Article 

Nice/PSG (1-4), les performances individuelles

Publié le samedi 19 octobre 2019 à 2:43 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 4-1 à Nice dans un match qu'il a géré la plupart du temps. Retour sur les performances individuelles des Parisiens au cas par cas.

Navas : Sa première mi-temps aura longtemps ressemblé à ses matches sous le maillot parisien où il n'a strictement rien à faire mais il est pourtant bien là dans les arrêts de jeu au moment de sortir devant un Niçois qui s'était infiltré et le défiait depuis un angle fermé. Il est ensuite bien présent sur une tête dangereuse de Lees-Melou où son placement parfait lui permet de capter tranquillement. Sur le but, il sort vite pour contrer Ganago mais cela n'aura pas suffi.

Meunier : Sans réel opposant durant la première partie du match, le latéral va logiquement en profiter pour utiliser son couloir afin d'attaquer et son trio avec Di Maria et Herrera est à la base de bonnes choses, notamment les deux premiers buts du PSG où le Belge est à chaque fois impliqué avec une passe vers l'avant. Pas forcément très haut sur le terrain, il est en revanche un relais fiable d'un point de vue technique. Plus sage et concentré sur la partie défensive après la pause malgré un centre dangereux en fin de partie, il aura parfois du mal face au très remuant Claude- Maurice mais signe un bon retour sur lui malgré tout. 

Thiago Silva : Titularisé pendant la meilleure mi-temps parisienne, le capitaine n'a pas eu grand-chose à faire face à une équipe de Nice qui ne l'a pratiquement pas sollicité. On notera tout au plus un contre éteint d'une belle lecture de la situation et une aide à Keylor Navas sur l'action où le portier doit intervenir. Avec le ballon, il a montré et transmis une belle sérénité.

Marquinhos l'a remplacé à la pause et la prestation a été bien moins bonne, avec d'entrée une erreur qui ouvre le chemin du but à Dolberg. Largement moins serein que Thiago Silva en général, il se loupe en plus complètement sur sa remise de la poitrine en pleine surface qui aboutit au but niçois. Il finit la partie au milieu après la double expulsion niçoise. A son crédit, il faut souligner une belle tête sur la barre transversale adverse.

Kimpembe : Probablement le défenseur parisien qui aura été le plus sollicité, le gaucher aura livré un match intéressant bien que marqué par quelques erreurs. Dans son jeu de passes, il faut noter sa volonté d'aller toujours de l'avant et de faire vivre le ballon. Défensivement, il a bien eu quelques petites interventions à faire avant la pause mais c'est surtout après qu'il est sollicité. Bien présent pour repousser plusieurs centres, il est en revanche un peu moins bon sur d'autres quand Nice va mettre du nombre dans la surface. On retrouve aussi ce côté alternatif face à Claude-Maurice, se montrant très tranchant face à lui mais complètement effacé ensuite. Dans l'ensemble plutôt bon défensivement, il finit la partie en écopant d'un carton, comme un symbole de ce match où il aurait pu mieux faire mais est loin d'être indigne. Le défenseur aurait pu marquer à deux reprises sur des coups de pieds arrêtés, ce qui n'est pas si courant le concernant et doit être souligné.

Diallo : Après plusieurs entrées à ce poste, il était titularisé pour la première fois comme arrière gauche et il est vite dans le match, pas seulement car il est proche de marquer d'entrée. Sage défensivement, possiblement pour couvrir Sarabia et Choupo-Moting qui jouaient devant lui, il va en revanche être régulièrement solllicité défensivement et se montre alternatif, la plupart du temps dominateur mais parfois dominé. Ganago va l'éliminer une fois avant la pause, Burner sur le but du 1-0 mais Diallo est aussi solide sur Lees-Melou dans la surface ou face aux mêmes Ganago et Burner dans l'ensemble. Pas simple à juger, mais vraiment pas inintéressant pour autant à ce poste, il joue la fin de match dans l'axe droit de la défense. Avec le ballon, il a montré une belle personnalité même s'il est finalement assez peu monté. En revanche, il fait très souvent l'effort de proposer quelque chose, que ce soit d'une bonne passe vers l'avant ou d'un dribble de dégagement pour casser le pressing.

Paredes : De nouveau titulaire, l'Argentin va avoir besoin d'un peu de temps pour entrer dans sa partie mais il apparaît peu à peu, via des récupérations, des frappes et des tentatives de passes longues pour élargir le jeu où le succès se conjugue avec le déchet. De mieux en mieux au fur et à mesure que le match avance, il offre notamment plusieurs bons ballons vers l'avant qui déclenchent des contres. Pas forcément très efficace défensivement mais pas ridicule pour autant dans le temps fort adverse, il va alors réussir l'exploit de faire expulser deux Niçois en étant pourtant celui qui fait la faute initiale. Un bon match donc, avec des frappes de loin qui apportent un peu de variété au jeu parisien.

Herrera : S'il tente toujours autant de diriger la manoeuvre avec son bras droit, le milieu espagnol a aussi apporté de bonnes choses à son équipe avec le ballon dans les pieds. Dans un rôle de milieu relayeur, il va apporter un peu de présence défensive avec quelques récupérations et interceptions bien senties, surtout avant la pause vu qu'il disparaît un poil pendant le temps fort niçois. Il n'oublie pas pour autant la partie offensive liée à son poste et va bien aider la construction du jeu avec des passes pas forcément compliquées mais intéressantes et qui font avancer le ballon. Sa simplicité aura fait mal à Nice et apporté un bel équilibre à son équipe. 

Sarabia : Pour la première fois depuis la fin du Trophée des Champions début août, c'est dans un rôle axial et de relayeur plus que de milieu offensif que Thomas Tuchel avait placé son gaucher espagnol. Dans ce rôle nouveau, il sera parfois dur à trouver pour certains de ses partenaires mais il est intéressant quand il a le ballon et trouve en revanche bien Choupo-Moting devant lui. Fuyant et dur à arrêter, à l'image d'un Cyprien qui cherche encore comment l'arrêter, il va toutefois un peu disparaître du match au fur et à mesure. Replacé un cran plus haut après la pause, il a alors du mal à se mettre dans les mêmes ton et rythme que ses partenaires. Il rate de nombreuses choses et gâche notamment une balle de 3-0 d'une frappe au-dessus en excellente position, une action digne du Sarabia emprunté de septembre quand la première période montrait celui en plein regain de confiance d'octobre. 

Mbappé l'a remplacé pour la fin de match et il a montré qu'il n'avait pas de temps à perdre. Après avoir semblé se tester sur ses premières prises de balle, il a passé la vitesse supérieure et a fait exploser la défense niçoise avec un but, une passe décisive et une frappe qui passe juste à côté. Le moteur du bolide est déjà chaud.

Di Maria : Attention, chef d'oeuvre. Placé côté droit, l'Argentin va signer un premier acte tout simplement titanesque bien qu'il n'apparaîsse pourtant qu'assez peu dans les 10 premières minutes. Il se met alors en route et son adversaire direct va vivre un enfer. Impossible à arrêter, il marque deux buts dont un bijou de lob de l'extérieur du pied en angle fermé et passe même tout proche du 3-0 d'une frappe au-dessus. Il ne s'acharnera pas et va donner du bonheur à tout le monde. Un nombre hallucinant de ses corners et coups de pieds arrêtés vont être dangereux, ce qui est très rare à ce niveau-là, et, même s'il est moins en vue après la pause, il est encore impliqué sur les deux derniers buts. Histoire de quantifier sa performance, Di Maria finit la soirée en étant double buteur, impliqué sur les quatre buts et proche de délivrer au moins trois autres passes décisives dans le jeu ou sur coup de pied arrêté...

Choupo-Moting : Positionné comme ailier gauche, le Camerounais fait partie des joueurs qui font que le PSG entre bien dans le match, sa percussion et sa qualité technique mettant rapidement en difficulté Nice. Il prend souvent le dessus sur son adversaire direct et se retrouve même proche de marquer à deux reprises, s'étant bien approché du but adverse. Sa technique l'aide à provoquer et faire avancer le ballon, quitte à se montrer même parfois un peu gourmand dans ses dribbles. Il faut ajouter à cette belle tenue offensive une présence défensive soutenue dans son couloir tout au long du match. Du bon Choupo-Moting donc. 

Kurzawa l'a remplacé pour la fin de match sur le couloir gauche et le résultat a été moins positif. Entre sa tête en retrait ratée sur le but niçois et les incompréhensions avec ses partenaires à quelques reprises, le gaucher a affiché toutes ses limites du moment. Un moment qui commence à durer depuis longtemps.

Icardi : Très vite aperçu dans son rôle de renard des surfaces avec deux opportunités d'entrée, c'est pourtant bien loin du but qu'il effectue une déviation parfaite et décisive sur l'ouverture du score. Bien que très discret en général avec ses 16 ballons touchés au total et pas toujours dominant dans son rôle de pivot au sein de la défense, il est malgré tout encore intéressant quand Mbappé le sollicite dans ce domaine en toute fin de partie avant de marquer le dernier but dans son plus pur registre de buteur. Une récompense tardive et méritée pour celui qui a joué un match complet pour la première fois depuis plus de six mois.

Match lié 


News 

Aujourd'hui

jeudi 14 novembre

mercredi 13 novembre

mardi 12 novembre

lundi 11 novembre

dimanche 10 novembre

samedi 09 novembre

vendredi 08 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux