Article 

Metz/PSG (0-2), les performances individuelles

Publié le samedi 31 août 2019 à 2:46 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 2-0 à Metz sans trembler dans un match marqué par la belle maîtrise collective des troupes de Thomas Tuchel. Retour sur les performances individuelles au cas par cas.

Bulka : Le Polonais fêtait sa première apparition avec le PSG, et même sa première apparition en professionnel tout court, et il s'en est sorti en gardant sa cage inviolée, ce qui est toujours une bonne chose et un signe positif pour un gardien. A l'exception d'une sortie très tranquille à la 20e minute, il a vu les Messins ne pas vraiment le solliciter et tirer autour du cadre durant plus de 75 minutes. Il fait ensuite son premier arrêt sur un coup-franc lointain puis se loupe sur une tentative de frappe qui lui passe sous le ventre mais finit heureusement en corner. Il va se rattraper en réussissant une belle sortie, sa dernière action d'une première qui aurait pu mal tourner mais se finit bien.

Dagba : Relativement sage en début de parttie, il se concentre sur son rôle défensif et se montre sûr dans ce domaine, même s'il est un peu loin sur le premier contre des locaux. Ce sera pratiquement sa seule erreur défensive de la partie tant il va se montrer juste et présent pour le reste de la partie, faisant preuve de malice dans les duels comme d'un placement judicieux quand il revient parfaitement dans la surface à l'heure de jeu. Offensivement, il a timidement débuté puis été une solution permanente pendant tout le reste du match. Ses montées ont été bien dosées, ses partenaires l'ont souvent trouvé et il s'est montré intelligent sur ses centres, malgré un léger coup de mou sur la toute fin. En pleine bataille pour le poste de titulaire à droite avec Meunier, il a encore sorti un gros match.

Marquinhos : De nouveau placé en défense centrale, le Brésilien a vécu un match qui aura été assez tranquille. Sans adversaire direct la plupart du temps à l'exception de la fin de partie où le puissant Diallo l'a parfois mis en difficulté, il a surtout fait un nombre non négligeable d'interventions propres pour corriger des erreurs, à l'image de deux impeccables têtes défensives bien gérées. Avec le ballon, il a souvent tenté d'avancer et a surtout bien fait parler son jeu long. C'est notamment de cette façon qu'il envoie Di Maria au but vers l'heure de jeu. 

Thiago Silva : Le capitaine parisien avait le plus souvent le très solide Diallo face à lui et il a parfois souffert face à la puissance du Sénégalais, se faisant par exemple effacer sur un bel enchaînement en première période. Pour le reste, il a souvent été bien présent et utile dans son rôle de patron qu'il récite depuis des années en Ligue 1. Solide sur les centres, auteur de quelques interventions bien senties, il a aussi tenté d'apporter un peu balle au pied mais a surtout laissé faire Marquinhos dans ce registre.

Bernat : Match étrange pour le latéral espagnol, mais pas vraiment rassurant pour autant. Peu en vue offensivement en début de partie, c'est pourtant lui qui provoque le penalty de l'ouverture du score en s'insérant à bon escient dans la surface. On ne le reverra pourtant qu'assez peu aux avant-postes. Plutôt concentré sur sa mission défensive avec une réelle volonté de sécuriser son couloir, il ne le fait pourtant pas toujours très bien. Plus rare le concernant, il va aussi perdre plusieurs ballons face au pressing adverse et ainsi générer des opportunités adverses. Un match moyen au final, décisif mais pas très positif pour autant.

Gueye : Une semaine après des débuts réussis, le milieu sénégalais a largement confirmé qu'il était en train de faire son trou dans le onze de départ et commence à trouver ses marques avec Verratti. Le nouveau venu n'est pas encore à 100%, en témoignent ses courses où il est parfois apparu en souffrance pour revenir défendre, mais il s'est encore donné à fond et a été précieux pour son équipe. Capable de harceler en permanence et jusqu'au bout du match, il aura également réussi quelques belles interventions dont un gros tacle en fin de partie. Dans le jeu, il a plus souvent été utilisé en relais qu'à la base des actions, donc en 8, et a parfois souffert avec le ballon, Metz le visant dans un pressing très agressif où il a perdu quelques balles. Cela reste le seul point négatif de ce nouveau gros match, avec en plus une tête piquée sur la barre qui aurait pu encore réhausser le bilan. Après le match, tant Leonardo que Tuchel ont d'ailleurs salué son apport immédiat à l'équipe.

Verratti : Son duo de petits devant la défense avec Gueye a été reconduit et l'Italien a encore sorti une sacrée performance. Présent devant la défense parisienne pour organiser la première relance, il va forcément y parvenir même s'il n'a pas non plus décroché de passe géniale comme cela peut lui arriver, souffrant d'un certain manque de solutions devant lui. Pas grave pour autant, Verratti a régalé sur deux coup-francs indirects : le premier a fait mouche, le second aurait dû si Marquinhos et Gueye ne s'étaient pas gênés. Insaisissable à la relance et impassable face au pressing adverse, Verratti a été tout autant généreux à la récupération malgré son déficit de gabarit. Harceleur permanent, il va gagner un nombre important de duels défensifs et permettre à la défense parisienne d'être globalement bien protégée. Passé un cran plus haut pour la fin de match, il sort finalement quelques minutes plus tard au profit de Kurzawa. Entré comme milieu offensif gauche, il va disputer à cette occasion ses premières minutes en match officiel cette saison.

Di Maria : Placé sur le côté gauche, l'Argentin était en charge d'éclairer le secteur offensif et il va y parvenir d'entrée, créant le corner de l'ouverture du score sur penalty par des dribbles avant de le jouer vite et bien pour Choupo-Moting puis de le convertir par la suite d'un contre-pied impeccable. Joueur le plus déstabilisant du PSG, il va souvent faire mal par ses dribbles et gêner Metz, sans pour autant être toujours dangereux. Passé à droite après la pause, il est alors moins en vue et plus souvent trouvé en transition, s'échappant et passant pas loin du break sur une frappe du droit. En difficulté physiquement sur la fin même s'il va jouer les 90 minutes, il se perd un peu et devient plus brouillon.

Sarabia : Placé sur un côté droit qu'il connaît bien, l'Espagnol va surtout souffrir d'un jeu parisien qui penche vers l'autre côté, avant la pause, ou n'arrive plus jusqu'à lui quand il est replacé un cran plus haut, et il va assez peu peser durant la majeure partie du match. Il repique certes régulièrement ou offre des solutions par ses déplacements constants mais il ne va jamais réussir à entrer dans la partie balle au pied, à l'image d'un centre de Dagba qu'il n'exploite pas bien en première période. C'est pourtant lui qui provoque le coup-franc du 2-0 mais il va trop souvent manquer de justesse dans ses choix pour faire mal. Il faut en revanche noter son implication défensive absolument exemplaire du début à la fin.

Aouchiche : La surprise du chef était attendue comme milieu de terrain, c'est finalement plus comme second attaquant qu'il a évolué, donc très haut sur le terrain. Pour sa première à 17 ans à peine, le jeune Parisien aura été très généreux et il aura beaucoup couru dans le vide, se donnant sans compter au pressing pour soulager ses coéquipiers. Cela va lui coûter cher, avec notamment un coup-franc dangereux juste avant sa sortie, mais l'état d'esprit était parfait. Concernant le jeu, il va surtout de jouer simple pour ses partenaires avant la pause, jouant la plupart du temps en remise et pas assez vers le but, et cela ne va pas changer après la pause quand il passe côté gauche. Encore un peu tendre physiquement, il aura souvent souffert dans les contacts face à des Messins plus solides auxquels il a opposé toute sa volonté. Pour une mission de dépannage, il aura rempli son rôle. Paredes l'a remplacé pour la dernière demi-heure et a échappé par miracle à son traditionnel carton jaune d'entrée. Après cette entrée musclée, il va continuer le bon travail défensif de ses partenaires, réussir quelques sorties de balles intéressantes et envoyé plusieurs passes bien claquées. Pour un joueur qui s'attendait sûrement à débuter, il faut saluer l'effort d'entrer dans le match avec un bon état d'esprit.

Choupo-Moting : Le Camerounais ne s'arrête plus d'être décisif, lui qui a tant été moqué l'an passé. Titulaire en pointe, c'est surtout dans un rôle de remiseur qu'il est utilisé et c'est lui qui décale Bernat sur l'action du penalty aboutissant à l'ouverture du score. Parfois dur à trouver dans la défense adverse, il est ensuite trop collectif au moment de décaler Aouchiche plutôt que de frapper après un bel enchaînement. Il se rattrape dans la foulée d'une tête imparable et parfaitement réalisée pour doubler la mise. Combatif dans les duels, juste techniquement et au niveau physiquement face à des adversaires pourtant bien dotés, il va même s'offrir un gros enchaînement qui sera mal payé peu avant la fin. Le joker Choupo-Moting pouvait sortir ensuite, auteur d'un nouveau bon match. Jesé l'a remplacé pour les dernières secondes, un peu plus de sept mois après son dernier match officiel avec le PSG.

Match lié 


News 

Aujourd'hui

mardi 19 novembre

lundi 18 novembre

dimanche 17 novembre

samedi 16 novembre

vendredi 15 novembre

jeudi 14 novembre

mercredi 13 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux