Article 

Moulin : «Quand on joue Paris, c’est comme si on était exempt»

Publié le mardi 13 mars 2018 à 17:32 par Marius Cassoly
L'entraîneur d'Angers Stéphane Moulin s'est longuement exprimé cet après-midi en conférence de presse, à la veille du déplacement de son équipe au Parc des Princes. Lucide, le coach du SCO ne se fait pas d'illusions.

Le Paris Saint-Germain reçoit Angers ce mercredi après-midi (17h) sur la pelouse du Parc des Princes, dans le cadre de la 31ème journée de Ligue 1. Un match avancé en raison de la finale de la Coupe de la Ligue qui se joue le samedi 31 mars prochain.

Un casse-tête, un plaisir et une possible douleur

L'entraîneur angevin Stéphane Moulin s'est projeté cet après-midi en conférence de presse sur la rencontre à venir : « Ce match est un casse tête, un plaisir de se rendre au Parc, et il peut également être une grande douleur. On a intégré tout ça. On va bien isoler la rencontre face à Paris à la fois sur le contenu, le résultat, et la manière de le préparer, de l’appréhender, de le jouer, car le match le plus important est celui face à Caen, samedi. On va aller à Paris pour espérer bien figurer et aussi préserver un maximum de force pour le match face à Caen »

On l'a donc compris, le match le plus important de la semaine pour le SCO, classé 14ème, reste l'affrontement contre Caen samedi prochain, qui comptera directement dans la course au maintien. Une rencontre tellement primordiale aux yeux du coach angevin que ses joueurs ne quitteront pas tout de suite l'antre parisienne après la rencontre : «On fera la récupération au Parc des Princes, histoire que nos esprits soient directement tournés vers le match à Caen.»

« Avant, le tarif c’était 2, 3-0, maintenant c’est 7,8-0 »

Stéphane Moulin poursuit en évoquant les très bonnes performances de Paris en championnat, d'un ton lucide et réaliste : « On y va pas battu, mais on n’est pas dupe. Aucune équipe en championnat n’a réussi à accrocher Paris chez lui. Donc on va essayer de voir ce qu’on peut faire, retarder l’échéance, grappiller quelque chose. On va éviter de prendre une valise, parce qu’ils en mettent aux trois quart des équipes qu’ils rencontrent. Même Marseille s’y est essayé deux fois, avec des compositions d’équipes différentes, mais les résultats ont été les mêmes. Avant, le tarif c’était 2, 3-0, maintenant c’est 7,8-0. Ça devient de plus en plus important. Donc la marche n’est pas haute, elle est très haute. » 

Moulin réhabilite le PSG

Le coach de 50 ans continue sa démonstration et revient sur l'élimination parisienne en Champions League : « Hormis la Ligue des Champions où ils n’ont pas eu de chance sur le tirage, Paris fait une saison exceptionnelle. Perdre contre le Real n’est pas un accident, ça peut paraître comme une petite logique. Pour le reste, ils ont accru la différence entre eux et les équipes qui font partie du top 5 du championnat. Alors je ne vous dis pas l’écart avec les moins bien classés...» 

« Ils ont réponse à tout »

Mais face à une équipe aussi solide - surtout à domicile - comment se comporter sur le terrain ? En changeant de système tactique par exemple ? Stéphane Moulin, fataliste, n'a pas de réelle solution à apporter : « Le souci avec Paris, c’est qu’ils ont réponse à tout. Si on joue haut et qu’on va les presser pour éviter qu’ils sortent les ballons correctement, ils vont nous prendre dans le dos parce qu’ils jouent vite. Si on joue bas, ils vont trouver dans le jeu combiné les possibilités de nous déstabiliser. » 

« On a bien conscience que le résultat a plus de chance d’être négatif que positif »

« Si ça ne marche pas, ils ont les coups de pied arrêtés pour faire pencher la balance. Ils savent que, sur la durée d’un match, ils ont tout un panel de qualités pour trouver la faille à un moment donné. On se prépare à faire un gros match, mais ce sera sûrement un gros match à courir derrière le ballon. On a bien conscience que le résultat a plus de chance d’être négatif que positif. Quand on joue Paris, c’est comme si on était exempt : on ne marque pas de points. Cela parait irréalisable. Mais il y a toujours une part d’incertitude dans le football qui fait qu’il y a un gardien, il y a des poteaux, des barres….» 

Stéphane Moulin et ses joueurs n'ont plus qu'à espérer que le vent tourne en leur faveur...

Match lié 


News 

Aujourd'hui

mardi 18 septembre

lundi 17 septembre

dimanche 16 septembre

samedi 15 septembre

vendredi 14 septembre

jeudi 13 septembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux