Article 

Le match, Mbappé, Icardi, Cavani, la gestion, etc, la conf' de Tuchel après Bruges/PSG (0-5)

Publié le mercredi 23 octobre 2019 à 1:34 par Philippe Goguet
C'est un Thomas Tuchel soulagé qui s'est présenté en conférence de presse après Bruges/PSG (0-5). Il a rendu hommage à son adversaire, meilleur que ce que le score laisse penser, et a longuement évoqué ses attaquants, de Mbappé à Icardi en passant par Cavani. Il a notamment été question de leur niveau et de leur forme du moment.

Un grand pas de fait vers la qualification ?

« Oui c'est sûr ! On a gagné dans un match très difficile et très compliqué. Le résultat est exceptionnel. Ce n'est jamais facile de gagner contre Bruges, à Bruges, et même en Ligue des Champions. On a marqué cinq buts. C'est un grand pas en avant vers la qualification pour les huitièmes de finale. »

Sa façon de gérer Mbappé :

« S'il peut jouer 90 minutes, il joue. On sait qu'il est capable de changer un match. Il est décisif, c'est très clair, il le prouve à chaque fois. Il a eu une blessure musculaire. Il a joué contre Bordeaux puis Galatasaray puis il a senti quelque chose à la cicatrice. De nouveau des entraînements individuels et, voilà, il est de retour à Nice pour 15 minutes et ici sur un terrain pas facile, glissant. Kylian (Mbappé), je veux toujours jouer avec lui mais il connaissait la décision. Il commence mais ne pouvait jouer que 55 minutes maximum et sortir ou il rentre à la mi-temps et peut jouer 45 minutes maximum. C'était ça le plan, pour jouer avec confiance et intensité mais aussi pour trouver un match plus ouvert. Ce n'était pas un choix tactique, juste avec lui car on doit gérer ses minutes. On doit lui donner une situation claire. C'est très différent dans la tête après une blessure quand tu commences car tu commences à te gérer pour jouer le plus possible. Quand tu rentres, c'est plus simple, tu sais combien de minutes tu as, tu es plus libre. Ce n'était pas facile de lui dire mais il est très intelligent et sait que c'est la meilleure chose pour lui. Cela s'est bien passé même s'il veut toujours jouer.»

Surpris par l'approche offensive de Bruges ?

« Non, pas du tout. Nous avions préparé ça et j'ai dit hier en conférence de presse que j'attendais une équipe très courageuse, très agressive, avec beaucoup d'énergie et d'intensité. C'était comme ça et c'était un match super dur pour nous. On n'a pas bien commencé, on a défendu trop bas et de manière trop passive. On n'a pas gagné les duels, on n'a pas bien joué les contre-attaques puisqu'on a perdu beaucoup de ballons faciles mais on n'a jamais perdu notre confiance et notre esprit alors que c'était compliqué de s'adapter au pressing de Bruges qui a joué avec courage. On a accepté que le match ne soit pas facile. Pardon mais c'est un match de merde, ok, on se l'est dit à la mi-temps. On devait défendre mais il fallait garder l'état d'esprit, en regagnant la confiance. C'était difficile de jouer dans le camp adverse mais c'était toujours possible de rester ensemble, de défendre en bloc, de regagner la confiance. Et le deuxième but a fait la différence, on a regagné en confiance et c'était le contraire pour eux. C'était plus facile à exploiter des espaces car il y en avait alors que ce n'était pas possible avant. Mais ils ont super bien joué et cela a été compliqué donc le résultat est un peu trop... Mais nous sommes capables de marquer cinq buts ici, c'est aussi une qualité.»

La hiérarchie avec Cavani changée par le nouveau très bon match d'Icardi.

« Cela ne change rien. Cavani n'est pas prêt pour jouer, c'est comme pour Kylian. Il n'est pas prêt pour jouer 90 minutes et on a décidé de commencer aujourd'hui, dans un match comme ça, avec tous ceux capables de jouer 90 minutes. On n'avait pas à savoir si on devait changer Edi ou Kylian. Mauro est très fiable pour nous. Il marque, c'est super, mais c'est extraordinaire car il travaille beaucoup. Il est très discipliné, très intelligent sans le ballon. Il est super fiable avec le ballon et très intelligent tactiquement. Cavani nous a beaucoup manqué, il travaille aussi beaucoup quand il joue pour nous. C'est très important dans le football aujourd'hui, ce n'est pas possible d'attaquer avec tous les joueurs mais ce n'est pas possible de défendre sans tous les joueurs. C'est comme ça. On a la qualité de jouer à ce niveau-là sans Edi (Cavani) mais aussi sans Ney, sans Gueye. On peut jouer à un très haut niveau sans eux et c'est une bonne chose. La hiérarchie n'existe pas, tout le monde doit combattre pour être titulaire. Cela peut changer tous les trois jours.»

Comment expliquer aux remplaçants comme Mbappé et Cavani qu'ils ne vont pas jouer plus ?

« De la même façon que je l'explique à vous. Ils sont intelligents comme joueurs et c'est normal qu'ils veuillent toujours commencer, jouer et tout donner. Ce sera possible dans quelques matches mais ce n'est pas possible pour l'instant de commencer après une blessure. On doit accepter qu'Edi manque de rythme actuellement même s'il ne lui manque pas grand-chose physiquement vu qu'il travaille comme un fou depuis des semaines. Il est fit (affûté), pfiou, mais il manque de rythme et d'automatismes et c'est absolument normal. Mais on ne peut pas prendre un risque en Ligue des champions, ce n'est pas un match pour essayer des choses. À la fin, on doit toujours se demander ce qui est le meilleur pour l'équipe et, aujourd'hui, cela correspondait par commencer avec des joueurs prêts à 100% afin d'avoir toutes les possibilités dans les changements. Ander m'a demandé de sortir et, s'il ne m'avait pas dit ça alors qu'il y avait 3-0, c'était le moment pour Edi de jouer 25 minutes et retrouver la confiance. C'est dommage pour lui mais c'est comme ça.»

Thomas Tuchel a aussi évoqué l'infirmerie du PSG, notamment les blessures de Meunier et Herrera.

Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

mardi 12 novembre

lundi 11 novembre

dimanche 10 novembre

samedi 09 novembre

vendredi 08 novembre

jeudi 07 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux