Article 

Neymar remplaçant, une rareté mais pas une première

Publié le mercredi 27 novembre 2019 à 17:53 par Philippe Goguet
Si le choix de Thomas Tuchel de placer Neymar sur le banc de touche au coup d'envoi du Real Madrid/PSG (2-2) a forcément fait parler, ce n'était pas une première pour autant. D'autres entraîneurs ont fait de même par le passé, même à Paris, et notamment dans des contextes similaires concernant le Brésilien.

Troisième passage sur le banc du PSG pour Neymar

Des quatre concurrents pour trois places en attaque, c'est bien Neymar que Thomas Tuchel avait décidé de placer sur le banc au coup d'envoi de Real Madrid/PSG, le Brésilien jouant finalement la moitié du match avec son entrée à la pause. Ce statut de remplaçant reste une rareté pour le Brésilien mais c'est pourtant déjà la troisième fois qu'il y a droit durant son séjour parisien, et à chaque fois avec Thomas Tuchel. Durant leur saison commune, Unai Emery n'avait quant à lui jamais osé, le Basque n'ayant même jamais remplacé Neymar de toute la saison !

Avant ce mardi soir, Thomas Tuchel avait auparavant placé sa star sur le banc de touche à deux reprises : lors du Trophée des Champions 2018 en Chine puis lors du PSG/Monaco d'avril 2019. Comme à Madrid, c'était avant tout pour des raisons physiques : Neymar venait à peine de revenir dans le groupe pour le match en Asie après la Coupe du Monde tandis que la rencontre contre Monaco constituait son premier match après sa rechute au pied droit qui l'avait éloignée des terrains pendant trois mois.

En avril dernier, Tuchel n'avait pas tout à fait adopté la même façon de faire avec le joueur. Alors qu'il a relancé Neymar comme titulaire vendredi dernier pour le placer sur le banc de touche ce mardi, il avait en effet fait l'inverse la fois précédente : remplaçant contre Monaco puis titulaire la semaine d'après pour la finale de la Coupe de France face à Rennes. C'est justement là qu'est la différence entre ces deux cas : le match de mardi n'était pas décisif et il n'y avait donc pas de raisons de prendre un risque comme l'entraîneur l'a expliqué après la partie.

Tuchel comme le Brésil 

Le choix de Tuchel de faire jouer un match comme titulaire à un joueur revenant de blessure avant de le mettre sur le banc dans la foulée est loin d'être nouveau puisque le sélectionneur brésilien Tite a utilisé exactement le même mode opératoire en septembre lorsque Neymar a repris la compétition après trois mois sans jouer. Il l'avait d'abord titularisé le joueur en match amical contre la Colombie dans un rôle d'ailier avant de le positionner comme un joueur axial haut sur le terrain après la pause afin de lui éviter trop de courses, exactement ce qu'a fait Tuchel contre le LOSC.

Pour le match suivant qui se jouait quelques jours plus tard face au Pérou, le n°10 de la Seleção n'était que remplaçant au coup d'envoi avant d'entrer en jeu pour la dernière demi-heure. Une rencontre où Neymar ne va pas spécialement briller mais qui lui aura au moins permis d'accumuler du temps de jeu, ce qui semble finalement être le plus important à une période de la saison où rien n'est joué et où le but est avant tout se préparer pour la suite. Un match de poules face au Real Madrid rentre visiblement aussi dans ce cadre, surtout quand deux équipes qualifiées s'affrontent.

Et Neymar comme Mbappé

S'ils ont joué ensemble pour la seconde fois de la saison ce mardi soir du côté du stade Santiago Bernabéu de Madrid, Kylian Mbappé et Neymar ont donc au moins un point commun cette année : l'un comme l'autre ont été remplaçants au coup d'envoi d'un match de Ligue des Champions car leur entraîneur a préféré leur faire finir le match plutôt que de le commencer. C'est en tout cas la raison qu'a donnée Thomas Tuchel à la presse après la partie, liant d'ailleurs les cas de deux hommes que le staff parisien a estimé trop justes physiquement pour tenir 90 minutes.

Mbappé a même connu la chose à deux reprises lors des déplacements à Galatasaray puis Bruges. Le résultat ne fut pas convaincant en Turquie mais ce fut en revanche un coup royal en Belgique où Mbappé va signer un triple fabuleux en une demi-heure sur le terrain, changeant à lui tout seul la face d'un match qui était jusque-là bien compliqué pour le PSG. L'entrée en jeu de Neymar à Madrid a malheureusement plus ressemblé à celle de Mbappe à Istanbul qu'à Bruges mais c'est probablement plus le mode opératoire qu'il faut retenir : Tuchel préfère faire jouer la fin des rencontres aux joueurs pas totalement prêts.

Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

mardi 10 décembre

lundi 09 décembre

dimanche 08 décembre

samedi 07 décembre

vendredi 06 décembre

jeudi 05 décembre

mercredi 04 décembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux