Article 

Meunier : «Si on marque dès le premier quart d'heure, c'est plié»

Publié le samedi 9 septembre 2017 à 19:40 par Philippe Goguet
Après le match à Metz, Thomas Meunier s'est longuement arrêté devant la presse pour commenter la large victoire parisienne mais aussi les individualités comme Mbappé ou Neymar et plus généralement le potentiel offensif du PSG, faisant de la clé des matches l'efficacité. Il est aussi revenu sur l'engouement démesuré autour des stars parisiennes et se projette déjà sur la Ligue des Champions et le Celtic/PSG à venir.

Le match : 

«On a fait 20 bonnes premières minutes où on a mis pas mal de pression et on s'est donnés l'opportunité de tuer le match directement. Après une demi-heure, cela peut être 3 ou 4-0 mais on a eu un petit souci de concrétisation et on leur a donné par la suite l'espoir de pouvoir gagner ce match. A chaque fois qu'ils sont sortis en conrtre, ils ont été dangereux. Cela n'a pas toujours été franc mais ils étaient présents et on l'a par exemple vu sur le but où le moindre espace nous a fait défaut. Il y a eu par la suite le carton rouge. On a aussi haussé le ton et c'était terminé, c'était simple.»

Des Messins parfois dangereux :

Cela arrivera à d'autres moments, le fait de jouer le PSG dans un stade comble, il y a toujours un sursaut d'enthousiasme et de motivation. Il y avait aussi quelques bons joueurs du côté de Metz, je pense notamment à Dossevi qui a fait un très bon match. Ils ont fait ce qu'ils ont pu et on leur a donné la possibilité de se montrer à quelques moments. C'est uniquement de notre faute et on aurait dû tuer le match dès le début. Mais il ne faut pas dramatiser et la prestation n'était pas mauvaise. 

La première de Mbappé :

«Je l'ai trouvé bien en jambes, il cherche pas mal de combinaisons notamment via l'axe avec Neymar, Adrien (Rabiot) et les milieux de terrain. Cela joue en une touche, en une-deux. Il a un jeu varié puisqu'il est parti deux ou trois sur les côtés en profondeur. Pied gauche, pied droit, il va faire énormément de bien et c'est une très bonne recrue.»

Neymar :

«C'est Zinedine Zidane, c'est Ronaldo... C'est une superstar ! Enormément de gens viennent rien que pour lui, plus encore que pour le PSG. J'ai pas mal de bol d'être dans la même équipe que lui (sourire).»

La concurrence avec Alves :

«C'est un très grand joueur, je vais faire mon possible pour jouer le maximum de matches. Je n'ai que ça à faire. La concurrence sera rude. Avec le championnat, les deux coupes, la Ligue des Champions, c'est presque impossible de pouvoir jouer 70 matches sur une saison. C'est sûr et certain qu'il y va y avoir des tournantes ou des essais de systèmes de jeu. On va voir pendant la saison, mais ça promet d'être pas mal.»

Une attaque qui a semblé en rodage :

«Les automatismes se font automatiquement, ce sont surtout les mouvements et les solutions données par les joueurs qui font en sorte que les automatismes se trouvent. Hormis à quelques moments où le match a été un peu plus plat et plus calme, on a quand même créé pas mal de mouvements et même les joueurs qui sont rentrés comme Giovani Lo Celso et Lucas ont pu apporter quelque chose. Et ça, c'est important.»

L'engouement autour des stars parisiennes :

«C’est du spectacle. J'ai plus l'impression que c'est plus du divertissement qu'un véritable attrait sportif mais ce sont des superstars. Si Madonna vient au Stade de France, tout le monde se battra pour les places. C'est pareil ici. Voir Neymar, Mbappé, Di Maria et Draxler dans la même équipe, c’est exceptionnel. Je pense que partout où on ira, on fera stade comble. C’est aussi très bien pour l’attrait du championnat et pour le PSG en général. [...] Sur le papier, on a de très beaux noms et c'est ronflant mais il faut prouver cela avec des chiffres sur le terrain. »

Un talent offensif énorme côté PSG :

«Ici, à 10 contre 11, c'était un peu compliqué de pouvoir juger mais contre Toulouse ou Saint-Etienne, on a vu que cela finit toujours pas passer. On se base sur 60 à 80% de possession de balle facilement et on se crée des occasions, que cela soit individuellement via des frappes de loin ou collectivement via des combinaisons avec les latéraux. On parvient toujours à se créer des occasions et il n'y a qu'un mot : l'efficacité. Si on marque dès le premier quart d'heure, c'est plié.»

Celtic/PSG mardi soir :

«Ce sera un autre adversaire avec pas mal d'agressivité et qui joue à domicile. Ils ont gagné ce soir et toutes mes félicitations à Odsonne qui a marqué. C'est la Champions League, c'est encore quelque chose de différent. La motivation sera encore plus grande, et de notre côté aussi. On va à Glasgow pour faire le boulot.»

La Ligue des Champions :

«On est plus que prêt, on est un très bon groupe, on voit que le banc avec toutes les possibilités qu'on a aujourd'hui, que ce soit en C1 ou en championnat tout le monde va se donner à 100% toute la saison. (...) Tout footballeur joue pour la Champions League, avec l'équipe qu'on a cette année on se doit de montrer au monde entier qu'on a envie d'aller encore plus loin que les années précédentes et qu'il faudra compter sur nous. On est favoris pour terminer dans le Top 5, ça c'est sûr, de là à dire qu'on va gagner la Champions League, pour moi c'est encore tôt. On va prendre nos marques, voir comment ça se passe en phase de poules et après je pourrai répondre à ça.»

 

Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

jeudi 21 septembre

mercredi 20 septembre

mardi 19 septembre

lundi 18 septembre

dimanche 17 septembre

samedi 16 septembre

vendredi 15 septembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux