoup d'occasions de conclure ce match mais on ne l'a pas fait. On n'a pas joué avec la faim et l'envie de finir ce match quand on a eu la possibilité de marquer le deuxième but. Après le premier penalty (de Guingamp), on a mieux joué, avec beaucoup d'efforts et de vitesse, en étant plus agressifs et on a marqué un but grâce à ça mais on a oublié de marquer un deuxième. Pendant presque tout le match, on a joué avec trop de confiance, j'avais toujours le sentiment qu'on pensait que rien ne pouvait nous arriver, qu'on allait gagner, marquer un but et que c'était fini après. Mais ce n'est pas comme ça. Les circonstances sont comme ça, un peu bizarres, avec trois penalties ici alors qu'ils viennent trois fois dans la surface. Nous avons complètement contrôlé le match face à un adversaire de Ligue 1, ils viennent trois fois dans notre surface et l'arbitre siffle trois fois penalty sur trois ballons touchés. Je dois dire que c'est bizarre...»

Un problème surtout avec le deuxième penalty accordé ?

«(il coupe et s'énerve) On ne peut pas parler du deuxième penalty car je vais être fou !!! Il n'y a rien sur le deuxième, absolument rien. Il regarde cette chose et il siffle ! Après ça, tout le monde a cette impression... Il est heureux de faire ça ou quoi ? Ce n'est pas possible de siffler un penalty comme ça, vraiment ! C'est impossible.»

Son énervement en fin de match avec le quatrième arbitre :

«Je ne sais pas si c'était une touche ou non (NDLR : il dit ça mais on n'a pas forcément compris) mais c'était un avis sur le deuxième (penalty) car sans ça, il n'y a pas de victoire pour Guingamp et c'est une grande occasion pour un trophée pour nous. Nous menions 1-0 et le 2e penalty est sifflé, tout le monde est énervé et a l'impression que c'est un peu bizarre mais c'est une leçon. C'est une leçon dure et l'arbitre a fait son choix mais c'est à nous ensemble d'accepter cette défaite mais c'est super dur car c'était en Coupe de la Ligue, ce n'est pas en championnat où on peut gagner le match suivant et tout est oublié. Ce n'est pas comme ça, c'est la coupe et nous sommes éliminés. C'est super dur à accepter, nous avons joué à la maison contre Guingamp et on a eu toutes les possibilités pour gagner mais nous avons perdu et c'est notre défi maintenant d'accepter et de nous améliorer. Car on apprend beaucoup de choses d'une défaite. Personne n'aime ça mais c'est nécessaire dans le sport pour grandir.»

A qui en veut-il le plus : sa défense ou l'arbitre ?

«Je ne suis pas énervé par mon équipe mais ce sont deux choses : il siffle mais on peut aussi faire des choses avec plus de qualité sur le premier et le troisième. Le troisième, c'est un penalty qui n'arrive que parce qu'ils ont le deuxième. A 1-0, il n'y aurait pas eu une situation de contre-attaque comme ça mais c'est comme ça... Je donne mon avis à l'arbitre mais ok. Concernant le reste, j'ai dit à mon équipe que nous sommes ensemble et que nous avons perdu ensemble. Mais cela ne suffit pas, nous avons joué d'une façon comme si on allait gagner, que rien ne pouvait venir de nous. Après le premier penalty, on a pu voir une autre équipe, plus agressive, plus directe et on a encore oublié de marquer le second but alors qu'on a eu beaucoup de grosses occasions. Face à une équipe très resserrée, on doit finir le match, je le dis toujours et ce n'est jamais facile de gagner un match et on doit l'accepter mais c'est très dur en ce moment.»

Une défaite qui va apporter un nouvel élan au groupe ?

«C'est nécessaire de rebondir car nous sommes le PSG et, dans un grand club, on doit rebondir. Ce n'est pas possible qu'on perde à la maison un match décisif comme ça mais c'est comme ça et on doit montrer notre mentalité, rebondir. Comme j'ai dit, il y a beaucoup de choses à apprendre dans une défaite et c'est quelques fois nécessaire pour grandir et je suis convaincu que nous montrerons une réaction à Amiens.»

Comment expliquer l'état d'esprit de ses joueurs ?

«Un peu trop de confiance et ça suffit. Oui, quelques joueurs n'ont repris l'entraînement que le 7 janvier et ils n'ont joué qu'une mi-temps pour cette raison, ce qui est normal. Mais on doit dire d'un autre côté que nous n'avons pas joué très mal, mais pas joué non plus avec notre façon pour gagner. Nous avons contrôlé le match complètement (il se répète), face à une équipe de L1, et ils ont joué dans leurs 20 mètres à 11. C'est toujours difficile mais on a manqué aussi un peu d'énergie, pour faire du contre-pressing de façon plus agressive, pour jouer notre attaque de façon plus agressive. On a manqué d'un peu de choses et c'est super dur car ce n'est pas logique de perdre ce match. Si tu le regardes à la télé, ce n'est pas possible que Guingamp puisse gagner. C'est seulement possible en foot mais ok, c'est une grande leçon, et c'est très dur pour nous.»

Une défaite qui allège le calendrier, un point positif ?

«Non, il restait les demi-finales, donc seulement deux matches (avec la finale) donc ce n'est pas du tout positif.»

Une défaite qui renforce votre envie de recruter au mercato ?

«J'espère mais ce n'était pas nécessaire de perdre ce soir pour savoir que nous avons des besoins au mercato. Et ce n'est pas une chose en faveur d'un autre joueur de gagner aujourd'hui. Nous avons une grande équipe, nous avons les meilleurs joueurs mais on doit le montrer à chaque fois. C'est fini quand tu marques un second but ou avec notre mentalité et on n'a pas fait ça aujourd'hui. Cela a manqué et on doit accepter, honnêtement, que nous avons perdu aujourd'hui et ce n'est pas lié au mercato.»

La première fois qu'il a trois penalties contre lui ?

«Oui. Si tu veux avoir trois penalties avec ton équipe au Real Madrid, à Barcelone ou au Bayern Munich, tu peux attendre 100 ans et cela n'arrivera pas ! Tu ne peux aller trois fois dans la surface du Bayern Munich et avoir trois penalties ! Ce n'est pas comme ça mais c'était comme ça aujourd'hui...»

Ce qu'il a dit à ses joueurs après le match :

«Exactement ce que je dis maintenant : ce sont des choses avec l'arbitre mais on doit dire que c'était à nous de finir ce match. Nous avons beaucoup de qualités pour le faire, pour jouer mieux, pour jouer avec une autre mentalité. C'était nécessaire et possible de finir ce match mais on ne l'a pas fait et c'est à nous de nous améliorer et d'accepter ça. C'est ce que je leur ai dit. »

Match lié 


News 

Aujourd'hui

lundi 20 mai

dimanche 19 mai

samedi 18 mai

vendredi 17 mai

jeudi 16 mai

mercredi 15 mai

mardi 14 mai

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux