Article 

Le match, les difficultés, le contexte digne de Belgrade, l'arbitrage, etc, la conf de Tuchel après Strasbourg/PSG

Publié le jeudi 6 décembre 2018 à 1:31 par Philippe Goguet
Après le match nul 1-1 à Strasbourg, l'entraîneur du PSG Thomas Tuchel s'est arrêté en conférence de presse pour revenir sur la partie : il a notamment évoqué les deux mi-temps bien différentes, le contexte digne de celui que les Parisiens vont retrouver à Belgrade, l'éventuelle décompression constatée ou encore l'absence de Bernat.

La première mi-temps de son équipe et la réaction qui a suivi :

« En première mi-temps, Strasbourg défendait très bas, en 5-4-1, et c'est toujours difficile. Il ont joué avec beaucoup d'intensité à la maison, avec une bonne ambiance dans le stade et c'est une équipe avec beaucoup d'énergie. Nos transitions ont été un peu trop lentes et on a perdu notre structure pour créer des espaces entre les lignes afin d'attaquer sur les côtés. C'était plus difficile et, malheureusement, sur leur première occasion, et c'est même plutôt leur première situation, tout d'un coup, il y a un penalty. On doit accepter cette situation et s'adapter mais c'était plus difficile. On a montré une belle réaction et beaucoup de qualité en deuxième mi-temps. On a complètement contrôlé dans le camp adverse, avec beaucoup de possession, d'occasions et de situations dangereuses. Malheureusement, cela n'a pas été possible de marquer le second but. On a manqué un peu de frappes et de gestes décisifs dans la surface. On doit accepter pour cette raison notre match nul. On ne peut pas contrôler le résultat mais on peut contrôler notre performance. Nos performances contre Bordeaux et aujourd'hui étaient absolument d'accord (dans le sens OK). Notre deuxième mi-temps était top alors que ce n'est pas facile à Strasbourg.»

De nombreux changements à la pause :

«On a gardé la même structure mais avec d'autres joueurs sur les positions avec Adri (Rabiot) entre Kimpembe et Kehrer et Marco dans une position centrale. C'était très très offensif après ça, on a très bien joué, montré de la qualité et c'était difficile pour Strasbourg de défendre mais on n'a pas pu marquer. Faire rentrer Kylian (Mbappé) pour Stanley (N'Soki) était un changement très offensif mais il a fait une bonne entrée.»

Une mise en bouche avant Belgrade vu le contexte ?

«Oui, peut-être. Ce sera comme ça, peut-être même un peu plus à Belgrade. On va voir. Ce sera nécessaire de ne pas être distrait. On doit jouer mais c'est comme ça avec ce type d'équipes, c'est la même chose. C'est normal et on doit essayer de se contrôler. C'était une bonne préparation pour Belgrade.»

Une décompression ressentie ce soir ?

«Il n'y a pas de décompression. Contre Bordeaux, je n'ai pas vu cela et Bordeaux a marqué deux buts mais nous avons eu des occasions plus les situations où l'arbitre n'a pas utilisé la VAR. Il y a encore une situation dans la surface aujourd'hui, après les deux à Bordeaux. (il est relancé sur la décompression) C'est normal et je l'ai déjà dit avant Bordeaux : on ne peut pas attendre le même état d'esprit que contre Liverpool à chaque match, ce n'est pas possible. Chaque match a besoin d'un autre état d'esprit. A mon avis, nous avons montré un bel état d’esprit à Bordeaux et aujourd’hui (face à Strasbourg). Nous avons attaqué et défendu ensemble mais les choses sont dures. Et il y a donc beaucoup de positif. Au cours de quelques semaines dans une saison, on manque un peu de chance, un peu de décisions clés dans un match. Pour moi, c'est une chose normale et on peut sentir que les joueurs pensent à cette finale à Belgrade après Liverpool parce la situaion dans le groupe n'est pas encore décidée. »

Les qualités de Strasbourg et les problèmes posés :

«Le problème, c'était les espaces tout en gardant la structure au niveau offensif. Il fallait contrôler les contre-attaques avant qu'elles aient lieu et nous l'avons très bien fait. Mais face à 5-4-1, c'est toujours difficile pour trouver des espaces. Il faut un but avec un un-contre-un, une situation défensive, une frappe, quelque chose comme ça. Mais quand les autres marquent un but en plus, c'est plus difficile et avec la qualité des joueurs de Strasbourg dans un bloc très serré, il fallait jouer avec beaucoup de qualité. C'est plus facile si tu marques le premier but mais nous avons manqué de structure et de précision pour être décisif. » 

L'absence de Bernat :

«Juan a joué 14 matches la saison dernière sur la saison complète avec le Bayern Munich. Avec moi, il a déjà joué 14 matches et on ne peut pas lui faire jouer le 15e, le 16e et le 17e trop vite. On a besoin de Juan sur cette position vu que Layvin était aussi blessé pendant très longtemps. »

Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

mercredi 12 décembre

mardi 11 décembre

lundi 10 décembre

dimanche 09 décembre

samedi 08 décembre

vendredi 07 décembre

jeudi 06 décembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux