Article 

Le match, l'élimination, le futur, la conf' d'Emery après PSG/Real Madrid

Publié le mercredi 7 mars 2018 à 2:11 par Philippe Goguet
Après la défaite et l'élimination face au Real Madrid, l'entraîneur du PSG Unai Emery a répondu aux questions de la presse, reconnaissant la logique de la victoire madrilène.

Son analyse de cette défaite :

«Le Real Madrid a mieux joué. Nous n'avons pu profiter des 40% du match d'aujourd'hui où nous aurions pu, les autres 60% étant pour le Real. La première mi-temps a peut-être été la clé, surtout les 20 dernières où nous avons été mieux sur le terrain. On a eu des options d'attaque et des occasions, notamment avec Kylian (Mbappé). Le 0-0 à la mi-temps nous permettait de commencer la deuxième de la même façon que nous avons fini. Après la pause, on a poussé pour attaquer mais leur but, ce qui peut arriver, a limité nos options. Avec l’expulsion de Marco (Verratti), c’est devenu très difficile. Là-bas, nous avons eu la possibilité car le match était à 50/50. On n’a pas profité de nos bons moments là-bas quand ils en ont profité pour prendre l'avantage. Aujourd’hui, pour nous c’était plus difficile, et c'est vrai Madrid a mérité de passer.

Une élimination plus dure que celle de l'an dernier ?

«Je ne réfléchis pas comme ça. Je me concentre aujourd'hui sur l'analyse du match.»

Une flamme qu'on n'a jamais sentie côté PSG :

«La différence aujourd'hui, c'est que le Real Madrid a été meilleur que nous durant plus de minutes au cours du match.»

Peur pour son poste après cet échec ?

«Être éliminé contre le Real Madrid n’est pas une déception en soi. L’être en 8e de finale, ça l’est. On a fini premier du groupe pour éviter un 8e de finale aussi violent que face au champion en titre. Et on a dû vivre dès maintenant une période qu'on aurait pu vivre plus tard. Là-bas, on a eu nos possibilités, c'était notre match, et on a même été meilleur qu’eux jusqu’à la 82e minute. Et ce 3-1 nous laissait quand même dans une situation défavorable. On voulait se raccrocher à ce match-là mais, dès le départ, c’était plus difficile. Ils ont été mieux en place et meilleurs. Notre seule option était de marquer avant eux pour retourner la situation mais cela ne s’est pas passé comme cela. Ils ont eu le contrôle durant 60% du match on n'a pas eu la possibilité de marquer durant les 40% restants. Ils ont été meilleurs. Ils sont justement qualifiés pour les quarts. Il n'y a pas d'autre analyse à faire. Est-ce que cet éliminatoire a accéléré le temps ? Oui. Parce que c'était en huitième. La Champions League est pareille pour tous. C'est une déception d'être déjà éliminé mais pas vraiment de perdre contre le Real Madrid. On est seulement en mars mais il nous reste des objectifs importants et il faut s'y accrocher. On a le championnat et les deux coupes à disputer.»

Le principal responsable de l'élimination et la fin de son passage au PSG ?

«Aujourd'hui, je ne pense pas à cela»

Les joueurs fébriles :

«Ce qui s'est passé durant 90 minutes, c'est une déception du type : "tu veux mais tu ne peux pas". Et quand tu ne marques pas dans les 20 dernières minutes de la première mi-temps et les premières minutes de la seconde, ces moments si importants, c’est difficile. Nous avions besoin de la tête et du cœur. On n’a pas pu tout donner dans le cœur car dans le jeu, nous avons moins bien joué que le Real Madrid.»

Un Real Madrid supérieur tactiquement ?

«A l'aller, on était à 50-50 et le résultat ne dit pas ce qu'il s'est passé sur le terrain. Aujourd'hui, c'était du 60/40 en leur faveur. Ils ont mieux joué et ils été meilleurs sur les deux matches.»

Ce qu’il manque au PSG pour franchir un cap au niveau européen :

«Nous voulons tous aller vite, rapidement, mais je suis convaincu que le PSG a besoin de passer, comme l'an passé ou aujourd'hui, par cette déception. Mais je suis sûr qu'on va continuer de construire patiemment une équipe capable de gagner dans le futur. Quand je suis arrivé, j’ai dit que j'étais sûr que le PSG gagnera jour la Ligue des champions. Cela va arriver mais c’est un processus long. C'est fini pour cette année mais cela peut être l'an prochain. Je le dis à tous les supporters du PSG aujourd'hui : une année, le PSG gagnera.»

Les consignes qu'il avait données : de la prudence au début ?

«Notre idée, c'était d'imposer notre style sur le terrain. Après, l'idée c'était de marquer un but pour entrer dans l'éliminatoire. Cela pouvait se passer après 5, 10, 15, 30, 45, 60, 70 ou minutes. Et si nous y parvenions, tout pouvait se passer mais cela ne s'est pas passé comme ça. Mais il a manqué le fait que l'équipe puisse imposer plus dans le match sa personnalité et son idée de jeu. Nous n'avons pas pu le faire. Et la première analyse que je fais, c'est qu'ils ont démontré aujourd'hui qu'ils sont meilleurs que nous.»

Match lié 


News 

dimanche 09 décembre

samedi 08 décembre

vendredi 07 décembre

jeudi 06 décembre

mercredi 05 décembre

mardi 04 décembre

lundi 03 décembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux